Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Rencontres militantes en RDC

Publié le 22 Janvier 2015 par Nadine

PhotoService.com PhotoService.com PhotoService.com

C'est la FENECO/UNTC, le syndicat des enseignants, qui m'a invitée à aller à Kinshasa. J'y ai rencontré l'ensemble de ses cadres. Ils s'appellent entre eux camarades, un bel usage qui est tombé ici en désuétude. Certains d'entre eux m'ont raconté leurs aventures militantes anciennes ou récentes. C'est par exemple une dame chez qui nous sommes allés manger qui était veuve : son mari faisait partie de la commission électorale en 2006. Il a été assassiné à Kikwit alors qu'il dénonçait les fraudes électorales. C'est un monsieur plus âgé qui parlait d'un match au stade Tata Raphaël sous Mobutu, ou plutôt le stage du 20 mai à l'époque : seule l'armée avait accepté d'arbitrer ce match à haut risque auquel assistait l'homme à toque de léopard et le prince Albert de Belgique. Le public avait hué son chef qui avait dû partir avec le prince, laissant l'armée tirer dans le tas. Il nous a montré l'église à côté de chez lui : c'est là que se tenaient des réunions d'opposition au régime.

Comme en Haïti, ici l'Eglise catholique en RDC semble un force de progrès, un barrage contre l'obscurantisme, celui par exemple des églises du Réveil (que j'ai appelées de l'Endormissement, celui de la conscience et au moins de l'hypnose du porte-monnaie). Les pères chez qui je logeais à Kinshsasa animent des cellules ecclésiales de base.

Le militantisme en RDC n'est toujours pas un sport de tout repos. Pourtant j'ai trouvé des gens contents de mettre leur pierre à leur édifice et heureux de partager leur expérience.

Les forces de l'endormissement peuvent se faire du souci : cette semaine c'est la jeunesse qui s'éveille. Les étudiants se sont soulevés contre la loi électorale que veut faire passer Joseph Kabila, le président, pour qu'il puisse se présenter pour un troisième mandat après deux scrutins entachés d'irrégularité et la succession de papa en 2002. Ca a chauffé, on compte déjà entre onze et vingt-huit morts. Puisse ce beau pays connaître le progrès et l'éveil : il le mérite au moins par le courage de ceux qui y croient et qui militent pour cette cause.

Commenter cet article