Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Je crois au pere Noël

Publié le 28 Décembre 2012 par Nadine dans Niouzes narcissiques


Il y en a qui sont sceptiques, moi pas : comme je l'ai déjà écrit il y a quatre ans, et il y a deux ans, le père Noël existe pour de bon car, contrairement aux divinités qui crânent mais ne font pas toujours grand chose, lui au moins apporte des preuves concrètes de son existence.

Comme la photo ci-dessus vous le prouve, j'ai encore été gâtée cette année avec un écran de 2m X 1,20m, ce qui, avec les cabasses d'il y a quatre ans et le vidéoprojecteur de l'année dernière, me permet de faire à domicile un cinoche en cinemascope avec son dolby stéréo grand luxe. Comme en plus je fais les pop-corn à la cuisine et que le canapé est large et confortable, il ne manque plus que l'ouvreuse et son panier avec des bonbons et des chocolats glacés.

Vous venez quand vous voulez, j'ai plein de DVD en retard et de films dans mon disque dur.

commentaires

Noël au balcon, avec vue sur le centre du monde habité

Publié le 25 Décembre 2012 par Nadine dans Niouzes narcissiques

PhotoService.com

Ca y est ! Premier trimestre terminé et à peine les vacances entamées, voici Noël ! Tellement contente d'être débarrassée du travail, j'ai commencé par un marathon festif et amical.

Ca a commencé à la maison vendredi quand les copains sont venus poser un écran cinémascope au mur : pour ne pas en rester là on a arrosé tout cela avec un petit Gaillac et du Whiskey. Le lendemain c'était soirée sushis avec d'autres amis, puis dimanche soir à la fillotière marseillaise avec Evens et Lorelei descendus de Paris et pour lesquels j'avais cuisiné un cabri massalé, et puis aussi les voisins qui sont venus boire un verre.

Autant vous dire que je n'étais pas super fraîche pour le réveillon hier soir, mais j'ai sû faire bonne figure surtout que le menu — à rallonge comme chaque année — variait entre le très bon et le délicieux, en accord avec des vins raffinés et choisis.

Et au milieu de tour cela, et puisque cette année comme les autres, j'avais fait mes cadeaux très, très en avance (et encore plus en avance que vous n'imaginez) et donc pas de corvée de magasins, j'ai sorti ma grand-mère, Mô, dans Marseille : nous avons bien visé, il faisait dimanche un temps merveilleux, printanier avec une lumière telle qu'on ne la connait que sur les bord de la Méditerranée en hiver. Nous sommes montées à la Bonne Mère pour la vue et puis nous avons mangé toutes les deux, en tête à tête, du poisson à l'Estaque. Que du bonheur, du bonheur lumineux, un vrai cadeau de Noël.

commentaires

Une question de laïcité

Publié le 16 Décembre 2012 par Nadine dans Réflexions profondes



Ceux qui me connaissent un peu ou même ceux qui ont fait un tour du côté de mon blog connaissent mon amour des fêtes religieuses toutes catégories confondues et ma passion pour les colifichets religieux en plastique. C'est donc avec beaucoup d'intérêt que j'ai vu arriver il y a quelques année au centre-ville d'Aix, à l'occasion de Hannoukah, un chandelier commémoratif de cette fête religieuse juive. Il était cette année sur la Rotonde au bout de l'avenue des Belges, tronant au milieu des décorations de Noël, je veux parler des sapins, des rennes et du bonhomme en rouge, pas du petit Jésus de plus en plus absent de Noël. Après tout pourquoi pas Hannoukah, il y a bien une croix des missions à l'autre bout de l'avenue des Belges ? C'est lorsque je me suis penchée pour lire les donateurs que j'ai commencé à tiquer : ce chandelier a été payé par le Beth Loubavitch, une branche orthodoxe du judaïsme dont le siège se trouve à Brooklyn.

Nous sommes dans une République laïque qui garantit la liberté de chacun. Par contre les cultes, je ne parle pas de la religion, les cultes, qui sont l'expression publique de la religion, sont encadrés par la loi de 1905. Le représentant du judaïsme en France est le consistoire israélite depuis Bonaparte (et pas le CRIF !), et j'ai du mal à comprendre que l'expression publique du judaïsme pour une de ses plus grandes fêtes soit déléguée à une branche orthodoxe et minoritaire  dont le siège est à l'étranger et que les pouvoirs publics de notre bonne ville d'Aix aient laissé faire : et pourquoi pas pour Pâques une croix sur le cours Mirabeau payée par les traditionnalistes lefebvristes et pour l'Aïd des drapeaux verts sur la Rotonde payés par les Frères Musulmans ? Dans un autre style mais dans la même lignée j'avais eu la même réflexion à propos de la fête du Têt payée par Tang dans le 13ème à Paris.

En attendant tout le monde passe benoitement devant et je suis bien la seule à être scandalisée. Pas vous ?

commentaires

Les stages c'est dangereux

Publié le 9 Décembre 2012 par Nadine dans Voyages

PhotoService.com

Au milieu de six semaines de travail intensif entre deux périodes de vacances, intensives à cause des conseils de classes, des rencontres parents profs et autres conseil d'administration (on n'a pas voté le recrutement des Emplois Avenir prof, faut pas déconner dans la précarité !), j'ai suivi deux stages syndicaux deux semaines d'affilées. Ce n'était pas intentionnel, c'était le hasard du calendrier. N'allez tout de même pas croire, et surtout à lire la suite de ce post, que je m'inscris dans ce genre de stage pour sécher les cours et m'amuser : ils étaient très intéressants, très sérieux et j'ai noirci des dizaines de pages de notes, Mais aussi…

Le premier était à la Beaume les Aix, stage régional sur le thème de la décentralisation et de la réforme de l'Etat. Le deuxième à Paris entre élus aux CAP. Ce qui est dangereux ce sont les soirées entre les deux jours de stage. Le premier a fini dans la rue de la soif à Aix, au bar avec musique à donf à écluser des bières et à dancer sur des tubes éculés en compagnie des instit de l'académie de Nice. Le deuxième a commencé au champagne et continué au Nui de Chine (sic), du rosé à peine frelaté dans un resto chinois du XIIIe. J'ai déclaré forfait à deux heures du mat à Aix et à minuit passé à Paris. Et dans le deux cas, je suis rentrée en vélo sans avoir à souffler dans le ballon, mais valait mieux pas.

D'ailleurs à propos de vélo, je chronomètre maintenant mes performances pour frimer dans mon blog : 30 mn entre Gare de Lyon et Denfer, 16 mn entre Chinatown et Gare de Lyon. Mais c'était à jeun. Avec alcoolémie ? Je ne me souviens plus. Les stages c'est vraiment dangereux.

PhotoService.com

commentaires

La part du magique

Publié le 1 Décembre 2012 par Nadine dans Réflexions profondes


Quand on fréquente les cantines scolaires, quand écoute et on regarde autour de soi, on ne peut que s'effarer de la part grandissante des tabous alimentaires, alimentés (si j'ose dire), par la bonne fée du commerce qui sait, de tout, faire des bénéfices.

Je ne parle pas bien sûr de mes repas asiatiques de chien et de serpent, de ceux de Neel à base d'insectes, dont je me fais un régal de détailler le menu pour dégouter mes amis et connaissances. Je veux parler des tabous magiques entourant les salamalecs alimentaires, et du discours qui les entoure, les interdits alimentaires que d'aucun appellent "il ne PEUT pas manger de…" et que je nomme "il ne VEUT pas manger de…". Essentiellement celui du cacher et celui du hallal, mais je n'épargnerai pas non plus le végétarisme hindou par exemple. Ces interdits alimentaires usent d'une part d'un discours rationnel (le porc c'est ceci celà, c'est une viande qui ne supporte pas les pays chauds, saigner la viande la rend plus digeste etc), et d'autre part, et sans y voir une quelconque contradiction, du discours de l'obligation absolue et éternelle écrite dans un texte d'inspiration divine. Et ce qui rend alors la nourriture mangeable, ou plus encore les couverts et les assiettes utilisables, ce sont quelques rituels n'ayant rien à voir, ni avec les règles de l'hygiène, ni avec la lettre ou même l'esprit des textes de référence (dont la la complexité et l'historicité de leur élaboration n'est jamais évoquée).

Ce midi je suis allée avec Neel manger au Chinois de Plan de Campagne. Le resto chinois et toutes ses variantes de porc c'est le contraire du hallal et du cacher. Mais les Chinois ont aussi la bosse du commerce, alors pour ne rater aucun client, ce supermarché des nems et des nouilles de riz au porc a affiché en bonne place cette affichette garantissant le hallal de ses viandes de volailles, hallal garanti par la Fédération des Associations Musulmanes du Brésil. Je ne sais comment se déroule cette certification venue d'un grand pays d'islam, mais comme après tout cela relève plus de la croyance et de l'identitaire qu'autre chose, pourquoi pas… il suffit d'y croire non ?

Allez, bon appetit à tous quelque soit ce que vous mangez !


commentaires