Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Où placer votre argent ?

Publié le 29 Septembre 2008 par Nadine dans Réflexions profondes

Vous placez déjà votre argent à la banque. Non, pas sur votre compte en banque, je veux parler de vos impôts qui servent en ce moment à renflouer les banques. Même Nicolas le petit parle de nationalisations ! Assiste-t-on à une grand retournement de conjoncture idéologique après près de trente ans de libéralisme thatchérien ou une ultime pirouette du capitalisme pour plumer le gogo ?
En fait j’écris cet article pour évoquer des placements beaucoup plus productifs et profitables, et qui permettent pour ceux qui les font d’avoir beaucoup de reconnaissance des autres et d’estime de soi : le placement dans l’humain. A Haïti y a même urgence à lire cet article du Monde de samedi dernier. Si vous ne savez pas à quelle adresse placer votre argent, je vous conseille le Secours Populaire, vieil établissement, toujours fiable. On peut même investir en ligne.


Les Nations unies lancent un appel urgent en faveur d'Haïti
LEMONDE.FR avec AFP | 28.09.08 | 09h08  •  Mis à jour le 28.09.08 | 09h10

Haïti fait face à plusieurs défis, mais c'est un véritable désastre qui a frappé les gens. Nous devons agir vite, maintenant, car des gens sont en train de souffrir. Nous avons besoin de l'aide maintenant, les populations d'Haïti ont besoin de notre aide pour faire face à cette crise", a lancé la directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM), Josette Sheeran, samedi 27 septembre, lors d'une conférence de presse à Port-au-prince.
Au terme d'un séjour de 72 heures en Haïti où elle a visité notamment la ville des Gonaïves, la plus frappée par les intempéries récentes, la directrice du PAM a insisté sur la situation catastrophique qui prévaut dans cette ville. "Il y a une situation d'extrême urgence en Haïti. Nous lançons un appel urgent à l'aide à toutes les nations pour qu'elles restent solidaires du peuple de Haïti et des habitants des Gonaïves dont les maisons et l'espoir ont été enterrés dans la boue". "J'ai vu d'énormes difficultés dans cette ville encore couverte de boue. Il n'y a pas suffisamment d'approvisionnement en eau et en nourriture. Plus de 250.000 personnes attendent de l'aide."

Actuellement, l'organisation onusienne fournit une ration alimentaire à plus de 500 000 Haïtiens, dont la moitié dans la seule ville des Gonaïves, à 150 km au nord de Port-au-Prince. "Notre objectif c'est atteindre 800 000 personnes dans les six prochains mois à travers le pays", a indiqué Mme Sheeran.

Selon les autorités haïtiennes, plus d'un million de personnes ont été sinistrées par les passages successifs de trois ouragans, qui ont aussi fait plus de 500 morts.

"Sans l'intervention et le soutien du reste du monde, les Haïtiens, qui font face à un désastre de dimension épique, pourraient connaître une situation plus tragique", a averti Mme Sheeran. "Le monde doit répondre à notre appel en faveur de ce pays. On a besoin d'une aide d'urgence. Les dégâts causés par les cyclones sont considérables et ont un impact terrible sur la vie des gens", a-t-elle insisté.
commentaires

50 balais

Publié le 28 Septembre 2008 par Nadine dans Tchatche et niouzes

Après Mu il y a deux ans, c'est au tour de Marc de passer dans le club des quinqua. La fête s'est déroulée chez JJ et Sonia et en plus des cinquante bougies du gâteau, il nous fallu d'autres bougies toute la soirée pour parer aux sautes d'humeur du disjoncteur. Bref, même si nous étions pas loin de cinquante, ce fut presque une soirée intime : qu'il est fort ce JJ !

PS : dans deux jours c'est le mien, et si l'aïd tombe ce jour là, je pourrai dire que près d'un milliard de personnes mangeront des gâteaux pour mon anniversaire !


commentaires

Elections professionnelles : je suis prête !

Publié le 26 Septembre 2008 par Nadine dans Tchatche et niouzes

Cet automne, comme tous les trois ans, le SNES vibre au rythme des élections professionnelles. C’est la représentativité qui se joue, mais aussi pour nous la majorité dans la profession. Et puis à chaque fois il y a l’argument majeur de « faire peser la profession dans le champ revendicatif, une élection importante etc… ». Le pire d’ailleurs c’est que c’est vrai à chaque fois, que ce soit en 1999 avec Allègre ou cette année avec Darcos.
Donc depuis le printemps c’est la pêche aux candidats et maintenant c’est la composition des listes académiques : mettre des 04 et des 05, des hommes autant que des femmes, des collèges et des lycées, pas trop d’histoire et géo et de math et trouver une doc ou un prof de langue ou d’art. Bref la cuisine habituelle des listes de toutes les élections. Et puis en plus faut que tout ce brave monde soit d’accord pour 3 ou 4 ans à bosser des trucs aussi palpitants que la HCL, les promo, les LA, ou le pire le MNGD qui dure quand même plus d’un mois au printemps (voir les articles en mai et juin 2007 sur le mouvement intra).
Et puis y a la campagne et… le scrutin puis le dépouillement. C’est là que j’interviens (outre ma candidature sur deux scrutins, on y reviendra) : depuis 1996, la fin du dépouillement se déroule chez moi. En 1996, il se déroulait sur seulement un jour et c’était fini à plus de minuit. J’habitais alors en face du Rectorat et j’avais fait aux derniers survivants des pâtes. La tradition s’est perpétuée, même si j’habite maintenant un peu plus loin, et le nombre de convives a augmenté. Mais les pâtes au coulis de tomates sont restées : c’est pour cela que pour moi la campagne électorale débute en septembre avec les coulis de tomates qui attendent dans leurs bocaux à la cave, le vendredi soir de dépouillement.

commentaires

Un dimanche ensoleillé (encore !)

Publié le 24 Septembre 2008 par Nadine dans Niouzes narcissiques

Pendant que le capitalisme tentait de se remettre de ses émotions et que la température était déjà descendue 18°C à Dijon, j’ai profité dimanche d’une eau encore chaude, d’un soleil radieux, d’une délicieuse compagnie et d’une grande partie de tarot (que j’ai perdu à — 1000, normalement, avec un score pareil, l’amour fou me tombe dessus avant la fin de la semaine).
J’ai pu ainsi mixer les deux commandes de photo de la semaine : pendant que l’une me demandait des portraits de CP, l’autre voulait des jeunes collègues et commentait sa demande d'un sms : « t’as pas les mêmes à la plage ? ». Donc voici spécialement pour mes fidèles lecteurs et amateurs de photos, les CP et futures CP à la plage !
Bon courage à ceux qui ont remis leur pull à Paris, Roissy, Poitiers, Lyon et Dijon…
commentaires

Le beurre, l’argent du beurre et baiser la crémière.

Publié le 22 Septembre 2008 par Nadine dans Réflexions profondes

Vous saurez dans le prochain post pourquoi j’ai passé un excellent week-end. Je n’ai pas été la seule : le capitalisme aussi, après les menaces de crash boursier et de crise généralisée de jeudi noir. On voyait déjà les traders sauter des fenêtres des gratte-ciels de Wall Street, mais il n’en a rien été, vendredi, tout allait bien, et la Bourse est remontée, miraculeusement. Mais remettons un peu les choses à plat…
J’ai pas tout suivi, vu que ce genre de truc m’emmerde au plus haut point et en plus  m’énerve : les cours de la bourse juste après le bulletin météo comme si les deux étaient de même nature c’est déjà de l’idéologie. C’est faire croire que l’économie libérale et capitaliste est naturelle et varie au gré des anticyclones.
Donc tout a démarré avec la crise des surprimes de l’immobilier aux Etats-Unis. En gros la middle classe et l’upper working class US ont acheté des maisons, les taux qui montaient les ont étranglés, il n’ont pas pu rembourser et se sont fait saisir leur bien et ont perdu ce qui avait DEJA été remboursé.
Puis les banques, qui ont saisi les maisons en question, ont dû les vendre dans un marché à la baisse et eu des croissances moins fortes que prévu. La spéculation a commencé à tourner à vide. Donc les capitaux ont fait plusieurs fois le tour de la planète, d’ordinateur à ordinateur : car en fait tous ces trucs qui sont capables de licencier des milliers de personnes et d’en foutre autant hors de chez eux, c’est encore moins que des tigres de papier, ce sont des clics de souris. Ce qui donne des articles tels que celui-ci dans le Monde :

Les hedge funds, prochaine vague du tsunami financier ?
Les gendarmes des marchés britannique et américain viennent d'interdire temporairement la spéculation à la baisse sur les valeurs financières. Une décision qui prive les hedges funds d'une de leurs activités favorites au moment où plusieurs d'entre eux vacillent.

C’est quoi un hedge fund ? Ca existe sur les consoles de jeu ou pour les game boy ?
Heureusement l’Etat fédéral US est intervenu avec de l’argent public et a renfloué les banques en question. J’ai bien écrit renfloué, pas nationalisé, faut pas dire de gros mots au pays de W. Bush.
Résumons : les banques ont plumé les classes moyennes qui ont perdu leur maison et des années de traites, puis elles ont plumé le contribuable américain.
Conclusion : le capitalisme moderne a tout compris. Il aime l’Etat surtout quand il s’en sert et les impôts quand ils  entrent dans ses poches. En France, ça tombe bien, c’est la droite qui en tient les rênes : on ne compte plus les cadeaux fiscaux aux riches et les subventions au patronat, tandis qu’on enlève à tous leur bien commun, les services publics.

Donc si comme moi vous pensez que le travail mérite plus d’attention que le capital dans la répartition de la plus value :

La Confédération Syndicale Internationale (CSI), a décidé de faire du 7 octobre 2008 la première journée mondiale pour le travail décent, « pour promouvoir dans le monde les libertés et la solidarité, avec la volonté de faire reculer la précarité et la pauvreté ».
Les organisations françaises se sont engagées dans cette journée mondiale « pour des emplois de qualité, librement choisis, dotés de garanties de protection sociale, de salaires librement négociés assortis de garanties minimales, et de conditions de travail respectant la santé et la dignité des individus ».

commentaires

Un fâcheux accident

Publié le 20 Septembre 2008 par Nadine dans Niouzes narcissiques

Certains de mes lecteurs ont su apprécier cette semaine mes talents de photographe, ou du moins mes talents d’archiviste en photo. J’ai reçu des courriel set des appel du genre : il me faudrait une photo avec des jeunes collègues, des couleurs, des drapeaux SNES, où l’on ne voit pas que c’est Marseille parce que ça va passer dans les pages du Var etc… (oui à Marseille on est non seulement la capitale mondiale des manifs mais en plus on a les plus jolies filles du monde), une autre prise en 2006, ou alors il me faudrait untel et untel avec de la lumière, qui sourit, n’a pas l’air cruche etc… mais le untel ou la unetelle passe son temps à fuir l’appareil photo et faut se démerder.
Bref, la photo fait maintenant pleinement partie de mes activités syndicales, de loisir et de voyage. J’ai acheté un super appareil le 25 septembre 2007 et en moins d’un an, j’ai pris plusieurs dizaines de milliers de photos. Cet appareil a fini sa courte mais intense carrière samedi dernier au Pharo au bout d’un pied d’appareil photo, renversé par une bourrasque de vent, écrasé au sol. En attendant les résultats de mes démarches de devis et de remboursement d’assurance, une bonne âme m’a prêté mon ancien appareil. In memoriam je vous mets certains des grands moments de la carrière mon Panasonic Lumix DMC-FZ8 à  objectif Leica : en pleine manif à Paris, et vivant ses derniers instant, au bout du pied fatal.
commentaires

Tous les Baggio plus une

Publié le 19 Septembre 2008 par Nadine dans Tchatche et niouzes

  Bravant le Mistral, la noce s’est déroulée samedi dernier. D’abord pour les formalités civiles au Pharo à Marseille, puis pour les formalités festives chez les babas de Forcalquier. Parmi les cent cinquante invités l’on a pu compter l’intégralité des Baggio, cousins, cousines, tontons et tatas,… et même une de plus depuis le matin même !

PS : l'avant-dernier des Baggio, c'est celui qui a la tête du drapeau de la Corse.
commentaires

Willkommen Herr Ratzinger : suite et droit de réponse

Publié le 16 Septembre 2008 par Nadine dans Réflexions profondes

J’ai reçu un commentaire intéressant et critique à propos de mon dernier article. Le suivant, celui-ci est donc un droit de réponse. Dois-je attendre la réponse de la réponse ?
Poulsom me répond en soulignant que ce ne sont pas les religions qu’il faut combattre mais les intégrismes, tous les intégristes, surtout ceux qui font péter des bombes, y compris ceux qui se réclament du Petit Livre Vert (disponible dans toutes les bonnes librairies de Tripoli). Comment ne pas être d’accord avec lui ?
Je voudrais cependant lever les doutes si quelques quiproquo s’étaient glissés dans ma prose samedi. Surtout accompagnée de la très subtile chanson de Didier Super qui ne fait jamais dans la dentelle et beaucoup  dans la provoc. Et c’est pour cela qu’on l’aime, comme on aime Siné.
Je n’aime pas ce pape, ce n’est pas pour autant que  je n’aime pas les catho. Mais un pape qui tend la main aux intégristes alors que son prédécesseur a tué la théologie de la libération avec son appui idéologique, je ne peux pas l’aimer, désolé. On comprend qu’un pape aussi réactionnaire soulève l’enthousiasme de notre chanoine de Latran, au-delà ce qu’il est normal pour la réception d’un chef d’Etat.
Quant aux cours de catech affiché en face de l’école, c’est plutôt à la tartufferie laïque que je voudrais m’attaquer. Nous sommes dans un pays qui s’affirme laïque, et qui l’est. C’est même à mon sens, moi qui ai beaucoup voyagé, le plus laïque qu’il soit. Mais… il y a toujours des aumôneries dans les établissement scolaires alors que l’on exclut les jeunes filles voilées. Car, ne nous voilons pas la face, c’est bien les jeunes filles voilées qui étaient visées dans la loi sur les signes religieux ostentatoires, pas les robes safran du Dalaï Lama. L’islam se vit parfois de façon obsidionale et ce sont souvent les arguments de la laïcité qui alimentent une certaine paranoïa : le voile se vit aussi comme un retournement du stigmate par des populations stigmatisées. Je suis sure que si la mosquée affichait les horaires de l’école coranique en face de mon collège, cela susciterait beaucoup plus de réactions que cette affiche du catech en face de l’école de Neel.
Prochainement, je disserterai plus longuement sur le voile, le türban, le hijeb et le jilbab. En attendant je vais tenter de me remettre du marathon des réunions parents-profs du collège : heureusement cette année, iftar est plus tard, elles ne sont pas tombées au moment de la rupture du jeune. Cela a été le cas il y a quelques années, et lorsque j’ai fait la remarque l’on m’a renvoyée à la laïcité. Moi à la crétinerie de celui qui pensait avoir foule à cette heure-là !
commentaires

Willkommen Herr Ratzinger

Publié le 13 Septembre 2008 par Nadine dans Réflexions profondes

Je reçois depuis quelques jours un certain nombre de courriels au ton furibard à propos de l’accueil de Sa Sainteté, spécialement à l’Elysée par le Hongrois et l’Italienne. A un niveau plus modeste, je voudrais protester à propos d’une affiche placardée la rentrée devant la très laïque école de Neel. Je n’ai entendu personne protester et je n’ai pas osé l’arracher rageusement. J’ai par contre été tentée de jouer la provoc en affichant dessous “cours d’athéisme” ou pire encore “Ecole coranique” avec le lieu et les heures (infos que je peux avoir facilement). Je suis sure que la deuxième option aurait un certain effet, même dans mon quartier de bobos.
Alors pour tout ça, je vous joins une réjouissante chanson de Didier Super (le Ch’ti anti Bienvenue chez les Ch’ti), toute en subtilités anticléricales. Je vous livre par ailleurs une de ses pensées les plus profondes et des plus rassurantes pour les mécréants comme moi :
"Les églises c'est pour les gens qui ont des choses à se faire pardonner,
 c'est donc normal que les pratiquants soient plus imparfaits que nous"
commentaires

Chris 007 : un dimanche de travail

Publié le 12 Septembre 2008 par Nadine dans Tchatche et niouzes

Depuis la semaine dernière, j’accueille à la maison Chris, un copain australien que nous avons connu en 1999 à Lombok, en Indonésie. Il est venu en 2001 à Aix, puis encore l’an dernier. Depuis le printemps dernier, il s’est installé pour deux ans à Paris : son job, c’est de casser les bonbons à tous les pollueurs de la planète puisqu’il travaille à Greenpeace. Je ne désespère d’aller le voir un jour en Australie quand il sera rentré, mais c’est un peu loin…
Depuis l’affaire du Rainbow Warrior, nous les Français, nous savons bien qu’il faut se méfier de Greenpeace et particulièrement de ses branches venues des antipodes. Nous étions Chris et moi dimanche dernier au bord de l’eau à Niolon et je crois pouvoir apporter dans cet article les preuves irréfutables et photographiques que Chris était en réalité en mission pour (encore) salir notre réputation nationale de toutes les grandes choses qui font la France (le nucléaire, les ventes d’armes, Total en Birmanie, les first lady etc…).

Chris le regard conspirateur




Les complices en Zodaïque, l’arme préféré de Greenpeace.
Après les baleines, le sauvetage de sirènes était visiblement au programme.




Une couverture efficace : vendeur de sandwiches et de chichi.

commentaires
1 2 > >>