Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Articles avec #voyages en turquie catégorie

Plaisirs stambouliotes : boire et manger

Publié le 9 Mai 2014 par Nadine dans Voyages en Turquie

PhotoService.com

 

Je ne sais pas ce qu'on servait à la table du sultan, ni au sein du Harem, j'ai cru comprendre que le grand Atatürk appréciait le vin et le rakı, un vrai turc quoi… mais ce que je peux vous dire c'est qu'à Istanbul, pour peu que l'on se donne la peine de sortir des quartiers touristiques on se régale à bon compte.

Il y a les classiques qu'on aime toujours. Le balik ekmek ou pain au poisson sur les quais à Eminönü sont un incontournable sans lequel Istanbul n'est pas Istanbul. Et comme on passe toujours par Eminönü. Pour les plus délicats il y a aussi des gargottes à friture juste en face à Karakoy (qui est Chalcédoine pour les tenants du dogme). Le poisson à Istanbul c'est un met populaire qui se consomme au coin d'une table.

 

 

PhotoService.com

 

 

Un peu plus élaboré est le kebab ou plutôt kebap sur les bord du Bosphore qui n'a rien à voir avec son cousin formaté et gras d'Europe occidentale. Ici c'est plutôt un art de vivre ou plutôt de prendre son temps. Je vous recommande à la suite d'Enis ceux qui se trouvent juste derrière la station de métro d'Akasray, cuits au feu de bois, servis avec des salades, des sauces, des pains chauds et des serveurs attentionnés comme des turcs, empressés de vous satsifaire.

 

PhotoService.com PhotoService.com

 

Un bon kebap s'accompagne d'Ayran pour calmer le feu des piments : c'est du yaourt salé et brassé. Mais pas besoin de manger pour l'apprécier, on croise des brasseurs d'Ayran au coin de toutes les rues. J'ai donc passé une semaine à alterner l'ayran et les jus de fruits pressés devant vous par les vendeurs ambulants, au choix nar suyu (jus de grenade) ou portakal suyu (jus d'orange).

 

PhotoService.com

 

 

Et puis aussi les simit, bretzel en brioche au sésame, les tost au coin des büfe, le pain, les patisseries de baklava, bref difficile d'avoir faim, mais aussi difficile de résister. On risque de revenir grasse comme un loukoum comme le disait élégamment Christian Clavier dans le Père Noël est une ordure…

 

PhotoService.com

commentaires

Plaisir stambouliote : passer de l'autre côté

Publié le 4 Mai 2014 par Nadine dans Voyages en Turquie

Les turcophobes comme Sarkozy ne cessent de reprocher à la Turquie d'être à 80 % en Asie et prennent ce prétexte pour rejeter la candidature européenne de la patrie d'Atatürk et de la laïcité. Ne savent-ils pas que c'est précisément ce pont entre deux rives qui fait d'Istanbul une ville merveilleuse et de la Turquie un pays sympathique ? Selon l'endroit de la ville on peut ne croiser que des femmes en türban voire en noir, sortes de tartuffes ambulant de l'islam moderne, à Fatih par exemple, ou alors, du côté de Taksim et d'İstiklal Caddesi, ne voir que des femmes en cheveux, voire en mini-jupe qui boivent de la bière et rigolent avec les copains.

Mais le plus grand plaisir de l'entre deux à Istanbul c'est de traverser le Bosphore, de passer en Asie, revenir en Europe et vice versa. Comme demandait en rigolant Camille avant de débarquer à Üsküdar "Est-ce qu'on va voir des Chinois en arrivant ?". Outre ce plaisir intellectuel de changer de continent d'un jet de deniz otobüsü (autobus de mer) pour le prix d'un ticket de métro, plus une lira de thé servi dans un verre tulipe, on est à chaque fois frappé par la beauté du paysagae, les vue imprenables sur la ville, les collines, les gros bateaux qui franchissent les détroits, les mouettes, les pêcheurs, le ballet des bateaux de toutes tailles, la lumière sur l'eau. Pour vous donner envie quelques clichés de mon best of Bosphore de cette année.


  PhotoService.comPhotoService.com PhotoService.com PhotoService.com

commentaires

1 Mayıs

Publié le 1 Mai 2014 par Nadine dans Voyages en Turquie

PhotoService.com

Avec Enis nous avions convenu d'aller manifester le 1er mai du côté de Taksim et Beşiktaş. Depuis longtemps, et en particulier depuis les massacres de 1977, le 1er mai est une date importante des luttes en Turquie. Mais hier soir, j'ai reçu ce courriel :

Hello nadine. I was with some friends this evening and one of them told me that it will not be safe for you so i decided to go there without you. Im afraid if something happens to you.

Effectivement,il m'avait promis a lot of fun, mais à quelques heures du spectacle, il a eu un peu peur. C'est donc toute seule, ou plutôt seulement équipée de mon drapeau FSU que j'ai rejoint Beyoğlu où se déroulaient les festivités. J'y suis allée à pieds puisque les transports publics étaient fermés : il ne faudrait tout de même pas que les gens puissent aller à une manif interdite par sa seigneurie Erdoğan.


PhotoService.com

 

Plus je me rapprochais, plus la densité de flics augmentait.

 

PhotoService.com

 

Arrivée à Tünel, impossible de continuer : des barrières anti-émeutes en travers des rues et des flics partout. J'ai dû rebrousser chemin.


PhotoService.com`

C'est Enis revenu à l'hôtel vers 15 heures qui m'a raconté ses aventures : lances à eau, gaz lacrymo etc… Quand les manifs étaient autorisées il y a deux ans, il ne se passait rien. Avec l'interdiction depuis l'année dernière, on s'y amuse follement. Merci Erdoğan !

commentaires

Question de style

Publié le 30 Avril 2014 par Nadine dans Voyages en Turquie

PhotoService.com PhotoService.com

 

Vous me connaissez : trop stylée comme dit élégamment mon fils qui n'en rate jamais une pour être à la mode y compris dans ses expressions. Et bien goutez sur les photos ci-dessus mon style stambouliote inimitable entre foulard de mosquée et K-way pour la pluie. Il n'empêche qu'aujourd'hui j'ai eu deux occasions de me sentir trop stylée : la première à Fatih. Fatih est le quartier des femmes voilées de noir et des hommes avec barbe, long manteau et bonnet vert. Il n'empêche que j'aime beaucoup ce quartier du vieil Istanbul, ses ruelles, ses marchés, ses mosquées et ses églises devenues mosquées et pas un touriste à l'horizon ce qui change de Sainte-Sophie de sa bousculade où j'ai failli gifler les photographes qui utilisaient le flash alors que c'était interdit pour les mosaïques. Donc à Fatih avec un simple jean et un pull on se sent déjà super sexy.

 

PhotoService.com

La deuxième était à Aksaray. C'est un quartier très animé de grossistes en textile qui travaillent avec les pays d'écriture cyrillique et ceux d'Asie centrale. On y croise donc des Azeris en foulard de couleur et de blondes russes de style discret avec T-shirt à paillettes, jean moulant à dorures et sac incrusté de brillants. Comme tous les commerçants, ceux d'Aksaray s'adaptent à la clientèle : ils ont donc des mannequins de vitrines obèses pour présenter leurs vêtement en XXXXL ou plus. Alors, même si j'ai pris un peu de poids avec quelques loukoums et quelques kebabs, je me suis sentie bien svelte.

 

PhotoService.com

 

Demain Taksim. La haute cour de justice ne s'est toujours pas prononcée sur la légalité de l'interdiction de la manif malgré de multiples recours, donc toutes les orga s'y sont bien données rendez-vous.

commentaires

En pleines turqueries

Publié le 29 Avril 2014 par Nadine dans Voyages en Turquie

PhotoService.com

 

Tout d'abord sachez que tout va mal ici : Fenerbahçe a été sacré champion dimanche. Or Enis est supporter de Galatasaray. Vous imaginez le drame, surtout que Mustafa est venu se moquer de lui toute la journée. On a su se consoler le soir, vous allez le voir.


 

PhotoService.com

 

Hier c'était pluie presque toute la journée. Je rappelle à tous ceux qui m'ont pas le sens de la géographie et qui croient que la Turquie ressemble à la Tunisie, que c'est un pays froid, avec de la neige et que l'olivier ne pousse pas à Istanbul ; ce n'est pas le pays des tapis et des couvertures pour rien. Dans les bains turcs on doit chauffer l'eau avant que les odalisques ne se baignent. Nous avons donc pris le tram puis le bus jusqu'à Edirnekapi, la porte d'Andrinople dans les remparts, nous avons visité Saint-Sauveur in Chora et suivi les remparts jusqu'à la Corne d'Or à travers le quartier d'Ayvansaray, l'ancien quartier des Blachernes pour les Grecs. Même si Istanbul se modernise et bétonise sous l'ère Erdogan, il reste des coins comme ça, hors du temps. Depuis sept ans le palais de Constantin Porphyrogénète est toujours en restauration, les maison de bois et de briques sont toujours branlantes, les dames du quartier sont en sarouel, tout droit venues de l'Anatolie profonde. Ce quartier fut celui des grecs jusqu'en 1964 et depuis leur départ l'exode rural l'a rempli de nouvelles populations et l'a turquifié. Peu de voitures dans les rues pavées en pentes, les chats  sautent de toit en toit, les vignes en treille couvrent les terrasses des bistrots où les hommes prennent le thé en jouant au jaquet.

 

PhotoService.com

 

Donc pour se consoler et sceller une vieille amitié Enis nous a sorti hier soir le grand jeu : mezzé, raki et narguilé. Le connaissant je lui avais apporté une bouteille de pastis et une écharpe de l'OM. Tout le monde a goûté a tout, on a fini un peu pompettes, la bouteille étant morte à la fin de la soirée..

commentaires

Visite du Harem : un homme avec cinq femmes

Publié le 28 Avril 2014 par Nadine dans Voyages en Turquie

PhotoService.com

Même si le prophète a limité le nombre des épouses à quatre, les sultans turcs avaient multiplié les concubines, ce qui fait que le Harem de Topkapi comptait plus de 300 femmes gardés par un aussi grand nombre d'eunuques noirs, noirs signifiant ici qu'ils avaient perdu la totalité des leur attributs, contrairement aux eunuques blancs qui n'avaient perdu que les testicules. Monde de couloirs, de moucharabieh, d'intrigues où finalement la reine était la mère du sultan : on a beau être turc, on est comme tous les hommes de la Méditerranée, avec sa maman. Hier l'homme de notre équipe ne faisait pas aussi bien : nous étions cinq femmes avec lui, dont sa fille et sa femme légitime et il nous a même permis de sortir (la 5ème prend la photo).

Outre qu'Istanbul fait partie de mes perversion anciennes, j'y ai apporté des perversions nouvelles, celles des photos de voyage avec objet balladeur. J'ai trimballé le T-shirt Haïti je connais qu'Evens m'a confié et qui pour la première fois est allé jusqu'en Asie en franchissant le Bosphore et le drapeau de la FSU que j'ai déployé hier, ce matin pour me protéger de la pluie et qui surtout devra être d'attaque le 1er mai à Taksim. Je pourrai même m'en servir de cache-nez pour les lacrymo, parce qu'il paraît selon Enis qu'on va bien s'amuser avec canons à eau, balles en plastique et lacrymo. Je vous tiens au courant si j'en reviens.


PhotoService.com PhotoService.com

commentaires

Retour à Istanbul

Publié le 26 Avril 2014 par Nadine dans Voyages en Turquie

Je pars dans quelques heures. Retour sur quelques clichés antérieurs dans la ville des villes, le centre du monde, ce que j'ai déjà démontré auparavant (bon je l'ai aussi fait pour Port au Prince récemment…).

 

 

SultanhametLors de mon premier voyage lors du jour de l'an 2003, j'étais encore à l'argentique : c'est encore proche, mais cela parait si loin.

Cette photo a été prise entre Asie et Europe au coucher de soleil, en fin d'après-midi alors que nous prenions un thé pour combattre le froid glacial.

 

 

 

100_1952.jpgEn 2005, notre périple à travers la Turquie avait commencé à Antakya et s'était terminé à Izmir. Nous n'étions passé par Istanbul que pour une courte escale. Ma deuxième photo sera donc une photo de l'été 2007 où j'étais passé deux fois par Istanbul, à l'aller avant de m'envoler vers Urfa et au retour en revenant en bus de Pergame.

 A l'aller la campagne électorale battait son plein et nous avions saisi des militants communistes en pleine action. Certes c'est Erdogan qui avait encore gagné, mais peut-être les croiserais-je du côté de Taksim le 1er mai ?

Cette fois-ci il faisait bien chaud, c'était donc en fin d'après midi (voir la longueur des ombres sur la photo) qu'il faisait bon se promener à Eminönü.

 

PhotoService.com

 

100_2928.jpgC'est au mois d'août que j'ai connu Enis, ce qui faisait une raison de plus d'y retourner. J'y était dès le mois d'octobre suivant. C'est dans la brûme d'un automne pluvieux que l'on pouvait voir les navires passer les détroits depuis la terrasse. J'ai aussi continué mon périple à travers l'Istanbul historique mais pas touristique, ou plutôt Constantinople pour les périodes visées. Ici ce sont les murailles à Ayvansaray, le quartier des Blachernes au temps des Basilei.

 

PhotoService.com

 

 

Ce n'est que deux ans plus tard que j'y suis retournée avec la troupe dont je vous ai parlé hier. Je crois qu'ils avaient bien apprécié comme moi les circuits hors circuits dans le vieux Istanbul, les églises byzantines cachées, les petits restos que l'on avait tous baptisés chez Mehmet. Et aussi l'amabilité turque. La pluie beaucoup moins.

Ce sera la première fois que je vais à istanbul au printemps. Les circonstances m'y amènent avec des gens nouveaux. La ville sera encore surement changée.

 

 

PhotoService.com PhotoService.com

commentaires

Retour en Turquie

Publié le 24 Avril 2014 par Nadine dans Voyages en Turquie

PhotoService.com

 

Le voyage en Turquie, et particulièrement à Istanbul, est un des grand must de ce blog. C'est avec bonheur qu'il entame son 71ème chapitre ce soir : je m'envole après-demain pour la sixième fois, la quatrième de ce blog, vers la Turquie.

La dernière fois c'était en 2009 avec deux couples d'amis, dont l'un voyageait avec belle-maman comme on l'avait nommée : c'était à l'automne, sous la pluie. Cette fois-ci c'est au printemps, la saison des tulipes qui est le symbole de la ville. Au passage remarquez que la famille a de la suite dans les idées puisqu'au même moment Neel est en Hollande. Mais la configuration est différente. Suivez plutôt.

Ce sont les amis avec lesquels j'étais partie en 2009 qui m'ont demandée de revenir sur leurs pas à Istanbul. Nous avons donc pris en novembre des billets d'avion pour toute une troupe : nous trois, la tante de madame et l'amie de sa tante, et un couple d'amis à eux. J'écris madame car ils étaient jeunes mariés à cette époque. Nous devions donc partir à 7. Mais entre temps, monsieur est parti vers d'autres cieux, abandonnant madame. J'arrête ici le récit, mais j'aime autant vous dire que ce n'est pas drôle pour tout le monde. Nous voici donc revenus à 5. Je pense que nos amis qui avaient réunis tout le monde vont être au centre de nos conversations. J'espère aussi qu'il ne vont pas être tout le temps au centre des débats et qu'on va aussi se régaler car Istanbul a de la ressource : je vais faire comme souvent le guide, mais j'espère aussi découvrir des coins que je connais pas encore, des momuments et des musées que je n'aurais pas encore visités et surtout profiter du printemps sur les rives du Bosphore, rien qu'à passer le temps à voir passer les mouettes et les bateaux au rythme stambouliote.

Je retourne comme il se doit chez Enis qui était très ému de m'entendre au téléphone et pour qui l'amitié n'est pas un vain mot.

Et puis peut-être que la jeunesse stambouliote nous préparera-t-elle un petit happening du côté de Taksim si Erdogan continue à être encore plus mauvais que notre François Hollande ? Et si on se faisait déjà la manif du 1er mai qui est aussi en Turquie la fête du travail (Erdogan a déjà interdit les manif à Taksim, lire ici) ? Dans tous les cas j'amène mon drapeau de la FSU au cas où…

commentaires


Hava Yolları

Publié le 6 Novembre 2009 par Nadine dans Voyages en Turquie

PhotoService.com
Nous sommes bien rentrés mardi et nos bagages hier soir. Je ne sais pas s’ils ont fait le tour de la planète pour nous rejoindre mais ils sont arrivés à bon port, passant peut-être par Prague en çek Cumhuriyet et Paris en Fransa comme nous ou, qui sait, par Everan au Ermenistan ou par Nicosie au Kibris (ce qui expliquerait ce retard inhabituel). Neel a pu ainsi découvrir ses merveilleux cadeaux : chaussettes et montres Spiderman achetées au bazar (je n’ai pas trouvé de montre Ottoman ou de chaussettes Musulman) et t-shirt Tintin à Istanbul offert par Gisèle et Rodolphe.  ces derniers reviennent enchantés de Turquie. Eblouis comme moi par l'élégance des minaret turcs, nous comptons envoyer une lettre à Maryse pour lui demander d'en faire batir à Aix.

PhotoService.com
Les photos, outre ce Turc à moustaches et turban gardant les geôles de son sérail, croisé sur le pont Charles à Prague, quant à elles sont déjà en ligne là (code istanbul).

Voici venu le grand moment du jeu-concours.
Félicitations à Chico et PFG pour la réponse Chalcédoine. Mais même sans bulles, je maintiens le rakı comme lot et non du crémant de Bourgogne comme le suggérait Chico. Ca évitera de se poser des questions d’hypostase à propos des bulles, voire de volonté ou d’activité théandrique ce qui est plutôt gênant pour picoler.

Quels pays se cachent sous leurs noms turcs ?

A gagner : un cadeau de blonde.
ABD

Almanya

Arjentin

Avustralya

Brezilya
çin
Endonezya
Filipinler
Ingilter

Isveç
Isviçre

KKTC
Lübnan
Macaristan

Meksika
Misir

Suriye

Tunus

Yunanistan
Du Pérou aux Philippines en passant par la France, la fondation américaine World
commentaires

Fatih nouveau spot fashion ?

Publié le 3 Novembre 2009 par Nadine dans Voyages en Turquie

Pendant que les fashion victim du groupe 1 faisaient du shopping à Beyoğlu et ailleurs, nous sommes partis, Fred et ma pomme, à la recherche des églises byzantines perdues au fin fond de Fatih. C’est là que se trouvent les plus belles mais aussi les plus introuvables (voir article précédents) : un vrai jeu de piste. Fatih c’est là que se trouvent aussi les vieilles maisons délabrées peuplées des derniers habitants, arrivés tout droit de l’Anatolie profonde mais aussi les plus intégristes de habitants de cette capitale hip de l’Europe. Bref, un champ en friche pour nos meilleures idées urbanistiques : transformer le quartier en nouveau quartier à bobos quand la Turquie sera enfin en Europe. Il n’y manque rien : c’est à côté de tous les quartiers centraux, des vues fabuleuses sur la ville et le Bosphore, on y trouve de superbes bâtisses à rénover et l’immobilier est encore abordable. Il y reste en plus un air charmant, des commerçants avenants, des marchés pittoresques et des petits restos très accueillants. Nous avons d’ailleurs mangé de délicieux kebab cuits au feu de bois, lavaş ekmek et bulgur accompagnés de tomates et peynır dans une gargote tenus par deux messieurs souriants qui ont tenus à nous faire visiter le coin VIP aménagé en mezzanine avec toute sa déco (vieux moulin à café, champagne russe…). Nous avons d’ailleurs décidé que dans notre plan de rénovation, le lieu s’appellerait chez Mehmet et Ali et serait le resto gay du quartier avec back-room. Et encore plein d’autres idées mais on les garde pour nous, on a peur que vous veniez nous les piquer…


Les indigènes de Fatih : le matin le choix de la tenue c’est noir ou noir.
PhotoService.com

Pas mal de rénovation en perspective mais un patrimoine intéressant.

PhotoService.com
De sympathiques marchés devant la mosquée de Fatih : comme à Sumatra l’appel du muezzin du matin pourrait marquer la fin des folles de nuits de Fatih quand ce sera un quartier in. PhotoService.com

Chez Mehmet et Ali, cosy au coin du feu. Il manque juste le drapeau arc-en-ciel.

PhotoService.com
commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 > >>