Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Articles avec #niouzes narcissiques catégorie

Début de vacances à Marseille

Publié le 21 Juillet 2014 par Nadine dans Niouzes narcissiques

PhotoService.com

Je suis en vacances depuis vendredi soir — et oui une CP du SNES ça bosse jusqu'au bout des GT de juillet et ça reprend en août — et j'ai bien commencé mes vacances racourcies. Partie samedi midi à Marseille, je n'ai pas raté la manif en soutien à la population de Gaza : à Marseille elle n'était pas interdite et elle s'est déroulée sans problème, comme quoi Flamby et Valls sont vraiment des pompiers pyromanes en interdisant celle de Paris.

Le lendemain je suis allée au Vallon des Auffes retrouver mon copain Hervé et Manu pour un déjeuner sur la terrasse de leur cabanon. Et puis aussi la plage, la plage, la plage… et même la piscine. J'étais un peu sevrée avec la fermeture estivale de la piscine municipale d'Aix.

P1020250.JPGHier soir je suis allée au Festival de Jazz des 5 Continents au Palais Longchamps, à 10 mn à pieds de la Fillotière. Les dieux du Funk et du Jazz étaient avec nous (j'écris les dieux au pluriel car ces dieux-là sont les cousins des lwa du vodou) : la pluie s'est arrêtée juste quand les concerts démarraient. Ca a commencé avec Sergio Mendès, un Brésilien exécutant avec grace des standarts de Chico Buarte et de Gilberto Gil. Puis celui que tous attendaient, Mister Funk en personne, le père spirituel de Prince (qui d'ailleurs l'a signé sur son label quand il était sans maison de disque), George Clinton, 73 ans, et tout son délire. Il ressemble à une barrique avec un chapeau rouge et une tête de de fou, et se contente essentiellement de faire des geste obsènes, de rigoler et d'encourager toute la troupe, environ 20 musiciens sur scène : guitares, basse, batterie, percu, cuivre, claviers et surtout 6 chanteurs et chanteuses, tous meilleurs les uns que les autres. L'ambiance n'a cessé de monter avec ses grands tubes des années 1970, Atomic Dog, One nation under the groove etc… Pas de rappel mais nous sommes partis à 1h30 du matin envoutés par les dieux du groove et du funk.P1020252.JPG

commentaires

Les travaux de Chauvet

Publié le 14 Juillet 2014 par Nadine dans Niouzes narcissiques

Je redescends à peine de Chauvet, notre chalet de famille, où nous avons, comme tous les 14 juillet, fêté l'anniversaire de Mô. Je ne vous la refais pas, j'ai déjà relaté les éditions 2007, 2008, 2009, 2010 et 2012. J'ai laissé Neel dans notre montagne, avec plus d'une dizaine de cousins, ses grands-parents, son arrière grand-mère et sa tente à monter car demain c'est bivouac en montagne. Nous n'étions pas cette année les grandes foules de certaines sessions, et tant mieux car hier soir pour cause de pluie nous avons dû annuler le traditionnel grand feu du parking avec feux d'artifice et pétards.

Mais l'événement de l'année c'est bien plutôt les travaux de Chauvet. Les derniers grands chantiers dataient des années 1970 et 1980, il était temps d'opérer la mutation suivante alors que la future génération arrive au seuil de l'adolescence et ne va pas tarder à virer ses parents pour monter en troupes de djeuns. Alors plus que de longs discours voici quatre photos de l'avancement actuel du chantier qui continuera cet été. Il s'agit d'agrandir l'appartement du haut avec une extension sur la terrasse, de construire un escalier le reliant à chez Mô, où les placards de la chambrette ont disparu, remplacés par une serie de casiers personnalisés dans le couloir. La cheminée de chez Mô a été démontée et le célèbre Godin (celui que l'on aimait tant fourrer pour l'entendre ronronner toute la nuit) a été remplacé par un poële technologique. La mezzanine sera isolée (pas pas phoniquement, j'écris cela pour les couples et pour ceux qui connaissent le plancher). Résultat final fin août.

 

PhotoService.com PhotoService.com PhotoService.com PhotoService.com

commentaires

Mon mondial

Publié le 5 Juillet 2014 par Nadine dans Niouzes narcissiques

Je ne suis ni pour ni contre le foot, et vice-versa, de toute façons, le sport, comme toute activité physique, je préfère le pratiquer que le regarder. Mais il a des matches de foot que j'aime bien. A vrai dire ce ne sont pas les matches de foot, ce sont des ambiances autour des matches que j'apprécie ; et la coupe du monde en offre quelques unes.

Bien sûr rien ne revaudra juillet 1998 lorsque j'étais à quelques enjambées du Stade de France alors que le père de mon fils était dedans et que… je n'ai pas vu du tout le match mais que je me suis régalée. J'étais aussi pas mal éméchée d'ailleurs. Je me souviens aussi d'un Turquie-Allemagne dans un kebab, télé en VO, mémés sur des pliants et danses à chaque but des Turcs. Les Allemands ont gagné comme toujours mais le tout était dans une ambiance bonne enfant.

Pour ce mondial, faute de la présence de la Corée du Nord supportée par le NKK, j'avais pris fait et cause pour l'Algérie et la France, ce qui n'est pas très original du côté de Marseille. De toutes façons comme le disait un supporter lundi soir aux micros de la télé : "et si on rencontre la France ce sera la France 1 contre la France 2, on est des frères". En fait mieux que des frères, des compatriotes vu que la moitié des Fennecs sont binationaux.

J'ai donc vu trois matches cette année, ce qui constitue presque un record.

 

PhotoService.com

 

Le premier était sur le Vieux Port pour France Suisse. Les Bleus ont planté cinq buts aux Hélvètes : au fur et à mesure l'ambiance festive montait avec ola en terrasse sur le Vieux Port.

 

PhotoService.com

 

Le deuxième était Algérie Allemagne. Toujours à Marseille mais du côté de Belsunce. Devant les écrans géants du bar plusieurs centaines de personnes, public mélangé, français et maghrébins, hommes et femmes et pour tout le monde le drapeau de l'Algérie. Par contre, personne ne connaissait l'hymne national algérien. Beau match, suspens soutenu et de l'avis unanime des Fennecs qui sortent de la compétition la tête haute, avec les honneurs. Pour moi, une soirée éblouissante, une très belle ambiance, même après le match.


PhotoService.com  

 

Le troisième était hier. A vrai c'était plutôt le dernier quart d'heure de France Allemagne. Malgré la pluie et le score entamé dès le début par la Mannschaft, la foule était au rendez-vous sur les places d'Aix, avec ambiance de stade. Sitôt après le coup de sifflet final, tout le monde s'est dispersé, pas très joyeux. Je pense que ce sera mon dernier pour moi aussi avant quatre ans. Sauf si ?

commentaires

Ouf on a passé 2013 !

Publié le 2 Janvier 2014 par Nadine dans Niouzes narcissiques

MP2013:1Vous vous rappelez surement, innombrables et fidèles lecteurs, que l'arrrivée de 2013 m'avait donné beaucoup d'appréhensions : cliquez sur le lien pour savoir pourquoi.

Finalement j'ai passé le cap alors que je ne me suis pas abstenue de destinations exotiques, de grands marronages et de dégustations culinaires variées. J'ai encore parcouru le monde, mais je suis aussi beaucoup descendue à la capitale, j'écris bien descendu parce qu'on descend quand on va d'Aix à Marseille, Aix étant en altitude et Marseille au bord de la mer. J'ai pas tout fait à mp2013, mais j'ai fait beaucoup depuis le lancement le 12 janvier jusqu'à la cloture le 31 décembre. Zavez qu'à lire le blog…

Donc mardi soir, c'était l'embrasement du Vieux Port en bouquet final. J'étais avec Anne mon ex-(voisine) et Fred son tcheum, puis on est allés au Point de Bascule où se retrouvait tout le Marseille sympa, intello, gaucho etc… pour concert, déclamations, poèmes… et buffet gargantuesque au champagne à gogo dès minuit.

On a beaucoup critiqué l'année capitale à Marseille, et y avait de quoi : beaucoup de vent, que va-t-il rester ? Le MUCEM superbe… coquille vide. Mais il ne faut pas non plus bouder son plaisir : Marseille s'est métamorphosée, le tourisme est devenu une activité viable (qui aurait parié un kopek sur le tourisme à Marseille il y a 20 ans ?) on a eu plein de chouette moments, la foule au rendez-vous tout le temps, jusqu'au bouquet final où pour de bon on a mis le feu !

Demain, je vous présente mes vœux.

 

 

PhotoService.com PhotoService.com

commentaires

Bon bout d'an

Publié le 29 Décembre 2013 par Nadine dans Niouzes narcissiques

La trêve des confiseurs me donne l'occasion de travailler pour enfin conclure mon travail sur "Haïti et la mondialisaton" à amener dans six semaines de l'autre côté de l'Atlantique : le texte général est à la relecture, je peaufine les attendus didactiques et confectionne les derniers exercices pédagogiques. Neel est à Chauvet avec ses cousins, je n'ai que Fripouille pour venir me perturber (outre la voisine qu'est jamais contente).

Alors pour vous aider à digérer le foie gras et les huitres voici le dernier né de mon atelier pédagogique, ou plutôt mon workshop, c'est comme ça qu'on dit quand on est à la mode, un diaporama sur la dépendance alimentaire.

Sinon, bon bout d'an et à l'an que ven ! Pour moi le réveillon sera à Marseille encore pour quelques heures LA capitale de l'Europe.

 

commentaires

Un nouvel habitant à la Villa Dimanches

Publié le 23 Décembre 2013 par Nadine dans Niouzes narcissiques

PhotoService.com PhotoService.com

Depuis bientôt sept ans que ce blog existe, il s'est fait le fidèle chroniqueur des habitants de la Villa Dimanches. C'est même dans son titre : Niouzes de la villa Dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Depuis deux semaines, la Villa Dimanches compte un occupant de plus : le chat de Neel. Depuis longtemps, il en rêvait, et après d'âpres négociations familiales sur qui allait garder le chat pendant les vacances, j'ai craqué. On a cherché un petit bout de temps, puis on trouvé : une de mes anciennes collègues d'anglais du Jas avait quatorze chats de différentes portées, et était ravie d'en donner un. C'est comme cela qu'un chaton de trois mois est arrivé à la maison, un mardi soir, miaulant de terreur dans sa cage. Rassurez-vous, maintenant la terreur c'est lui : il a déjà bouffé une prise d'i-phone, il saute sur les affiches et découvre les joies du clavier d'ordinateur. Sinon il est bien mignon, dort au moins vingt heures sur vingt-quatre, ronronne dès qu'on lui gratouille quelque part, adore être sur mes genoux pendant que je travaille dans mon bureau et l'endroit qu'il préfère c'est le lit, surtout s'il y a quelqu'un dedans. D'ailleurs maintenant, je le vire et je ferme la porte pour ne pas être réveillée à deux heures du mat par une langue rapeuse. Pour vous dire s'il est parfait, il était déjà propre et il ne miaule pas à cinq heures du mat devant ma porte pour réclamer sa pâtée !

Et puis surtout c'est le chat de Neel qui s'amuse beaucoup avec, et avec lequel il regarde des films dans le canapé. Peut-être avec un peu d'entrainement pourra-t-il jouer à la PS3 ?

Son nom ? J'aurais bien aimé Legba comme ça il aurait pu ouvrir les portes pour aller se promener dehors, mais Neel a choisi Razak dans un premier temps, mais maintenant c'est Fripouille. Pour moi quand Neel n'est pas là c'est tout simplement le chat.

commentaires

La traversée de Marseille

Publié le 10 Octobre 2013 par Nadine dans Niouzes narcissiques

PhotoService.com PhotoService.com

Le blog Nadoch a de la suite dans les idées, mes nombreux lecteurs s'en étaient déjà aperçu. J'annonçais la semaine dernière que j'allais fêter mon anniversaire… et bien… je l'ai fêté ! Même que c'était encore cette année avec mon filleul Marius, normal il est du 30 septembre comme moi. Notez que si les natifs du 31 décembre ont été conçus le 1er avril ce qui dénote quand même un manque certain de sérieux, les natifs du 30 septembre ont été conçus le 1er de l'an, ce qui montre une certaine constance dans l'intérêt pour la fête. Et cela n'en manquait pas le week-end dernier.

Je ne vous inflige pas un troisième compte-rendu d'un week-end Métamorphose (acte 3 la Ville Ephémère) à Marseille 2013, LA capitale, où il s'agissait de bâtir une ville en cartons autour de la mairie, je vais droit au but : Marius a fêté son anniv au parc Borely avec les 6ème de Thiers et celui de Mignet, samedi après-midi, sous un soleil radieux. Puis le dimanche midi, la famille a embarqué au Vieux Port, direction l'Estaque pour un resto de poissons estaquéen avec glaçons dans le blanc au pichet, et serveur jovial en maillot de l'OM. Grâce à Marjane, 19 mois, nous n'étions pas 13 mais 14 à table et nous n'avons rien laissé, même pas une frite. Nous avons fini à la fête foraine sur le quai de la navette où les six mecs entre 8 et 66 ans ont fait de la carabine à plomb et de l'auto-tamponneuse avec le même bonheur quelque soit leur âge. 

Sinon bon sang ne saurait mentir : Marius et Neel ont chacun été élus triomphalement délégués de leur classe de 6ème respective. De la bonne graine ces petits gars !


PhotoService.com PhotoService.com

commentaires

Marseille côté mer

Publié le 13 Juillet 2013 par Nadine dans Niouzes narcissiques

Alors que je m'apprête à monter à la montagne, je profite de cette matinée encore fraîche pour vous faire le récit du week-end précédent au bord de la mer : car, non seulement nous sommes cette année la capitale de l'Europe, mais en plus nous avons une région entre mer et montagne où nous pouvons sans effort faire les DEUX !

Donc vendredi, à peine la dernière sonnerie de l'école retentie, celle des grandes vacances, nous avons sauté dans le bus, direction Marseille, puis le métro et les embouteillages du 8ème pour ralier la pointe rouge où nous attendaient Etienne, Marius et Tribulle, Tribulle étant le bateau. Lorsque Cathy nous a rejoint nous avons levé l'ancre direction le Frioul pour y passer la nuit. Pour ne pas vous faire trop envie, je ne m'attarderai pas sur les poissons, coquillages et crustacés au resto, la pêche des enfants le matin, la calanque où nous avons mouillé pour le petit déj, je me contenterai de vous envoyer des photos des sirènes et des tritons.

PhotoService.com PhotoService.com

 

 

Revenus à quai samedi à midi, nous nous sommes précipités à Noailles pour voir Anne, ma copine de Lyon connue en Syrie et qui séjournait à la filliotière pour aller au FID (vous suivez toujours ?). Neel a engouffré un couscous géant, puis nous avons rejoint ses cousins avec lesquels il s'est remis de ses émotions devant une Xbox. Le soir, après un détour chez Eugénie, juste en face, le meilleur resto créole de Marseille, et surtout le plus convivial, nous les avons laissés, ma sœur et moi-même pour aller écouter un concert au palais Longchamp.

Le lendemain les aventures ont continué à nouveau sur un bateau, un plus gros à moteur, une navette qui amène ses passagers en quatre minutes  du J4 à la digue au large où il y a une installation artistique de Kader Attia. Comme prévu le plus beau c'était surtout la vue depuis la rade. Les garçons se sont surtout concentrés sur les détails techniques : les moules accrochées au quai, les poissons, le bateau, les cerises et les chips du pique-nique (et à l'écran de l'i-pod). Bref, y en avait pour tout le monde.

 


PhotoService.com

PhotoService.com

 

Neel avait donc le pied marin lorsque nous sommes arrivés lundi matin aux Laurons à Martigues chez Roland et Nanie : embarqué sur le bateau avec Marius il a passé deux jours de pêche et a remonté une bonite.

commentaires

La fête de l'école

Publié le 9 Juillet 2013 par Nadine dans Niouzes narcissiques

PhotoService.com

C'était mercredi dernier comme tous les ans la fête de l'école de Cuques. Mais c'était cette année une fête un peu particulière puisque c'était la dernière de Neel comme écolier (ce qui ne l'empêchera pas de revenir l'année prochaine et encore après). Cela a commencé avec la chorale de l'école et son répertoire habituel, sous la direction du directeur qui est aussi le chef de chœur, puis solennellement, le même directeur a aligné les CM2 devant lui, debouts sur les bancs, pour leur dire au revoir. Beaucoup avaient les yeux humides, parmi les élèves, les enseignants et les parents, car, je l'ai déjà dis et je le répète, Neel a été dans une école formidable à beaucoup de points de vue.

C'était l'année dernière à la même époque que sa maîtresse de CP, Valérie a quitté l'école et c'était déjà un peu le chagrin. Je profite de ce blog pour le rappeler : Valérie n'est pas une bonne maîtresse, c'est la meilleure maîtresse du monde, celle qui a su accueillir Neel et l'intégrer dans la classe et faire qu'il se sente bien dans son univers, la classe, l'école, le quartier, la vie française. D'ailleurs ces camarades de classe qu'il a quittés l'année suivante resterons quelque part ses camarades de cœur. Il en retrouve l'année prochaine au collège.

Il y a aussi dans l'école de Cuques (quelle chance nous avons !) le meilleur directeur du monde, Jean-Pierre. Neel a été inscrit alors que nous étions encore en Haïti et dès le lendemain de son aterrissage il a visité l'école, les yeux grands ouverts, demandant à y aller tout de suite. Il allait d'étonnements en étonnements, par exemple à toucher les radiateurs qui étaient une découverte. Jean-Pierre l'a fait venir avant même que la mairie ne l'inscrive officiellement, et tout au long de ces cinq années et demi, il a toujours gardé un œil attentif sur lui.

En conséquence, je peux dire que Neel a passé une scolarité épanouie dans cette belle école, une école vaste avec de la verdure et un terrain de sport qu'il a fréquenté assiduement. Un papa d'élève me disait l'année dernière que Neel était un peu la mascotte de l'école. En tous cas le chéri des dames de service qui ne tarissent pas de compliments sur lui.

C'est à la rentrée le grand basculement dans l'enseignement secondaire. Neel l'attend avec impatience comme tous les enfants de son âge : un cadre plus grand, mais moins rassurant, les enseignements et des enseignants spécialisés par disciplines. Mais je crois que ni lui, ni moi, nous n'oublierons son école et ses maîtres et maîtresses de son école.

Merci à Jean-Pierre et à toute l'équipe de l'école de Cuques.

commentaires

La fête après le mouve (et même pendant)

Publié le 23 Juin 2013 par Nadine dans Niouzes narcissiques

 

Depuis trois semaines le blog est à l'arrêt. La seule fois qu'il a fait une interruption aussi longue c'est quand j'étais à l'hôpital il y a deux ans. Je rassure ici mes nombreux lecteurs, du moins ceux qui sont encore là, je vais très bien, c'est simplement que j'étais très occupée. J'ai fait du mouve intra, déplacé une mut sim,  soulevé trois candidats cachés, des intra à rallonge dans le 84, en compagnie de Jill et de Sabrina, pendant que Charlie supervisait et faisait même des candidats cachés à partir de tête de GOC, ce qui est radicalement interdit. On a même fait du sous-marin jaune mais ça c'est chut… !

  PhotoService.com PhotoService.com

Je ne suis pas restée tout le temps la tête dans le vert, le jaune et le rose. Je suis aussi montée à Paris pour le concert de Kassav au Zenith le 8 juin. Là je dois battre ma coulpe : il y avait le même soir à Marseille Tabou Combo, la légende du Kompa historique, 45 ans de carrière, les immortels créateurs de New York City. Mais j'avais réservé la soirée et le billet depuis six mois et il était difficile de poser un lapin à Stevens. J'ai donc troqué les vrais créoles contre les faux (Evens dixit).

Le Zenith était plein à craquer, les trois soirs sold out. Je rappelle ici que Kassav a été le premier groupe à remplir le Stade de France, l'Ile de France étant la troisième île des Antilles françaises. Ambiance torride, chaleur tropicale, chaloupé garanti. L'usine à tube qui tourne depuis 34 ans, le spectacle est bien rodé. Mais un bémol par rapport au Kompa (à part d'être des faux créoles bien entendu) : le Zouk marche avec un son français, alors que le Kompa tourne avec un line-up et un son américain. Et c'est bien cela qui le rend aussi efficace. Je ne vais tout de même pas faire ma fine bouche : je me suis régalée en excellente compagnie ce qui rend le spectacle encore meilleur.

PhotoService.com

 

Vendredi soir, le mouve terminé, c'est l'esprit plus léger que je suis allée à la fête de la musique à Marseille, en compagnie de Vincent et de trois de ses copines parisiennes. Nous avons soigneusement évité la foule massée sur le Vieux Port qui était là pour la variétioche de la télé et nous sommes allés au Panier où c'était la fête. Quand on connaissait le Panier il y a quelques années, on ne peut qu'être médusé par sa transformation : on est passé des taudis au Montmartre marseillais, place et rues coquettes, boutiques à la mode, bar qui se la jouent Marseille éternelle. Ce n'est pas toujours ma tasse de thé (ou même de pastis) mais je dois reconnaître que ce quartier assez sordide est devenu très agréable. Bref c'était la fête du Panier en même temps que celle de la musique : chaque place avait son concert, son animation, les fanfares parcouraient les ruelles en pentes, et en plus, dans les rues, les stands de bouffe et de boissons alternaient avec les sonos qui faisaient danser les passants. Le concert phare de la soirée était place du Refuge avec les inoxydables Abyssinians, 45 ans de carrière comme les Tabou Combo, du reggae jamaïcain du meilleur jus. Ce sont maintenant trois papys, accompagnés par un line-up efficace et rajeuni, qui n'ont rien perdu de leur patate malgré les cheveux blanchis, habillés aux couleurs de l'Ethiopie et de Haïlé Sélassié, sortes de prophètes nègres inspirés qui chantent Jah et la Terre Promise. Je suis rentrée à la filliotière à trois heures du matin en chantonnant des airs venus des Caraïbes anglaises.

 

PhotoService.com PhotoService.com

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>