Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Bienvenue au Sarkozistan ! (2)

Publié le 30 Novembre 2007 par Nadine dans Tchatche et niouzes

Je m’apprétais ce matin à prendre tranquilou le petit dej avec Jef à la maison… — Jef que j’étais allée chercher hier à 23h30 à Marseille Saint-Charles, en provenance de son stage de Poitiers, on s’était donc couchés plutôt tard — quand…
DSCN1354.JPG Branle-bas de combat ! le tel qui sonne, le fixe, le mobile, dès potron-minet ! M. B., dont je vous relatais il y a trois jours l’expulsion imminente, était embarqué à Marignane direction l’Algérie. Donc première étape, répartir les tâches, alerter la presse, aviser et tout. Jef s’occupera par exemple d’amener drapeaux et banderole au cours Sextius, pendant que Mu et moi irons à Marignane. Depuis ce matin l’école est en révolution, parents, enseignants mobilisés autour de ce cas. Hier soir il y avait grande réunion où nous avons par ailleurs appris que deux autres familles de l’école étaient sur la sellette.
Nous voici alors à 11h00 à l’aéroport où nous retrouvons les camarades de RESF et des parents d’élèves de l’école. Depuis le début de l’embarquement, il y a distribution de tracts aux passagers pour qu’ils empêchent l’avion de décoller en faisant les andouilles. Une des nôtres a même acheté un billet et monte dans l’avion pour orchestre le bordel à programmer.
A 11h30, nous embarquons… Mme B. dans la voiture, avec sa mère et son plus jeune fils — elle n’a rien à faire ici, c’est farci de flics — et nous la ramenons à Aix où la manif nous attend. C’est en remontant le cours Sextius que nous apprenons la nouvelle : l’avion a pu décoller et notre militante a été sortie de l’appareil. Mme B. s’effondre en larmes, je la soutiens par le bras un peu gênée de ne savoir que faire.
m-42764559-0.jpgLa manif en haut du cours Sextius compte une cinquantaine de personnes, ce qui est bien pour une dernière minute en semaine. Et l’ambiance y est très déterminée. Même si tout le monde est un peu abattu de l’échec de ce matin, personne ne pense à déposer les armes.
Il le faut car, au Sarkozistan, entrer en résistance est devenu une nécessité !
(Quand ce n’est pas considéré comme un délit…)

Discours de la FSU Aix lors de la manifestation concernant l’expulsion de M. B.
(FSU avec la FCPE, la Ligue des Droits de l'Homme, Réseau Education Sans Frontière, l'ASTI, Amnesty International)
Nous voulons témoigner notre solidarité auprès de M. B., de sa femme et de de ses deux enfants face à une situation que nous trouvons inacceptable.
M. B. et sa famille vivent à Aix-en-Provence depuis plus de huit ans. Leurs deux enfants, A. et M., sont nés en France et ils ne connaissent pas le pays d’origine de leurs parents. M. B. est salarié dans un restaurant, il travaille et paie des impôts, mais malgré la bonne intégration de cette famille en France, l’administration a rejeté toutes leurs demandes de régularisation. Ce simple père de famille, après onze jours de rétention et une première expulsion en échec grâce à la mobilisation, a finalement été expulsé ce matin 30 novembre à 11h30 par avion.
En déposant un dossier de régularisation, cette famille a eu confiance dans la République française, et la République a trahi ses espoirs.
La place de M. B. n’est pas en prison, sa femme et ses enfants ont besoin de lui pour continuer à vivre normalement.
Par souci de réussite de tous les élèves, la FSU Aix souhaite que A. et M. puissent poursuivre des études dans des conditions sereines et au sein de leur famille régularisée.
Nous demandons la libération immédiate de M. B. et son retour sur le sol français auprès de sa famille.


PS : certaines méchantes langues ont insinués que Mu et moi, avions organisé tout ça, en téléphonant à la préfecture, pour que Jef venu de la Réunion, voit tous ses copains instit. Qui sait ?

commentaires

Du côté de nos sous

Publié le 29 Novembre 2007 par Nadine et Maeva dans Exhibons nos bons plans et assumons notre radineri

n665221917-253700-8678.jpg81280cf42a44b9e570573fbe5894d12a.jpgSarko 1er nous a causé ce soir dans le poste d'une question importante, lancinante même : le pouvoir d’achat. S’étant fortement augmenté lui-même dernièrement (voir ce qu’en dit Damipey), il était normal qui pense à nous, non ?
Lors d'une intervention diffusée jeudi 29 novembre sur TF1 et France 2, Nicolas Sarkozy a, comme c'était attendu, annoncé une série de mesures en faveur du pouvoir d'achat, assurant qu'il organiserait une conférence réunissant les partenaires sociaux, afin de définir "l'agenda social de 2008". Parmi les annonces concrètes, le chef de l'Etat a notamment proposé que les jours de RTT puissent être payés, dans le privé comme dans le public, que le travail dominical soit "payé le double" et élargi, ou encore que le prix des loyers ne soit plus indexé sur "le prix à la construction, mais sur l'indice des prix tout court".
Le pouvoir d'achat : Tout en reconnaissant qu'il existe bien "un problème de pouvoir d'achat", le chef de l'Etat a indiqué que les mesures qu'il proposait ne devaient pas être considérées comme des "cadeaux de Noël". "Les Français savent qu'il n'y a pas d'argent dans les caisses", a-t-il souligné, tout en niant que l'Etat soit "en faillite", comme l'avait affirmé François Fillon.
Le Monde, 30 novembre 2007
On pourra dire ce qu’on veut mais le petit Nicolas a promis de travailler plus pour gagner plus et il tient parole. Et question fonction publique, va falloir attendre un peu pour nos salaires. Je rappelle que du côté des profs c’est plus de 20 % de pouvoir d’achat envolés depuis plusieurs années. Un certifié en début de carrière ne gagne que 1,2 Smic ce qui ne fait pas gras à bac + 4. Donc voici la réponse sitôt venue du S3 du SNES :
Suite à la forte grève du mardi 20 novembre dans la Fonction Publique, l'intersyndicale Fonction publique avait déposé un ultimatum à échéance le vendredi 30 novembre pour l'ouverture de négociations. Le Ministère de la Fonction Publique vient de proposer une rencontre lundi 3 décembre aux fédérations de fonctionnaires.
Si les réponses apportées ne sont pas satisfaisante, une nouvelle action nationale d'ampleur est envisagée au niveau de la fonction publique vers la mi-décembre.
Ce soir, dans son intervention télévisée, Sarkozy a annoncé que la rémunération des heures supplémentaires dans la Fonction Publique serait alignée sur celle du privé. Chez nous, dès le milieu de carrière, cela reviendrait à augmenter de plus de 25% la rémunération des HS (les HS budgétées -toutes ne sont pas consommées- représentent un petit milliard dans l'EN, plus 400 millions liés à la défiscalisation). Pour le reste, il a surtout réaffirmé le dogme du "travailler plus pour gagner plus", plus d'autres mesures (logement, ouverture du dimanche, ...)
Des signes donc sur la question du pouvoir d'achat. Restent les autres sujets de mobilisation : l'emploi et le budget, les missions et les statuts, la liquidation de la FP, et enfin les questions éducatives...
C'est donc dans  ce cadre du serrons-nous la ceinture, ne serait-ce que parce qu’il va falloir encore faire grève…, que nous allons bientôt ouvrir une grande série dans ce blog : Exhibons nos bons plans et assumons notre radinerie. C’est une excellente suggestion de Maeva que nous alimenterons toutes les deux. Nous détaillerons nos plans intéressants : comment faire son marché avec 5 €, comment s’habiller pour 2 €, comment voyager à pas cher, bref comment survivre au Sarkozistan. Restez à l’écoute la série débute la semaine prochaine. Mais si vous avez vous-même d’autres suggestions elles seront les bienvenues.
commentaires

Bienvenue au Sarkozistan !

Publié le 27 Novembre 2007 par Nadine dans Tchatche et niouzes

images-copie-3.jpgimages-2-copie-1.jpgDimanche après-midi alors que j’étais tranquillement en train de bosser la super séance pédago préparée la veille avec une ancienne stagiaire, voici que m’arrive le courriel suivant, suivi d’un coup de fil, de M (j’enlève  les noms et les remplace par des initiales) :

LIBERTE POUR B B !
Communiqué du RESF 13, dimanche 25 novembre 2007

Père de deux enfants, M. B  est enfermé au centre de rétention du Canet depuis le 18 novembre 2007 et risque une expulsion dans les prochaines heures
BB réside en France depuis 1999, date à laquelle il a fui les violences en Algérie. Opéré d"un ulcère à l'estomac et de l'appendicite en 2002, il reçoit des soins médicaux qui n'existent pas dans son pays d'origine. Sa femme et lui ont deux enfants, A âgé de 7 ans et M âgé de 2 ans et demi. L'aîné est scolarisé à Aix en Provence et  ils ne parlent que le français. Ils ont eux aussi de graves problèmes de santé, en particulier le plus jeune, qui souffre d'asthme et dont l'état de santé est tel que les médecins déconseillent fortement tout déplacement.
Monsieur B travaille dans la restauration, paye ses impôts et son loyer. Il a été arrêté le 18 novembre alors qu'il sortait pour acheter une baguette. La place de Monsieur B n'est pas en prison. Sa femme et ses enfants ont besoin de lui pour continuer à vivre normalement.
Nous demandons la libération immédiate de M. B et appelons à la mobilisation pour empêcher son expulsion.

Donc branle bas de combat avec Mu pour lancer la mobilisation, on envoie des courriels partout, on téléphone, on chope les adresses et les noms qu’il faut et on envoie le courriel suivant sur nos listes de diffusion de la section locale jusqu'à une heure avancée :

M. S, Préfet de Région
Mme M, Sous-Préfet, déléguée à l’Egalité des Chances

Madame, Monsieur,

En vertu du droit à l’éducation, je sollicite de votre part le réexamen du dossier d’expulsion de M. BB dont le fils est scolarisé dans une école publique aixoise, afin de favoriser le maintien de la famille unie sur notre territoire. En effet, M. B est à l’heure actuelle en rétention au centre du Canet pour une expulsion le 27 novembre.
Je vous prie de prendre les mesures nécessaires à la régularisation de sa situation et de celle de sa famille dans les meilleurs délais.
Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de notre plus grand souci de l’égalité des chances pour tous.
Date, signature, qualité

Bref, on pense fièrement qu’on y est pour quelque chose, et aujourd’hui il n’a pas été expulsé. La bataille continue cependant. On appelle donc à une manif pour vendredi. Le courriel du jour est le suivant :
Grâce à la mobilisation des militants, Monsieur B n'a pas été expulsé ce matin comme cela était prévu.

Il reste cependant incarcéré au centre de rétention à Marseille, il est toujours sous le coup d'une notification d'expulsion.
C'est pourquoi nous devons amplifier la mobilisation.
Jeudi 29/11, nous organisons une rencontre avec les parents d'élèves de l'école SEXTIUS, afin de faire signer une pétition de soutien à la famille B, nous essaierons ensuite de porter la pétition à la sous-préfecture, afin de rencontrer Mme la Sous-préfet, déléguée à l'Egalité des Chances.
Vendredi 30/11 à 12h00, un rassemblement est prévu devant l'école Sextius, Cours SExtius.
La presse est prévenue, il s'agit d'être le plus nombreux possible et d'être bien visibles.
Nous comptons sur une présence massive des enseignants et des parents d'élèves que révolte la politique du quota d'expulsion avant le 31 décembre...
Venez avec des pancartes stigmatisant les expulsions, le logo de RESF, nous allons recycler les affiches du procès de Florimond.
Faites connaître la situation autour de vous, faites signer la pétition de soutien à envoyer au Préfet ou à la Sous-préfet.

Le bureau aixois FSU
008e8f3199e1475e0d765de1483842fb.jpgVoilà où on en est au Sarkozistan, et on ne passe pas encore les test ADN ! … Donc en résumé :
Tous à la manif vendredi 30 novembre à 12h devant l’école Sextius,
cours Sextius, Aix
commentaires

Président vs Etudiants : 15-3

Publié le 26 Novembre 2007 par Nadine dans Tchatche et niouzes

La victoire est écrasante pour la présidence de l’Université de Provence en ce qui concerne le site Schumann à Aix. Fin octobre déjà le président avait fermé administrativement le site pendant une semaine. Puis les étudiants ont bloqué le site le mercredi 7 novembre et dès le 9 les CRS intervenaient, dégageaient les étudiants pour… que le président puisse fermer administrativement le site pendant deux semaines. Il gagne donc aux points sur le match du blocage de la fac, non ?crsfac.jpg
Ce matin le site a réouvert mais sans les cours. Il y avait donc AG dans le grand hall. On a entendu les gauchistes comme d’hab mais aussi les autres. Ambiance calme, il y avait aussi des lycéens qui avaient rejoint leurs grands frères étudiants, se donner le frisson après avoir joué à cache-cache avec le portail et les poubelles devant leurs établissements respectifs.
Ag-du-26-nov.jpgLe blocage est apparu ces dernières semaines comme le signe de ralliement de l’action, une sorte de préalable qui avait été payant il y a deux ans lors de la bataille du CPE. Le côté on fonce, typique de la stratégie gauchiste, mais aussi le genre qui fait foncer mais… dans le mur, une stratégie d’enfermement à l’arrivée. L’AG aujourd’hui ne parlait plus de blocage : tout le monde avait envie de retrouver la fac, des lieux de réunion, où discuter et surtout élargir. Car, à part ceux qui parlaient d’aller bloquer les gares, les sites pétroliers ou je ne sais quoi encore, l’idée était bien celle de l’élargissement du mouvement. Et du côté des personnels, très divisés avant le blocage, la fermeture opérée par la présidence aura eu un bon côté : ça a ressoudé les rangs. On verra donc où on en est demain :
Tous à la manif demain 27 novembre, 14h départ de la fac de lettres à Aix

Pour alimenter le débat sur la loi LRU et plus largement sur l'université, Chico co-blogueur très occupé en ce moment vous conseille d'aller lire .
commentaires

On ne rate pas ce film !

Publié le 24 Novembre 2007 par Nadine dans Tchatche et niouzes

405460038-sorties-cinema-les-derniers-films-de-ridley-scott-f-ford.jpgJe vous vois venir : ça y est elle revient d’İstanbul et donc n’importe quel film se déroulant au bord du Bosphore va lui plaire. Certes. Mais De l’autre côté de Fatih Akın est AUSSI un excellent film en dehors de ses lieux de tournage (qui sont aussi Hambourg, Brême et Trabzon).
La dernière fois que j'étais allée au cinoche c’était pour un navet, chiant en plus et prétentieux qui s’appelait La condition humaine. Fallait donc compenser. Tache largement remplie par Auf der anderen Seite en allemand, Yaşamın Kıyısında en turc. D’abord on est pris par l’histoire de ces six personnages qui se croisent. Du coup j’ai coupé l’article du monde ci-dessous qui racontait tout. Et puis on sent que le cinéaste aime ses personnages et les lieux qu’il filme, qu’il les traite avec tendresse mais sans complaisance. C’est un film à la fois triste et plein d’espoir. Bref, courez-y.
Je vous ai mis deux bandes annonces différentes : celle pour la France et celle pour la Turquie.

Et pour les amateurs, la belle chanson nostalgique s'appelle Ben seni sevdugumi et est interprêtée par Kazim Koyuncu. Même que je l'ai déjà dans mon i-tunes.



"De l'autre côté" : le thème de la réconciliation au coeur d'un maelström romanesque

Entre Allemagne et Turquie, six personnages, n'ayant a priori aucune raison de faire un bout de route ensemble, se découvrent des affinités, des quêtes communes, des besoins de s'entraider. On pourrait craindre que ce schéma n'engendre un film trop plein de bons sentiments, il n'en est rien. De l'autre côté exalte effectivement de bouleversantes rencontres, mais en veillant à ce que l'émotion y reste extrêmement digne.

Ours d'or à Berlin en 2004 pour Head On, Fatih Akin est un Allemand né de parents turcs. Cette cohabitation, chez lui, de ces deux cultures est au coeur de son film, mais il y dépasse le problème de la quête d'identité et le besoin inhérent à chacun de retrouver ses racines pour montrer ce que devrait être l'Europe, hors traités : une zone géographique où les citoyens circuleraient et s'accueilleraient sans avoir l'impression de franchir des frontières, un continent où s'effaceraient les racismes, les intolérances, les suspicions entre chrétiens et musulmans. Comment parvenir à harmoniser des traditions culturelles et politiques étrangères ? De l'autre côté est même un film sur une mondialisation qui intégrerait des enjeux philosophiques et fraternels.
Le Prix du scénario glané au Festival de Cannes 2007 n'est pas volé : c'est dans la dextérité avec laquelle il entremêle les destins de ses six protagonistes que Fatih Akin épate et émeut, et dans sa façon d'interpeller deux générations. Il s'agit de trois duos familiaux, un père et son fils, deux mères et leurs filles. Deux de ces "clans" sont turcs, l'autre allemand. Au fil de séparations, chassés-croisés, coups de coeur, coups du destin, il s'ingénie à brouiller ces repères pour inventer un monde où les uns et les autres vont certes se rater, mais aussi s'apprivoiser, s'aimer, s'adopter. […]
Construit avec un efficace sens de l'ellipse, ce film impressionne par sa maîtrise, sa profondeur humaine, son plaidoyer pour l'échange culturel, la manière dont il remet en cause les notions de patrie et de "chez-soi", la sérénité de l'apaisement.
Film germano-turc de Fatih Akın avec Hanna Schygulla, Patrycia Ziolkowska, Baki Davrak, Tuncel Kurtiz. (2 h 02.)

Jean-Luc Douin
Article paru dans l'édition du Monde du 14.11.07.
commentaires

Pas de querelles de chiffres

Publié le 23 Novembre 2007 par Nadine dans Réflexions profondes

Avec tout ce que nous avions annoncé la manif de Marseille depuis quelques jours dans ce blog, il fallait s’y attendre : nous y étions très nombreux. Le problème à Marseille, c'est de compter les manifestants. Le pire c'était en 2003 où les organisateurs annonçaient 250 000 (à la marseillaise donc) tandis que la préfecture annonçait 10 000. C'était pourtant un flot ininterrompu de manifestants entre le Vieux-Port et le parc Chanot en rangs serrés pendant des heures.
Pour compter au SNES, on poste nos meilleurs profs de math sur la passerelle du cours Lieutaud. Mais les anciens ont des méthodes plus empiriques : ils comptent en Canebière ou en boulevard Salvatore. La Canebière ayant changé depuis les travaux (mais on l'a enfin pour nous), ils ont certainement dû faire des calculs de proportionnalité pour se remettre d'aplomb. J'en ai même entendu qui comptaient en stade Vélodrome, ce qui constitue un exploit, vu qu'on fait rarement asseoir les manifestants les uns après les autres dans le stade qui compte très exactement 60 013 places. C'est d'ailleurs ce chiffre qui a été annoncé pour la manif de mardi qui faisait donc la taille d'un Vélodrome.
Mais au fond, fi des querelles de chiffres entre la préfecture et des organisateurs, nous dirons  que nous étions un moulon. Comme ça, tout le monde est d’accord. Pour dire, on a mis plus d’une heure à démarrer, avec la CGT et FO devant nous, et après on était encore un bon moulon, l’Education nationale puis les étudiants. Le cortège était animé, surtout du côté des étudiants.
Au bahut, ça avait mobilisé fort chez les surveillants avec 100% de grévistes, un peu moins chez les profs. Mais il va falloir continuer, parce que je les sens pas encore céder là-haut. Alors, comme au rugby, lors de la remise en mêlée (au Vélodrome par exemple), on pousse tous… tous ensemble, tous ensemble… ouaih, ouaih…

Questions pour lecteurs très attentifs :
— Maeva se cache derrière une banderole du diaporama. Laquelle ?
— Quelle banderole est un point commun entre la rédactrice principale de ce blog et un de ses rédacteurs occasionnel ?
A gagner : un best of des slogans du mouvement étudiant (qui sera fourni prochainement par Maeva).
commentaires

C'est la Fête

Publié le 20 Novembre 2007 par Maeva et Nadine dans Tchatche et niouzes

Le vendredi 9 de ce mois-ci, Nadine et moi-même avons profité de l’absence de notre chère et tendre voisine, pour pendre ma crémaillère.. Vous nous direz que l’on est dégueulasse de faire ça sans elle et que l’on aurait pu au moins l’inviter…. Mais je vous répondrais que la pendaison de crémaillère n’était en réalité que l’excuse pour Nadine et moi-même d’organiser une fête à la Villa Dimanche…
Fête qui a permis de réunir pas mal d’historiens, mais aussi des géographes, un médecin, un dentiste et autres personnes faisant ou pas/plus d’études… des personnes de tout les bords, de différentes confessions religieuses etc….Clich---2007-11-20-06-47-43-copie-1.jpeg
Fête qui nous a aussi permis à tous de (re)goûter au merveilleux chili de Nadine, et de boire à toutes les sauces (nos invités étant bien élevés ils avaient amené du vin, de la bière, et parmi d’autres plaisirs alcoolisés) en dansant, en chantant (il y a eu de la Rirette ainsi que d’autres chansons aussi subtiles soient elles)…  Enfin bref ce fut une fête bien réussie, j’en remercie pour cela Nadine, notre cuisinière en chef et organisatrice principale, qui ,pour animer la soirée, a même réussie à  improviser une soirée Chapeaux à la dernière minute…. 
Je suis belle et bien installé à la Villa Dimanche et la chose est officielle! Pendaison de crémaillère il y a eut, on a fait la fête jusqu’à assez tard dans la nuit, et perso j’ai passé une excellente soirée en compagnie de mes amis et des amis à Nadine….Clich---2007-11-20-06-50-25.jpeg
Sinon que dire de cette soirée ?? J’ai forcément en tant qu’étudiante un minimum engagée une petite pensée pour mes amis qui occupaient la fac ce soir là (en tant que militant anti-LRU) et qui se sont faits délogés par les CRS. Et oui, notre cher Président a profité que je pende la crémaillère pour casser (à sa façon) le mouvement étudiant, c’est à dire qu’il a décidé d’une fermeture administrative de la faculté, nous enlevant ainsi l’objet de notre grève et notre lieu de réunion, de rencontre et d’organisation… Au bras de fer de celui qui ferme la faculté notre Président est gagnant. En effet, nous avons bloqué la fac seulement trois jours (avec un blocage filtrant et l’ouverture de la B.U. maintenue) sur trois semaines de cours loupés (je vous laisse compter le nombre de jours la faculté entière nous a été fermé administrativement…). Du coup les dissensions se créent parmi les étudiants : dissensions entre pro- et anti-bloqueurs (ces derniers n’ayant pas compris que si’ils veulent revoir la fac il fallait d’abord s’adresser au Président de la faculté et non à Madame le mairie qui prépare les futures élections), dissensions aussi entre les gauchistes qui ne voient pas la lutte de la même façons, et qui n’ont pas les mêmes moyens d’actions (le cassage du QG de l’UNI est l’œuvre d’une minorité, cette décision n’a jamais été voté en AG et concerne donc qu’une démarche personnelle de quelques étudiants), etc… En gros à Aix c’est le bordel, le mouvement actuel n’a plus de formes.. Bientôt les étudiants voteront en AG le soutien aux pécheurs et la motion selon laquelle il faut économiser de l’eau pour sauver la planète (buvons à la place de la bière !!)…. Le mouvement se transforme ainsi en mouvement anti-sarkozyste, dès que le président soumet quelque chose, les étudiants gueulent et crient à la démocratie… Certes les luttes doivent se rejoindre pour gagner, nous ne pourrons le faire seuls, mais il ne faut pas se disperser et en oublier nos objectifs, sinon nous perdrons ce bras de fer….. N’oublions pas nos revendications, ce pour quoi nous nous battons actuellement… Sauvons l’université, la recherche, nos diplômes, la culture et la démocratisation de cette dernière !!! Battons nous pour préserver les servies publics de l’enseignement supérieur, pour cela venez nombreux à la manif :
Clich---2007-11-20-06-55-10.jpeg


MANIF MARDI 20 RDV 10H à la Canebière

( capitale mondiale de la manif)
Ps : une manif c’est aussi l’occasion de s’amuser et de faire la fête….
commentaires

Les nombres premiers

Publié le 19 Novembre 2007 par Nadine dans Niouzes narcissiques

Grimaces.jpgSamedi, ma maman fêtait ses 61 ans. Et deux personnes différentes (dont moi) se sont demandées : « est-ce bien un nombre premier ? ». Et là nous avons réalisé que Mathieu, qui n’était pas là mais qui aurait dû être là, fêtait lui ses 37 ans, un nombre premier. Et que moi, j’avais 41 ans, et que Mô allait sur ses 83 ans. Bref, des jeux un peu stupides sur les nombres.
Alors là on a trinqué. Maman a souhaité à tout le monde d’atteindre le nombre des plus âgés d’entre nous, et moi j’ai rajouté que je souhaitais à tout le monde d’atteindre l’âge de ma maman, à la retraite et à taux plein. Comme ça en prend pas le pli, je vous rappelle que ce genre de choses c’est pas des cadeaux, ça se prend dans la rue, dans la lutte.

Tous en grève et la manif

Mardi 20 novembre !
(rendez-vous FSU 10h angle Lieutaud-Canebière)
Justine live

La vidéo c’est ma nièce Justine qui fait ses premières armes de star.

commentaires

Tortilla et service public

Publié le 17 Novembre 2007 par Nadine et Maeva dans Epicurisme et gastronomie

Pour étoffer la catégorie d’articles Epicurisme et gastronomie, j’avais réalisé au mois de septembre un petit slide sur la tortilla. Depuis l’actualité s’est bousculée et je profite d’un week-end entre deux grèves pour vous présenter le slide. Entre deux grèves ou au milieu : je suis un usager pris en otage par les « fonctionnaires grévistes privilégiés des régimes spéciaux » (TF1 dixit) puisque j’aurais due être à Dijon en ce moment, mais j’ai préféré renoncer à prendre le train. Du coup je suis là et ça tombe bien, puisque je vais aller voir mes camarades du supérieur qui distribuent un tract sur le marché d’Aix ce matin. Ensuite j’irai à l’anniversaire de ma maman.
 
La tortilla c’est la simplicité faite omelette. Il paraît que la mienne est très bonne : baveuse encore au milieu et juste ce qu’il faut de cramé pour le goût. D’ailleurs sur les photos voyez le noir/brun du fond et le jaune du milieu.

Alors à propos de bon goût et d'alimentation simple et saine, je vous rappelle que la défense des services publics, c’est la défense des cantines gérées par les établissements scolaires. Depuis la décentralisation des personnels TOS en 2003, nous pouvons avoir des craintes sur l’externalisation des services de restauration. On a vu ce que ça donne dans les cantines du premier degré quand c’est fourni à la Sodexho ou à des boîtes du même acabit : bouffe putassière (pizza, burger…), aucune éducation au goût, repas peu équilibré. C’est pire encore en Angleterre. Alors pour la défense du service public et des cantines de qualité pour les élèves  :

Tous en grève et la manif
Mardi 20 novembre !
(rendez-vous FSU 10h angle Lieutaud-Canebière)

D’autant plus qu’on a les cantinières de Marseille derrière le camion FSU qui mettent l'ambiance…
commentaires

Y a plus de saison (ma bonne dame)

Publié le 15 Novembre 2007 par Nadine dans Niouzes narcissiques

Moi-sous-la-neige.jpgAix-sous-la-neige.jpgL’hiver dernier a été sans hiver. Surtout pour moi d’ailleurs puisque j’étais au Cambodge au mois de février. Ce qui était très bien, les stations n’ayant quasiment reçu aucun flocon dans les Alpes du sud.
Depuis plusieurs mois, nous attendons la pluie. En Provence, la terre est sèche. Arlette se désespère sur les champignons. La forêt brûlait encore hier — nous sommes au mois de novembre ! — dans le Var. Nous étions encore en T-shirt et sandales il y a quinze jours.
Depuis une semaine, le Mistral était… le Mistral… à savoir froid et usant. Le genre qui met du ciel bleu et vous tape sur les nerfs. D’ailleurs il fallait bien du courage pour suivre la manif hier dans les rues courants d’air d’Aix.
Ce matin, comme tous les matins, je suis allée au bahut en vélo. J’ai trouvé le fond de l’air encore plus froid. Mais quand on pédale on n’a jamais froid, sauf à la la face et aux doigts.
A midi nous dégustions le Beaujolais nouveau au bahut et quand je suis sortie à 14h, et que j’ai vu que le ce ciel était blanc, j’ai pensé à la neige, puis je me suis dit : « nous ne sommes que le 15 novembre ! ».
J’étais dans la piscine universitaire quand les premiers flocons sont tombés. En maillot, en train de nager, c’était superbe. Depuis je regarde la neige tomber et je me dis que certes, il n’y a plus de saisons, mais que c’est vachement beau mon jardin sous la neige.


A propos de dérèglement climatique et après le Grenelle de l’environnement, venez dans la rue dire ce que vous en pensez. Par exemple que des services publics de transport ou de l’énergie c’est vachement mieux pour la société et la rationalité… donc pour l’environnement que tous leurs allègement d’impôts et tous leurs cadeaux aux entreprises, bref tous les trucs pipeau de Sarko.




Tous en grève et la manif
Mardi 20 novembre !
(rendez-vous FSU 10h angle Lieutaud-Canebière)
commentaires
1 2 3 > >>