Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Retour au début : congrès national à Marseille

Publié le 29 Mars 2014 par Nadine dans Tchatche et niouzes

visuel_affiche.jpgLe présent blog a commencé il y a plus de six ans avec un premier article titré "Ouf le congrès est fini !". Il s'agissait alors du congrès national de la FSU qui avait lieu au Parc Chanot à Marseille. Pas encore aguerrie avec les techniques de blog, pas encore avec les instruments qu'il faut, mais déjà avec des images puisque j'étais alors aux photos pour l'orga.

Demain, et alors q100_8929.jpgue ce blog en est à son 1227ème article, s'ouvre un nouveau congrès national à Marseille, celui du SNES cette-fois-ci. Je suis encore une fois aux photos, ce qui est une excellente position puisque cela permet d'aller partout, en salle, dans les coulisses, ramper sur la scène, voir les gens te sourire… Cela a des inconvénients aussi, il faut être disponible tout le temps, et répondre à la demande. Mais j'aime cela, je peux faire mon zébulon à travers tout le parc Chanot et personne ne me dit rien. 100_8751.jpg

Il y a six ans j'étais à l'hôtel pour ne pas faire les trajets. Cette année je serai bien sûr à la filliotière, à cinq stations de métro du Rond Point du Prado. Je serai même centre d'hébergement pour historien en manque… de chambre d'hôtel. La fillotière est même position stratégique, à deux pas des lieux de festivités : les Docks des Suds pour la soirée du congrès le mercredi, et le Vieux Port pour celle des organisateurs, celle où on se lâche après une semaine et plus de pression. Nous sommes plus d'une centaines de bénévoles et je pense — j'espère — que l'ambiance ne sera pas triste.100_9292.jpg

Je ne sais pas si le bar sera encore le lieu de convergence incontournable qu'il a été pour le congrès de la FSU. Connaissant mes camarades, je n'ai guère de doutes. Je vous tiens au courant. Il y aura aussi les internationaux : un Haïtien a été annoncé, et puis finalement il ne viendrait pas… on verra ce qu'on verra.

Quant aux débats, je vais les regarder plus que les écouter, ils seront surement passionnants, entre les relectures des décrets de 1950, les ORS, la démocratisation du système éducatif, l'avenir du syndicalisme, la litanie des motions droits et libertés etc… Plus aisément que moi, vous pourrez les suivre par internet et en direct sur le site du SNES. Peut-être me verrez-vous passer furtivement avec mon appareil photo.

Je rentre samedi prochain à Aix. Du moins si j'arrive à survivre au train d'enfer qu'il va falloir mener.

(toutes les photos de ce post datent évidemment de 2007)

PhotoService.com

commentaires

La petite sœur

Publié le 26 Mars 2014 par Nadine dans Les blogueurs et leurs enfants

PhotoService.com

Cela faisait longtemps que Neel me demandait des nouvelles de sa sœur. La première fois c'était juste après le tremblement de terre du 10 janvier 2010 et j'avais mis des mois à lui répondre, après avoir contacté Mamie Jeanjean à la crèche. Il faut dire que je ne connaissais même pas le prénom de cette petite sœur. En août dernier lorque j'étais passée à Fontamara j'avais demandé à la rencontrer mais tout c'était mal goupillé. C'était donc partie remise pour cette année : et là il y avait tout le monde, Claudette, trois de ses enfants, dont Christanaelle ma pupille, et surtout Charline et son papa d'adoption.

Séquence émotion, grande émotion bien sûr. Charline a le sourire de Neel, la bouille de Neel (et un T-shirt Hello Kitty pour ceux qui apprécieront) : z'avez ka regarder les photos dans ce post. Alors avec mon créole de mieux en mieux assuré mais pas totalement fluide j'ai pu reconstiture leur histoire, Charline 11 ans et Neel 12 ans. D'abord elle n'est pas sa sœur mais sa demi-sœur et Claudette est en fait la tante de leur maman. Celui que Neel appelait son papa était en fait le papa de Charline et comme la maman c'est la tuberculose qui l'a emporté précocemment. Claudette a alors mis Neel à la crèche comme elle avait mis deux de ses enfants.

On s'est donc beaucoup souri, ils ont goûté la confiture de chadèques de la mère d'Evens dans le grand pot que je leur ai donné, apprécié le don en argent et m'ont longuement remerciée (pas de quoi, c'est la famille), admiré Neel et ses cousins sur la photo que j'avais emmenée et que je leur ai laissée, on s'est pris en photos, eux en pose hiératique, très dignes. Et on s'est quittés très émus en jurant de se revoir. Promis, je reviens, vous le savez bien !

Sinon, Claudette, tata courage de la famille a l'air de plus en plus fatiguée, malheureuse. Elle m'a tendu les adresses des deux familles qui ont adopté deux de ses enfants (deux sur six) et dont elle n'a aucune nouvelles. J'ai répondu poliment que l'Oise et le Bas-Rhin ce n'était pas à côté de chez moi que j'aurais du mal à aller les voir. Et puis je ne me sens pas de faire morale mais si quelques parents adoptant lisent ma prose sachez que ceux qui ont fait un cadeau c'est eux, ce n'est pas nous. Alors c'est à eux que l'on doit de la reconnaissance, à aucun moment nous ne sommes en concurrence : c'est bien le moins que de donner de temps en temps des nouvelles, d'envoyer des photos, de ne pas totalement couper le lien, pour que de leur côté ils ne portent pas le deuil d'un enfant perdu mais la joie d'un enfant heureux, et que du nôtre nous puissions offrir à nos enfant des racines solides pour bien grandir.

PhotoService.com

commentaires

La vie nomade

Publié le 22 Mars 2014 par Nadine dans Voyages

PhotoService.com

 

Je suis rentrée lundi 10 mars de NYC et d'Haïti et dès le lendemain j'étais à Marseille pendant deux jours, le temps du congrès académique. Après un week-end bien mérité à Aix à m'occuper de mon fils et des affaires courantes (cinq paquets de copies, cinq séries de buleltins, des cours à faire) j'ai eu le temps de reprendre contact avec mes amis haïtiens pour la suite des opérations et de préparer la semaine suivante : CAPA à Aix le lundi, grève et manif le mardi, Paris le mercredi et le jeudi pour la CAPA LA de 29e base. Et au passage une expo au musée du Quai Branly, L'Atlantique Noir de Nancy Cunard, et un chouette repas avec mes amis haïtiens de Paris.

On peut dire que si le plafond de ma maison me tombe sur la tête, c'est que je n'aurais vraiment pas beaucoup de chance ! Entre temps j'ai pu mettre en ligne mon best of photos d'Haïit et NYC en vue de sprochains articles. Sur l'une d'entre elles, vous pouvez voir qu'il n'y a pas que ma pomme qui voyage : il y a aussi le drapeau de la FSU qui m'a suivi comme d'habitude. Et là il est allé faire un pied de nez au temple du capitalisme. Et toc !


PhotoService.com

commentaires

Toujours branchée (ou presque)

Publié le 12 Mars 2014 par Nadine dans Voyages

PhotoService.com

Pour tous ceux qui suivent mes aventures, vous avez pu constater le silence du blog durant mon voyage en Haïti, dernier article depuis Port au Prince, le suivant depuis NYC. Entre les deux, rien, faute de connexion. J'avais pourtant pris mes précautions avant de partir en prenant tout le matos de la branchitude absolue : ordi portable (mon chouette mac book air 11 pouces trop mignon), smartphone avec carte sim haïtienne (mon ex, le i-phone 3 GS), et avec une tonne de cables. Bref, et même en prenant du format de poche, la valise gonfle avec tout ce bazar, en plus des frigues été (Haïti), hiver (NYC) et des livres qu'il a fallu transbahuter : vous avez vu les boots de neige à côté du chapeau d'été sur la photo ? Au retour les livres, le papier et la trousse de toilette s'étaient transformés en rhum…

Totalement prête, c'était sans compter sans la zombification de ma connexion. Digicel avait décidé de blocker certains sites dont celui de mon opérateur, et pour les autres de faire des caprices. Moralité, mes amis d'un réseau social bien connu ont pu avoir des niouzes et des photos et les autres… les auront prochainement…

Rentrée depuis avant-hier, j'ai pu déballer ma valise de soute de 24,5 kg, ma valise de cabine de 12 kg, le sac à dos de cabine et les courses au duty free de Lisbonne. La lessive attendra, puisque je suis depuis hier à Marseille pour cause de congrès académique et je profite d'une baisse d'intérêt du débat pour vous tenir au courant de ma vie nomade et branchée à l'aide la connexion 3G de mon i-phone. Oui, ici ça marche sans problème.


PhotoService.com

 

Sur photo ci-dessus c'est un des trois groupes qui jouait au Shrine samedi soir. Le Shrine c'est une boite tenue par un Burkinabais qui se trouve à Harlem. C'est la boite à la mode du moment. Outre qu'elle est très sympa, on peut y écouter toutes les scènes actuelles avec d'excellent musiciens. Là c'était Greg Banks, de New Orleans mais vivant à NYC, qui nous a fait une prestation impeccable rock et rythm'n'blues, un line-up de folie particulièrement les cuivres et les backing vocals, un jeu de scène d'une grande présence avec un look entre Hendrix et Prince. Et bien selon Peter avec qui j'étais de sortie c'était bien mais juste average (dans la moyenne) : faut donc que je revienne pour voir des trucs au dessus de la moyenne, ça promet ! Néanmoins, vous ne trouvez pas quand même que je suis et reste pas mal branchée ?

commentaires

Un résumé de mon épopée haïtienne

Publié le 8 Mars 2014 par Nadine dans Haïti

Mon nombreux lectorat et resté sur sa faim pendant presque deux semaines alors que j'étais en voyage. Je lui dois des excuses mais aussi des explications. Je n'avais pas de connexion internet valable malgré une clef 3G Digicel dans mon i-phone 3GS : la téléphonie haïtienne est parfois aléatoire, surtout en période de Carnaval et de saturation des réseaux. C'est ainsi que j'ai dû attendre la wi-fi à Port-au-Prince la veille du départ pour aller faire le ménage dans les 37 pages de courriels que j'avais reçus. Ensuite et peut-être surtout, j'ai été très très occupée, toujours avec des gens sympathiques et accueillants, j'ai fait plein de choses, découverts des choses étonnantes, fait la fête, rencontré plein de monde, bref la vie palpitante, épuisante parce que j'ai peu dormi, beaucoup bougé, mais au total des vacances extraordinaires et enrichissantes. Alors mon premier post sera un résumé avant que les suivants ne vous donnent les détails.


PhotoService.com

 

J'ai passé la plupart du temps aux Gonaïves et dans l'Artibonite. La ville des Gonaïves est devenue pendant quelques jours le centre du pays puisqu'elle accueillait le carnaval national : depuis le Goudougoudou de 2010, le carnaval de Port au Prince est en province, aux Cayes en 2012, au Cap en 2013, aux Gonaïves cette année. La grande transhumance des carnavaliers — un million de personnes selon mes interlocuteurs, mais je pense qu'ils comptent comme la CGT pour les manifs à Marselle — s'est donc tournée pendant trois jours dans la capitale de l'Artibonite.


PhotoService.com

L'Artibonite est en plus le cœur du pays en matière de vodou avec les trois grands Lakou mystiques, les grands sanctuaires Badyo, Souvenance et Soukri. Mes amis du Sant Pon Ayiti travaillent sur l'interculturalité et étaient en enquête dans les lakou, auprès des hougan et des mambo et nous avons assisté à moult cérémonies vodou, grandes et petites, interviewé et filmé les fidèles et les prêtres de ce culte, sillonné la culture haïtienne dans son cœur.

Et puis aussi j'ai rencontré des gens passionnants, qui ont des choses à raconter, des expériences à partager, des choses à offrir. J'ai ouvert de nouvelles perspectives, envisagé des nouvelles collaborations : c'est par courriel que je vais continuer à ferrer les touches que j'ai faites. En tous cas mon travail a remporté un concert d'éloges que j'espère concrétiser. 

Et ce pourquoi je pensais venir, la formation des maîtres ? C'est presque la seule déception du voyage : avec tout cela, je n'ai fait qu'une seule session à Petite Rivière l'Artibonite, dans l'église. J'avais fait une version simplifié de mon travail "Haïti et la mondialisation depuis 1492" qui est très bien passée devant un public toujours attentif et engagé. Puisse ces fruits murir ensuite dans les classes !

Je ne vous cache pas que j'avais presque les larmes aux yeux hier à l'aéroport lorsqu'il a fallu partir. Mais pour sûr je reviendrai bientôt, tous mes amis me l'ont fait promettre et je tiens mes promesses.

 

commentaires