Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Quelques souhaits pour 2012

Publié le 31 Décembre 2011 par Nadine dans Réflexions profondes

Puisque la fin du monde est programmée prochainement, allons zy gaiement, demandons tout.

Evidemment, en rapport avec le dernier post, j’aimerais qu’il n’y ait plus d’évaluations et qu’on nous lâche la grappe. Et donc, plus de AAA, plus de serrage de vis aux Grecs, plus de lamentations comme quoi l’on pillerait la sécu, que le système des retraites n’est pas viable et qu’on ne remplace pas un fonctionnaire sur deux… Et s’il n’y a plus d’évaluations, il n’y a plus de copies à corriger !

J’aimerais aussi que Claude Guéant passe le réveillon dans un centre de rétention, histoire de voir ce que ça fait. Et qu’en sortant, il nous dise qu’il s’est trompé, qu’en fait la France et l’Europe vont accueillir les étranger comme il se doit, avec xénophilie. Et, même, plus modestement, que mes amis haïtiens coincés par la circulaire la plus bête de l’année, la circulaire du 31 mai, aient rapidement une carte de séjour, parce que ça craint au Sarkoland.

D’ailleurs, à propos de Sarkoland, que ce cirque ne soit rapidement qu’un mauvais souvenir, même si je crains que le Flambyland ne soit pas à la hauteur de toutes nos espérances. Et puisque nous sommes une année électorale des deux côtés de l’Atlantique, que le moitié-Black de Washington DC soit réélu et que son second mandat soit sous le signe des engagements tenus.

Je ne sais pas si sur ce chapitre-là il avait des engagements précis, mais j’aimerais aussi qu’il arrête d’écouter les sirènes sionistes pour s’engager auprès d’un peuple qui souffre, enfermé dans des murs et dans le déni de ses droits.

Et là comme ailleurs, que les intégristes de tout poil (de barbe) s’ouvrent l’esprit, que l’esprit de liberté qui a soufflé sur les pays arabes retrouve toute sa vigueur, là et partout ailleurs.

Et pour un petit pays qui ne tient à cœur aux Caraïbes, je souhaite que son président et ses élites acquièrent le sens du bien commun, et cessent de piller ce pays en complicité avec les grandes puissances.

Pour finir, je vous envoie les vœux du président.

 

commentaires

Y en a marre des évaluations

Publié le 29 Décembre 2011 par Nadine dans Réflexions profondes

Avec la trêve des confiseurs, on a perdu la trace du triple A et comme nous sommes en vacances, Neel comme moi-même, nous ne subissons ou ne faisons passer aucune évaluation.

Parce que j’ose le dire : j’en ai marre des évaluations ! Elle me sortent des yeux, on en subit à tout propos. Je change mes fenêtres et la grosse boîte qui me les a vendues envoie des Roumains parlant à peine français les poser. Peu de temps après je reçois un questionnaire d’évaluation des « artisans » : au lieu de dire flicage de la sous-traitance à bas prix (j’ai évidemment mis très bien partout, même pour les trucs pas biens). Neel a passé la moitié du trimestre à réviser pour des évaluations qui ont permis de valider plus de cinquante item en acquis, non-acquis, en cours d’acquisition… ce qui lui a valu quelques item non-acquis quand simplement il était passé à côté de la consigne ou qu’il était fatigué de ce cirque ou ses parents exténués de le faire réviser. Dans mon job, prof, l’évaluation devient envahissante : les notes sacro-saintes, le livret de compétences, le B2I, l’ASR, la validation des compétences en langues etc… à se demander si nous aurons le temps d’enseigner ce que nous devons évaluer, avec tous ses aspects chronophages, pas payés naturellement. De toutes façons, nous changeons nous-même de mode d’évaluation, avec un chef qui nous évaluera entres autres à notre soumission à tout ce bazar au-delà de notre métier qui est d’abord d’enseigner notre propre discipline. Et puis aussi dans le sup, où, selon le nombre de publications de rang A et selon la fac et ce qu’on y fait en dehors d’enseignant-chercheur, on ne fera pas le même métier. Et le summum : les agences de notation ! Mais qui sont ces connards qui se permettent de juger tel ou tel pays et de le foutre dans la merde, sur quels critères et de quel droit ? Et si on mettait un triple A aux Etats qui accueillent correctement tous les étrangers, pratiquent la justice sociale et respectent les gens ? Ca ne serait pas plus pertinents comme critères ?

Parce qu’en fait, ces évaluations n’évaluent rien du tout : ce sont uniquement des programmes idéologiques pour nous faire avaler le libéralisme le plus sauvage. C’est un écran de fumée pour que nous creusions nous-mêmes la tombe de nos acquis sociaux, de notre redistribution sociale, de l’encadrement de notre temps de travail, et tout le reste de notre justice sociale et de notre droit du travail. Sous couvert de transparence, c’est la précarité généralisée et la mise en concurrence à tous les niveaux. Refuser les évaluations, ce n’est pas passer pour un vieux con ringard qui a quelque chose à cacher, c’est faire acte de résistance : c’est pour cela qu’on va leur foutre un grand coup de pied dans le cul et qu’on commence le 31 janvier à Paris pour la manif nationale.

A voir et à revoir sur ce sujet, le film Violence des échanges en milieu tempéré, sorti en 2004 et pas une ride.

 

commentaires

J'ai bien mangé, j'ai bien bu

Publié le 25 Décembre 2011 par Nadine dans Niouzes narcissiques

PhotoService.com

"J'ai bien mangé, j'ai bien bu
J'ai la peau du ventre bien tendue
Merci petit Jésus"

comme le proclamait l'immortelle chanson du non moins immortel Patrick Topaloff. Et c'est de circonstance puisque je vais vous décrire par le menu celui du réveillon de Noël.

Nous sommes arrivés Neel et ma pomme vers 19h30 chez mes parents avec le plateau de mendiants confectionné le matin même comme le montre la photo ci-dessus. Puisqu'il s'agit ici d'un blog narcissique je ne montre que ma propre production, qui, si elle n'est modestement qu'un seul des treize desserts, n'en demande pas moins beaucoup de patience et de savon pour se laver les mains qui pèguent à dénoyauter dattes et pruneaux pour les fourer à la pâte d'amende.

C'était un Noël restreint mais le menu ne l'était pas. Nous avons commencé par du champagne immédiatement suivi par du foie gras sur toasts chauds accompagnés d'un Jurançon âgé de 21 ans. Une brandade de morue était servie en même temps pour ceux qui faisaient dans la kashrout et les autres aussi totalement omnivores. La suite s'est passée à table avec un loup au four accompagné de riz et d'épinards, ce qui a enchanté Neel. Le Bourgogne de 1998 était parfait, tout comme le Bordeaux rouge pour les fromages bien faits. Et pour finir, comme toujours, les treize desserts était largement plus de treize.

Les trois autres frères et sœurs avec conjoints et enfant sont arrivés durant la nuit, comme les cadeaux d'ailleurs. C'est ainsi que l'on a brunché en continu de 9 heures à bien 15 heures, heure à laquelle Papou, Mimi et Mô sont partis pour Chauvet avec six de leurs petits enfants (le septième, Neel, monte en bus demain). Avec un tel régime, je crois que je vais même me passer du bouillon ce soir.

PhotoService.com PhotoService.com PhotoService.com

commentaires

Ouverture de la saison pour la FHS junior

Publié le 23 Décembre 2011 par Nadine dans Tchatche et niouzes

Noire marron des œufsAprès un détour par Toulouse pour inaugurer les vacances, à peine descendue du train Matabiau-Aix TGV, je suis partie vers les sommets alpins avec Neel et toute une joyeuse bande d'enfants et de grands enfants. Onze au total à Chauvet pour trois jours de ski, de paix et de musique : en fait les tâches étaient bien partagés dans la bande puisque le retraité et la femme enceinte mettaient à chauffer le riz, juste avant qu'on leur envoie les mômes vers midi, tandis qu'avec Julien nous déflorions les pentes vierges de poudreuse.

 Neel quant à lui a perfectionné sa technique en snowboard sur les pistes comme en marronage. Je tiens ici à lancer une revendication majeure : demander au  CIO de mettre aux programme des JO d'hiver, en plus de la danse kompa sur glace, le marronage en snowboard. Avec l'introduction de ces deux épreuves majeures, le spectacle y gagnerait énormément et nous serions sûr d'entendre la Dessalinienne, ce qui ne serait que justice pour la FHS et permettrait de conforter la candidature de Port au Prince comme ville organisatrice des Jeux Olympiques d'hiver. 

FHS-14sPour tous les malheureux et les retardataires qui ne connaîtraient ni la kompa rockett team, ni le marronage des neiges, ni la FHS, il suffit le cliquer sur les liens pour avoir une session de rattrapage.

commentaires

Manif étape 2 (avant la suite)

Publié le 15 Décembre 2011 par Nadine dans Tchatche et niouzes

http://images.freshnessmag.com/wp-content/uploads//2011/12/time-magazine-person-of-the-year-2011-fairey.jpgDepuis que nous savons que nous sommes, nous les manifestants, les personnalités de l'année 2011 selon Times magazine, on s'en est mis une bonne louche aujourd'hui dans les rues de Marseille, avant de retourner dans la rue en 2012 histoire de montrer qu'on continue à protester comme protesters.

Vous aviez pu lire hier nos sujets d'inquiétude à propos de la réforme de l'évaluation : alors on a traversé Marseille entre la place Castellane et l'Inspection Académique où nous avons décoré un sapin de Noël pour proclamer qu'on ne résignait pas à ce que notre statut sente le sapin et qu'on avait les boules, puis on fait une répet des futurs entretiens d'évaluation avec sucettes offertes à la chef.

L'ensemble des photos se trouvent ici (code manifestation).

Rendez-vous dès janvier pour la suite, là on a va reprendre des forces pendant la trêve des confiseurs.

PhotoService.com PhotoService.com PhotoService.com

commentaires

Manif étape 1

Publié le 14 Décembre 2011 par Nadine dans Réflexions profondes

http://videos.usatoday.net/29906170001/29906170001_1327684547001_1214dv-time-poy-400x300.jpg?pubId=29906170001Dans le cadre du "on casse tout", en particulier l'emploi et les services publics, les Grands qui gouvernent le Sarkoland continuent et ont sorti il y a quelques semaines un projet de décret comme ils en ont le secret : la réforme de l'évaluation avec dans le lot la réforme des promotions. En gros, exit l'évaluation pédagogique, tout pouvoir au chef d'établissement qui devra surtout noter notre investissement dans ce qui n'est pas l'enseignement (ce qui est embêtant, nous sommes enseignants quand même !) et qui détiendra un certain nombre de promotions possibles pour mettre en concurrence les agents. Bref, du pur libéralisme : le but n'est même pas de faire des économies (y en a très peu), le but est de précariser les personnels, d'évacuer la notion de carrière et de caporaliser les équipes sous la direction d'un chef qui aura tous les attributs du vrai chef.

Comme on n'est pas vraiment d'accord et parce qu'on pense que chacun a droit à une carrière, que le double regard sur notre pratique et notre manière de servir permet notre liberté puisque nous sommes des cadres A concepteurs de notre enseignement, et que d'ailleurs l'enseignement est le cœur de notre métier, nous avons massivement signé la pétition : 65 703 ce soir et ça continue. Et demain nous continuons par une grève avec manif. On ne se gêne plus, maintenant que nous savons que Times magazine a élu le manifestant  homme de l'année 2011 (TIME's Person of the Year: The Protester).

Cet après-midi à 17h au Rectorat c'était la séance d'entrainement : nous avons bloqué les grilles auparavant décorées pour enguirlander le Rectorat et bien faire comprendre qu'on n'était pas contents. Demain ce sera l'IA, le but de la manif à Marseille.

PhotoService.com PhotoService.com

commentaires

Un petit tour à Paris

Publié le 11 Décembre 2011 par Nadine dans Voyages

PhotoService.com

Les articles de cette semaine sur le nègre Banania étaient à propos puisque l'on commémorait le cinquantième anniversaire de la disparition de Frantz Fanon. Je vous conseille donc de relire Fanon mais aussi de podcaster la serie d'émissions de cette semaine sur France Cul avec Pap N'Diaye, René Depestre,Patrick Lozès, fondateur du Cran etc…

Avec tout ça j'ai oubié de vous raconter mon escapade parisienne de lundi dernier pour la CAPN d'installation. Ce genre de réunion dure au mieux une heure, ce qui est finalement peu rentable pour six heures de train, sept en réalité puisque le retour a compté une heure de retard. En plus, avec le dialogue social renforcé, l'administration répond de moins en moins à nos questions, quand elle ne dit pas ouvertement qu'elle s'en fiche de notre avis. C'est beau la vie au sarkoland !

J'ai su cependant rentabiliser l'escapade. D'abord avec mon velib annuel que je partage avec un autre aixo-parisien : il faisait frais mais beau et c'était un vrai bonheur de longer des quais de la Seine à Bercy dans le pâle soleil d'hiver. En plus avec l'appli velib sur mon i-phone, je connais l'état des stations et leur remplissage, les pistes cyclables et les itinéraires. Comment ai-je pu faire du vélib avant ? Après la CAPN, je suis allée à Saint-Michel ratisser les librairies puis je suis revenue le long du boulevard Saint-Germain et par Bastille vers la gare de Lyon. J'ai reposé mon velib là où je l'avais pris, avant de prendre mon train. Finalement ils nous refont le coup quand ils veulent, parce que Paris en vélo c'est un vrai bonheur !

commentaires

Nègre Banania (suite)

Publié le 7 Décembre 2011 par Nadine dans Réflexions profondes

Une fidèle lectrice m’écrit hier sur un réseau social où l’on a plein d’amis, à propos de mon article d’hier sur Intouchables :

La comédie s'honorerait de retrouver un vrai ton militant, comme à l'époque du réalisme poétique des années 30, ou, surtout, comme en Italie d'avant la berlusconisation.

Et pour qu’Omar ne dise pas Nadoch m’a tuer, je vous envoie ci-dessous un sketch avec Jamel, très drôle, où pourtant Omar joue au Nègre et Jamel à l’Arabe. En ces temps de campagne électorale, le ton est réjouissant de vraie critique sociale contre ceux qui veulent berner la banlieue à coup de promesses vides de sens (karcher, droit opposable au logement par exemple ?) pour mieux ne rien leur offrir.

 

commentaires

Le retour du bon nègre Banania

Publié le 6 Décembre 2011 par Nadine dans Réflexions profondes

http://bdw-img.s-dzp.com/articles/18/images/herve-morvan-1957-bananiaSamedi gris de novembre et un blockbuster : je suis allée au cinéma ce week-end avec Neel voir le succès de cet automne, Intouchables. Salle pleine, et en option non choisie, pop-corn, bonbons etc… toute la séance. Moi qui suis plutôt une habituée des salles art et essai en VO, c’était un moment de sociologie et d’exotisme (le choc des cultures comme dans le film ?).

Je ne choisis habituellement pas mes films selon le critère de l’idéologie qui est contenue dedans. Par exemple un de mes acteur-réalisateur-comique préféré du XXe siècle est Jean Yanne qui était franchement un anar de droite. J'adore Clint Eastwood, républicain proclamé, quoique Clint c’est plus compliqué que cela, comme le western.

Intouchable par contre était présenté comme le film de la tolérance, celle envers des exclus, qu’ils soient par handicap physique ou social. Les bons sentiments avec la dose d’antiracisme qu’il faut. La rencontre improbable, c’est un grand classique du cinéma. C’est un film bien fait, on y rit de bon cœur, mais c’est tout le contraire : c’est un film réactionnaire de l’assignation sociale. Aucune critique de l’immense richesse du riche handicapé étalée à la figure du pauvre. Le pauvre par contre ne peut avoir accès au capital culturel sauf de manière détournée, caricaturée : d’ailleurs l’art contemporain ce n’est que du barbouillage enfantin, c’est démontré dans le film. Au total, je suis sortie assez mal à l’aise, d’autant plus que Omar Sy, qui joue bien, en fait des tonnes dans le genre grand noir sympathique qui rit de toutes ses dents bien blanches : le nègre Banania, on le sait depuis longtemps, habite dans nos banlieues. Mais qu’il n’espère pas accéder réellement au capital social, culturel ou autre, ce ne sera toujours qu’un vernis. Bienvenu au Sarkoland, où le rêve des pauvres est de conduire une Maserati et celui des riches d’être diverti par ces mêmes gentils pauvres.

 

commentaires

Un lièvre et mon compère lapin

Publié le 2 Décembre 2011 par Nadine dans Niouzes narcissiques

PhotoService.com

Après tant de vie urbaine, entre les tours du 13e et la fureur des dance-floor antillais du 94, il me fallait une fin de week-end plus tranquille, plus au vert. Jamais à court de ressources, c'est ce qui a été fait samedi soir et dimanche dernier.

Pour commencer samedi soir a été sous le signe du lièvre. Non pas le signe astrologique chinois, quoi que nous en sommes l'année, mais plutôt le lièvre dans nos assiettes. L'histoire remonte à juillet 2010. Nous rentrions JJ et ma pomme d'une soirée assez arrosée et sympathique chez Jef et Patou (arrosée, sympathique et chez Jef et Patout c'est en fait un pléonasme) lorsque, roulant lentement, nous aperçûmes quelque chose au milieu de la route : c'était un lièvre fraichement renversé par une voiture, il était encore tout chaud. N'écoutant que notre sens du bien public, nous ramassâmes le corps du délit afin que la chaussée ne soit pas encombrée d'une charogne le lendemain matin. Déshabillé par José et cuit par mes soins, il attendait depuis lors dans un congélateur. Son destin s'est fini samedi soir dans nos assiettes, en compagnie de ma collègue de lettres classiques et de son conjoint qui, comme nous, s'en sont lechés les doigts. Il faut dire que je l'ai fait cuire dans le vin, avec des carottes, des oignons, un bouquet garni et une peau d'orange, et qu'il avait mijoté longtemps, très longtemps. Arrosé de vin italien, c'était parfait.

Le lendemain c'était moins gastronomique et plus sportif : anniversaire de Neel, mon petit compère lapin créole, avec ses copains et ses copines. Contrairement à l'année dernière il y avait autant de filles que de garçons ce qui a permis de faire des épuipes fillles contre garçons. On a  fini avec les gâteaux, un au chocolat et l'autre… une quiche aux lardons comme il se doit pour Neel.

 

 

PhotoService.com PhotoService.com PhotoService.com

commentaires