Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Vacances : second tour (là-aussi)

Publié le 28 Avril 2012 par Nadine dans Voyages

PhotoService.com PhotoService.com PhotoService.com

Après la pluie parisienne, ce sera le littoral atlantique et plus exactement la côte basque où l'on annonce… la pluie ! Je pars demain à l'aube en petit car, avec JJ et trois enfants de 9 et 10 ans, Félix et Neel bien sûr, la paire black and white, et Marius mon filleul. Pourquoi le pays basque ? Parce que Neel a tellement aimé le suf à Bali et en Guadeloupe (voir photos ci-dessus) qu'il m'a demandé d'en refaire et qu'aller à Saint-Jean de Luz coûte quand même moins cher que d'aller à Kuta. Parce que JJ veut revoir ses amis basques, amis de José. Parce que Cathy m'a confié son fils le temps d'une escapade au Maroc et que les trois garçons s'entendent très bien. Parce que sur le chemin nous allons nous arrêter chez Frantz. Bref, plein de raisons convergentes.

J'ai donc réservé un bungalow extra-large à deux pas des plages de rouleaux et j'ai inscrit les moutards à une école de suf. Même que leur prof de surf a mis en ligne une vidéo tournée en Indonésie et que nous nous sommes écrit en bahasa indonesia. Vous voyez qu'il y en a encore des raison convergentes.

Le seul truc qui m'ennuie dans ce départ c'est que je vais rater le 1er mai à Aix qui sera sûrement imposant cette année (10h30 en haut du cours pour ceux qui sont ici). J'ai bien écrit le 1er mai, la fête des travailleurs et celle des luttes sociales, pas celle du vrai travail comme le pense notre président qu'on va se dépêcher de mettre au chômage ou en retraite dès dimanche prochain. On ne va lui laisser le temps de compter fleurette plus longtemps à la Marine, on va lui botter le cul !

Mais je ne vais pas rater le 1er mai tout court : JJ s'est renseigné, nous connaissons l'heure et le lieu de la manif à Bayonne et nous emportons les drapeaux, celui de la FSU bien sûr et aussi le rouge que j'ai ramené du Vietnam.

commentaires

Paris sous la pluie mais Paris avec les amis

Publié le 27 Avril 2012 par Nadine dans Voyages

PhotoService.com

Pas exactement entre deux vols, mais entre le TGV et le camping-car puisque je suis rentrée hier de Paris et que je repars dimanche pour le Pays Basque. Mais finissons-en d’abord avec l’escapade parisienne sans les mômes, avant d’en avoir trois la semaine qui arrive. Etre rue de Capri dans le 12e pendant que son fils est à Naples, voici une harmonie familiale à souligner.

J’avais prévu le programme suivant : expo, vélo, potos. Programme rempli. Pas exactement toutes les expos prévues, mais un beau festival quand même : la fabrique du sauvage dont j’ai parlé avant-hier, puis au musée de Cluny le puzzle du portail de Cluny III et enfin hier Robert Crumb au musée d'art moderne de la ville de Paris. Au passage, car à ce moment-là il pleuvait très fort et que je ne paye pas l’entrée, j’ai visité la Conciergerie toute rénovée : je ne me suis pas beaucoup émue devant la cellule de Marie-Antoinette, j’ai par contre eu un soupir devant la plaque en l’honneur de Maximilien Robespierre. En ces temps de Sarkozisme tardif, on a quelques regrets concernant l’An I ou l’An II où l’on n’a pas fini le travail.

Pour le vélo, c’était vélib comme d’habitude, même sous la pluie. Le vélib cela se fait avec les mollets et une montre pour ne pas dépasser la demi-heure fatale au-delà de laquelle on paie. Donc, je chronomètre de manière à changer de monture au bout de 20 mn environ. Voici mes performances de la semaine : Madagascar (la station vélib, pas l’île ni le film)-Bastille 12 mn, Glacière- Madagascar 20 mn, Pont l’Alma- Madagascar 40 mn y compris le changement de monture. Pas mal, non ? Sinon j’ai un peu pris le RER, mais c’était pour aller dans peyi pedi du 94.

Enfin les potos : mercredi soir j’étais au Paradis Tropical avec les deux plus beaux blacks de Paris (et pourtant la concurrence est rude) alias Evens et Stevens. Aller au Paradis Tropical avec eux, deux pour moi toute seule, j’espère que vous mesurez ma chance. Entre les ti-punch de l’apéro et ceux du digestif, on a fait accras, bananes pesées, pikliz, griot, puis pwason avec du riz djon-djon.

Jeudi midi, j’étais avec Marianne ma cousine et deux camarades du bip à l’ambassade d’Indonésie à manger du bakso, de l’ayam ou de l’ikan avec mie ou nasi sos en buvant du teh dans le jardin balinais. Nous avons décoché quelques flèches contre le Sarkoland alors que nous étions dans son fief à Passy, mais aussi contre le bip (le mien). La preuve en image ci-dessus.

Salamat tinggal ! Sampai jumpa lagi !

 

PhotoService.com PhotoService.com PhotoService.com

commentaires

Une journee chez les sauvages

Publié le 25 Avril 2012 par Nadine dans Voyages

http://blogscd.paris-sorbonne.fr/wp-content/uploads/2012/02/exhibitions.jpgPendant que l'UMP essaie de ratisser les voix du FN en osant toutes les bassesses, je suis allée vérifier que toutes les civilisations ne se valent pas comme l'affirme le ministre de l'intérieur de Sarko. Et ceci en plein cœur des VIIe et XVIe arrondissements.

Je suis tout d'abord allée à l'expo l'invention du sauvage au Quai Branly qui nous en apprend très long sur la construction des idéologies à propos de l'Autre et de l'inegalite des races comme évidence dans les sociétés occidentales jusqu'au milieu du XXe s. Puis je suis allée manger à l'ambassade d'Indonesie ou l'on est toujours aussi bien reçu, avec sourire et prévenance pour manger des choses simples et très bonnes. J'ai fini hier soir, comme aussi ce soir avec des amis haïtiens à l'accueil chaleureux.

tBref à l'heure de la percée européenne et surtout française de l'extrême droite (depuis Gobineau et Maurras nous avons souvent un cran d'avance), idéologies de haine et de repli je me dis que oui, toutes les civilisations ne se valent pas parfois et que nous avons beaucoup à apprendre ses autres pour nous hisser à la hauteur d'un vote civilisé.

PS : aujourd'hui 25 avril, anniversaire de la Révolution des Oeillets . Il y a 38 ans des capitaines courageux se dressaient contre la dictature et le colonialisme. Vivons encore le temps des révolutions.

commentaires

On lache rien

Publié le 23 Avril 2012 par Nadine dans Réflexions profondes

1er mai1) Le score du Front de Gauche est bon. Faire deux chiffres à gauche du PS, c'est inespéré depuis au moins 20 ans.

2) Hollande est devant, c'était attendu, pas la peine de nous avoir fait un fromage sur le vote utile avant le premier tour.

3) Sarko est toujours vivant politiquement mais on va l'achever dimanche 6 mai.

4) La vague brune marine nous a submergé. Ca craint. Je rappelle au passage pour les afficionados de la pucelle que le 1er mai c'est la fête du travail, et que ce sont les syndicats qui doivent battre le pavé, pas les supporter de Jeanne d'Arc et des idées qui puent.

C'est pour toutes ces raisons que le premier mai sera une date majeure cette année encore.May day

 

Dans la vidéo de ce lien, y a plein de copains et de copines, mais y a surtout ma nièce à 7mn14s. Bon sang ne saurait mentir !

 


 





EP.22 - En marche : Plage au peuple par PlaceauPeuple

commentaires

Les adieux à la reine ou ciao bling-bling !

Publié le 21 Avril 2012 par Nadine dans Réflexions profondes

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/7c/Louise_Elisabeth_Vigée-Lebrun_-_Marie-Antoinette_de_Lorraine-Habsbourg%2C_reine_de_France_et_ses_enfants_-_Google_Art_Project.jpg/468px-Louise_Elisabeth_Vigée-Lebrun_-_Marie-Antoinette_de_Lorraine-Habsbourg%2C_reine_de_France_et_ses_enfants_-_Google_Art_Project.jpgJe suis allée hier soir au cinoche voir un film charmant et instructif qui s’appelle Les adieux à la reine. Il s’agit des journées du 14 au 18 juillet 1789 à Versailles, vues du côté de la domesticité et des couloirs et alors que la révolte gronde et que les têtes tombent, les masques tombent aussi, les trahisons s’enchaînent tandis que l’étiquette apparaît sous son jour le plus cru, celle d’un monde qui s’écroule. Le film finit avec la fuite de la favorite de la reine vers la Suisse, déguisée en servante mais ayant emporté avec elle les cadeaux de la reine, qui sont, au fond, de l’argent public.http://img.elle.co.jp/var/ellejp/storage/images/culture/photos/celeb-baby-11_1110/3-nicolas-sarkoz-carla-giulia/4762646-1-jpn-JP/3-Nicolas-Sarkoz-Carla-Giulia.jpg

La veille j’avais regardé un reportage d’Envoyé spécial sur les riches : ces pauvres petites choses craignent l’instabilité fiscale et pensent à partir en Belgique ou en Suisse, cependant qu’on nous expliquait que les vrais riches paient moins d’impôt que les commun des mortels puisque les revenus du capital sont moins taxés que les revenus du travail. Ca me rappelle mon cours de cette semaine en 4ème sur la plus-value qui rémunère le travail et le capital, qui sont donc anagonistes par nature.

Je pense que vous tirez les conclusions vous-mêmes en ce qui concerne le vote de demain. Et qu’ils mesurent leur chance : aujourd’hui il n’y a plus de guillotine mais les connards qui étaient le poste jeudi soir valaient bien les marquis et les duchesses du film de Benoît Jacquot !

 

commentaires

Vive le couchsurfing !

Publié le 19 Avril 2012 par Nadine dans Tchatche et niouzes

PhotoService.com PhotoService.com

Vous savez déjà tous et toutes que je suis allée à NYC en couchsurfing et je me félicite encore de cette option : nous savons dorénavant que les hôtels dans la Grosse Pomme sont vraiment très dangereux pour les Français, qu’ils soient président du FMI ou directeur de grande école. Le couchsurfing cela permet aussi de faire de belles rencontres  chez soi également, comme cela a été le cas la semaine dernière avec Baya et Tommaso.

Je reçois donc il y a un mois la demande suivante :

I hope you're doing well. I had a quick read through your blog and it seems we would have quite a lot to speak about. I am coming to Aix to go to the Archives coloniales, as I am writing my masters thesis in Oxford about the war of independence in Algeria. The city looks beautiful and I would love to stay with you, especially as you are a history teacher. I would be coming with my boyfriend, who is doing a thesis on creolization at Columbia university. I know he would be interested in hearing from you on the subject.

Je réponds immédiatement, et en français, que, non seulement j’accepte, mais en plus que je les invite. Une historienne et un créoliste, l’une venue de Montréal, l’autre de Ferrara, je ne pouvais les manquer. Je n’ai pas été déçue : Baya et Tommaso nous ont offert de chouettes soirées pâtes sauce bolognaise ou couscous, et grandes tchatches, des parties de foot sur wii Juve vs Barça, des parties de ping-pong et encore plein de trucs. Ils ont séduit Neel et nous ont invités à venir les voir l’année prochaine à NYC où ils s’installeront après avoir quitté Oxford. Je cherche dès que possible des billets. Mais j’espère bien que nous les reverrons avant et qu’il trouveront le temps et le billet d’avion pour venir faire un saut ici cet été : j’ai bien envie que Tommaso nous raconte la suite des aventures du bateau Les Droits de l’Homme qui croisait le long des côtes d’Hispaniola au début du XIXème siècle, et je leur ai promis de leur montrer l’Estaque. Or je tiens toujours à remplir mes promesses.

 

commentaires

Pour celles et ceux (rares) qui hésitent encore pour dimanche

Publié le 18 Avril 2012 par Nadine dans Réflexions profondes

PhotoService.com PhotoService.com PhotoService.com

Une hésitation avant les élections présidentielles ? 
Ou vous voulez vous abstenir, faute de savoir pour qui ?
 Vous flippez et pensez que l’histoire se répète à dix ans de distance et faites la morale autour de vous en répétant vote utile ?

Les numérologues savent ce qui est bon pour vous et pour les vôtres !

Voici la dernière technique en date, celle jugée la plus efficace par le dernier congrès de numérologie.



-Choisissez un nombre entre 1 et 9


-Multipliez par 3


-Ajoutez 3


-Multipliez par 3, vous trouvez un nombre à 2 chiffres


-Additionnez ces 2 chiffres.


-Reportez-vous au (à la) candidate correspondant-e au résultat, dans la liste suivante :



1 Sarkozy


2 Cheminade


3 Le Pen


4 Hollande


5 Joly


6 Poutou


7 Arthaud


8 Bayrou


9 Mélenchon



À présent, lisez tranquillement son programme : vous avez pu le vérifier, c'est bien le programme qui vous correspond... D’ailleurs voici un extrait du discours de samedi dernier à Marseille :

« Ca se sent, ça se sait, ça se voit, nous écrivons une page de l'histoire de la gauche, nous sommes la renaissance de cette gauche qui ne transige pas et qui met ses rêves assez haut pour qu'il en reste quelque chose si tôt que l'ennemi revient pour arracher ce qui a été acquis avec tant de souffrances. » Jean-Luc Mélanchon, Marseille, 14 avril 2012.

 

PS : outre que vous me donnerez l’occasion de chanter l’Internationale sous les fenêtres de Maryse, donnez-moi aussi l’occasion de me payer une bonne tranche de rire. Un de mes amis a promis de se peindre les couilles en rouge si Mélanchon était au second tour. Ce ne sont pas ses parties intimes qui m’intéressent, c’est la tête qu’il va faire quand on va sortir la peinture.

 

PhotoService.com

commentaires

Sous les pavés, la plage

Publié le 15 Avril 2012 par Nadine dans Réflexions profondes

PhotoService.com

PhotoService.com

Il n'y avait pas de pavés, mais on ne manquera pas d’en envoyer dans la gueule de Sarko, Guéant et compagnie par le biais du bulletin de vote dimanche prochain. J’étais à la plage hier, celle du Prado et je n’étais pas seule, on était… on va dire un moulon, comme dans les bons comptes marseillais de manifs. En gros, nous étions plus de 100000, même la police est d’accord.

P1150858Je suis arrivée à la bourre et je suis repartie en avance pour cause d’enfant et d’hôtes à la maison, mais j’y étais avec mon drapeau rouge avec faucille et marteau ramené du Vietnam (oui, on n’en ramène pas que des microbes). Le deuxième Prado était noir de monde et sur la plage, quand je suis arrivée, les écrans géants diffusaient le discours de Clémentine Autain comme une Marianne détachée sur le ciel bleu. Malgré le monde et n’ayant donné rendez-vous à personne, je suis tombée sur plein de copains et de copines : c’est dire s’il y avait du peuple ! Même que j’ai retrouvé mes potes Fred, Vincent (avec bonnet phrygien), Mathilde, Rodolphe, Camille avec lesquels j’ai écouté le début du discours de Mélanchon. C’est un vrai tribun, qui scande ses phrases, qui semblent interminable et qui pourtant reviennent toujours à leur point de départ pour dire des choses simples : oui, quand on est à gauche on est du côté des travailleurs, des gens modestes, des peuples qui luttent et on aime tellement notre pays qu’on est prêt à le partager avec tout le monde. Il a commencé en évoquant la mer dont nous n’étions qu’à quelques mètres, la mer Méditerranée.

Comme vous êtes émouvants, comme vous êtes grands, comme vous êtes beaux. Comme vous tous, si nombreux ici, et particulièrement ceux qui sont venus de la mer. Je suis venu, comme vous, recevoir sur cette plage au bord de ces lèvres fraîches le baiser de la Méditerranée, notre bonne mère à tous.

Ecoutez le murmure de l'histoire longue qui travaille en nous, il vous dit à tous pourquoi Marseille est la plus française des villes de la République. Ecoutez Marseille qui vous parle et vous dit la leçon qu'elle porte.

Ici, il y a 2600 ans, une femme a fait le choix de prendre pour époux l'immigré qui sortait d'un bateau, c'était un Grec. Et de ce couple est né Marseille. Depuis 2600 ans, nous sommes du parti de ceux qui sont contents d'être mélangés, fier d'être le peuple qui compte le plus grand nombre de mariage mixte en Europe.

Voilà qui est clair. Moi qui appartient à une famille arc-en-ciel, qui accueille des gens du monde entier chez moi, que n’ai-je été ravie de l’entendre débuter son discours par ces évidences. Moi dont le fils m’a demandé l’autre jour s’il devait quitter la France si Marine Le Pen était élue, je vais voter pour celui qui combat ses idées avec le plus de force et de conviction.

Mon candidat a continué en évoquant l’autre côté de la mer, le passé qui nous lie à lui, même dans ce qui ne fait pas ma fierté de la France, le présent et l’avenir qui nous disent que nous devons nous tendre la main.

Il ne faut jamais oublier que le socle de l'identité républicaine de la patrie est dans la Méditerranée… Il faut se souvenir que les gens du Maghreb sont nos frères et nos soeurs, qu'il n'y a pas d'avenir pour la France sans nos frères et soeurs du Maghreb. Nous faisons cette promesse: vous avez un peuple français qui vous ouvre les bras et vous dit c'est fini, la guerre est finie.

Bref, j’ai applaudis, j’ai crié Tous ensemble, tous ensemble… et j’ai dû partir. J’ai donc raté la suite, mais heureusement, grâce à la toile, je sais qu’il a dit des trucs vachement bien sur le monde du travail, l’entreprise et tout ça, que la crise doit être payée par les riches et pas par les pauvres, bref des idées de gauche. Et donc de botter le cul à Sarko et sa bande.P1150885

Sur le chemin du retour, en remontant le Prado, il y avait encore plein de monde qui arrivait. J’étais aussi désolée de partir et ce qui me désolait c’était de rater la Marseillaise et l’Internationale à plein poumon avec la foule. Alors si vous pensez à moi, n’oubliez pas de voter Mélanchon dimanche prochain, comme ça je vais pouvoir chanter l’Internationale dimanche prochain sous les fenêtres de Maryse (notre mairesse). Ce qui vous fait une raison de plus de bien voter, de voter à gauche.

commentaires

Easter (la resurrection)

Publié le 8 Avril 2012 par Nadine dans Niouzes narcissiques

http://www.cdeuroxpress.com/images2/078221882620.jpgAprès un post de début de semaine assez spirituel, on finit la semaine avec Pâques sur le même ton. En fait le titre de ce post est une citation, celui d’un album de Patti Smith, sorti en 1978, qui a tourné des milliers de fois sur ma platine, j’ai bien écrit tourné car il s’agissait de vinyle. A l’époque je passais des heures à détailler les belles pochettes de 30 cm, et dans celle-ci, sur la pochette intérieure, il y avait le portrait de Rimbaud et des citations du poète, mais ce n’est que bien plus tard qu’il m’a pris la curiosité d’aller voir ce que signifiait Easter en anglais. Je préférais sûrement le mystère d’un mot inconnu auquel était juxtaposé le mot resurrection en français dans le texte mais sans l’accent sur le e.

Ce matin, Easter tourne encore sur ma platine, mais c’est en CD. J’ai évité le mp3 qui est mon lecteur habituel car il ne respecte pas l’ordre des morceaux, or pour ce genre d’album l’ordre des morceaux compte, et quels titres ! Because The Night bien sûr, merci Bruce Springsteen, mais aussi Rock'n'roll  Niger qui clôt la face A et Privilege (Set Me Free) qui ouvre la face B. C’est un disque habité, Patti chante de sa voix cassée, inspirée et le PSG l’accompagne de façon magistrale. Oui Easter depuis toujours est bien dans mon top 10 des meilleurs disques de Rock’n’roll.

Mais si je titre aussi la résurrection, c’est que c’est un l’état d’esprit de ce printemps. Après avoir touché le fond à la fin de l’été, j’ai au mois de mars passé une étape supplémentaire de ma remontée. J’en ai fini avec les fourmis dans les doigts dès que je lève les mains ou que je serre le poing, les désordres gynécologiques se résorbent, je reviens à mes performances antérieures en natation (27-29 mn au km brasse, même pour Pessah je n'en suis pas à la traversée de la mer Rouge). J’ai passé jeudi une échographie abdominale et tout va bien. Il y a encore de la casse : je n’arrive plus à stabiliser mon poids, je crains d’avoir perdu de la vue, à moins que ce ne soit l’âge. Mais globalement, la ressuscitée de l’année c’est moi, même si cela a pris plus de trois jours pour y arriver. Le temps y est pour quelque chose, aussi sûrement le fait que je me sois bougée : j’ai repris la piscine dix jours après ma sortie d’hôpital (100 mètres la première fois, suivi d’une sieste), le vélo trois semaines après, le boulot moins de deux mois après (là je pense que j’ai fais une erreur, j’étais trop fatiguée et je le paye encore avec les classes que j’ai mal prises). Et puis les voyages et le trip américains m’a redonné des ailes. C’est donc avec du sens que je partage avec vous pour Pâques cet album de la grande New-Yorkaise Patti Smith, ici au CBGB's le célèbre club de Bowery : « I want to wake up, in a city that never sleeps » comme le dit la chanson (d'une autre). 

commentaires

D’Osiris à Baron Samedi : d’un syncrétisme à l’autre

Publié le 2 Avril 2012 par Nadine dans Réflexions profondes

PhotoService.com PhotoService.com PhotoService.com

Pour ouvrir la Semaine Sainte, un peu de spiritualité.

Etant en manque de Paris pour cause d’année sans FPMN, j’ai fait ce week-end un saut à la capitale histoire de respirer le bon air du pavé parisien. J’avais en projet d’aller visiter l’expo l’invention du sauvage au musée du Quai Branly, mais Stevens avait émis le désir d’aller au Louvre : comme en plus il sait me flatter, il avait argumenté qu’une prof d’histoire fait forcément un bon guide. Me voici donc, comme avec Evens il y a deux ans, à mettre ma casquette de guide touristique, ce que j’adore en fait, d’autant plus que la commande était les collections d’antiquités grecques et égyptiennes.

D’abord je me suis régalée parce qu’un grand musée comme le Louvre c’est toujours un régal. Je n’avais plus revu les collections égyptiennes depuis très longtemps et j’avais presque oublié combien elles étaient diverses, très abondantes et bien présentées. Il y a en plus depuis peu les pièces sorties des fouilles de Saqqara, c’est dire si le détour en valait la peine.

http://www.africamaat.com/IMG/jpg/osiris_isis.jpgJe suis en train de lire Ainsi parla l’Oncle de Jean-Price Mars, paru en 1928, livre fondateur de l’Indigénisme haïtien. Il y aurait beaucoup à dire sur les sources de l’auteur, mais relevons tout de suite que Mars passe par le détour de l’Afrique pour expliquer le vaudou, et compare le syncrétisme entre catholicisme et vaudou avec le syncrétisme du paganisme et du christianisme de l’Antiquité tardive. Alors, n’hésitant devant aucun raccourci, et faisant miennes les théories de Cheikh Anta Diop, j’ai transformé les pharaons et les dieux de l’Egypte en rois et dieux nègres, et Osiris est devenu Baron Samedi gardien des cimetières, des pyramides et du royaume des morts en compagnie de sa femme Isis/Manman Brigitte. Et continuant plus loin Aphrodite/Vénus est devenu Erzulie et Papa Legba se confondait avec Hermès/Mercure. Y a pas de raison, ils faisaient déjà des trucs comme ça dans l’Antiquité !

Je ne sais pas à l’arrivée si j’ai été très claire (je n’ai pas raconté QUE ça !) et si on me reprendra comme guide touristique mais je me bien amusée et je n’étais pas la seule. Je crains le pire si la prochaine fois nous allons au musée de Cluny : à quelle sauce vaudouisante sera mangée la Dame à la Licorne ?

Les photos ci-dessus viennent du African Burial Memorial de Manhattan : ce sont certains des symboles gravés en hommage à la diaspora africaine. Comme quoi, moi je plaisantais, mais certains plaisantent moins…

commentaires