Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Retour en France

Publié le 28 Février 2007 par Nadine dans Voyages en Asie


Je suis partie hier de Bangkok à 15h et me voici donc de retour à la maison après 32 heures de voyage de porte à porte; Autant vous dire que je suis dans le coltard. L'arrêt à Bahrein a été plus long que prévu : deux heures de retard, tout le monde ralait sauf moi. D'abord parce que le hasard m'y a fait rencontrer Christine, une instit d'Aix qui est en mi-temps annualisé et qui partait en Inde retrouver des syndicalistes indiens rencontrés au forum social et puis… de toutes façons j'avais à poireauter à Roissy et tant qu'à faire je préférais poireauter là, à dormir sur la moquette de l'aéroport, ce que je n'aurais pas pu faire en France. A dormir à même le sol, cela m'a rappelé que c'est une manière habituelle de dormir au Cambodge où les nattes sont les matelas. Cela m'a rappelé le départ de chez la tante de Borin dimanche matin : pendant que je disais au-revoir à la famille depuis la voiture en agitant la main, les quatre garçons qui dormaient dehors, sur une natte, enlacés les uns les autres se sont réveillés et eux-aussi, par jeu, m'ont dit au-revoir en rigolant. Sacré Cambodge !
commentaires

Jeu concours : etape gastronomique

Publié le 26 Février 2007 par Nadine dans Voyages en Asie

La precedente question reste en cours mais deja j'envoie la suivante vu que je pars demain.

 

Ce  midi j'etais a Chinatown remplie de sacs et je me suis arretee pour manger. Le plat que j'ai pris a inspire des comiques juifs US pour l'un de leur film. Quel plat ai-je mange ?

 

A gagner : une invitation a la maison pour manger un truc comme ca.

 

 

 

PS : Chico la, si tu trouves pas, t'es un nul ! Et t'as vu, cette fois-ci pas de Goats Head Soup...

commentaires

Je suis belle (enfin !)

Publié le 26 Février 2007 par Nadine dans Voyages en Asie

En voyage, le truc embetant c'est le poids du sac. Pour moi c'est 10 kg et je dois tout avoir, a savoir : le hamac, le sleeping-bag en soie, la mini-sono de l'I-pod, la trousse de toilette, la trousse a pharmacie, les lunettes des piscine, le maillot de bain hallal, les ciseaux, le couteau, les prises electriques, le necessaire a couture, deux sarongs pour les cas d'urgence etc... Donc peu de place pour faire la pepette : une seule paire de pompes a tout faire maintenant totalement defraichies et trois fringues et demi ou presque. Mon sac a main ressemble a un mini-sac a patate, sable de Koh Tonsay compris.

A Bangkok j'opere la mue pour le retour a la civilisation. Le soleil de Koh Tonsay avait deja efface les dernieres traces sur mes jambes mais en plus, je vais chez l'estheticienne pour epilation, soins etc (la manucure j'oublie, j'ai les ongles tout casses) puis chez la coiffeuse. Deja je me sens une autre femme. Et puis j'achete quelques fringues et des pompes de filles et la je suis prete. Attention j'arrive !

commentaires

Course a travers Bangkok

Publié le 26 Février 2007 par Nadine dans Voyages en Asie

Comme a chaque fois, le dernier jour a Bkk est consacre aux courses et toujours un tres tres gros shopping. Certains d'entre vous ont d'ailleurs passe des commandes... Je crois que cette fois j'ai explose le budget et je crains pour le poids en soute : c'est pourquoi je n'acheterai pas les hamac pour ceux qui ont passe commande a moins que je n'en trouve des legers. J'ai couru a travers toute la ville, ce matin Chinatown, et cet apres-midi les grands mall du cote de Siam Square dont Pantip Plaza. C'est sympa car on y croise des gens du monde entier, des arabes toutes en noir, des indiennes en sari, des sikhs en turban...

 

Kao San Road c'est de pire en pire. Du coup, et comme je suis seule, je suis allee hier soir chez les vieilles et ce soir je mangerai les sushi que j'ai achete a Siam Square dans ma chambre devant TV 5. Esperons que ce ne sera pas les programmes de la RTBF ou un truc bien nul. Il me restera BBC News.

 

Les vieilles c'est ma cantine de Kao San Road ou tout est frelate et fait pour les farang. C'est un petit resto sombre et peu engageant qui est la cantine des vendeurs de la rue et des prostituees. En tous cas c'est le seul endroit ou on mange bien pour une poignee de bath sans les disco. Les deux patronnes regardent a la tele des feuilletons thai debiles et sont assez sympa sans le sourire commercial.

commentaires

Smooth as silk

Publié le 26 Février 2007 par Nadine dans Voyages en Asie

C'est le slogan de la Thai Airways et je dois dire que cela s'applique bien a la Thailande quand on arrive du Cambodge. Tout semble lisse, facile, propre, riche : la difference de developpement saute aux yeux et puis, depuis 2001, la premiere fois que je suis venue, j'ai vu pas mal de changements. A l'epoque nous etions encore dans les crises asiatiques qui semblent loin aujourd'hui dans ces pays ou tout va tres vite.

 

Des tas de signes montrent que la Thailande, du moins Bkk, entrent dans le developpement : une jeunesse entree dans la societe de consommation, les bidonvilles le long de la voie ferree qui ont disparu (ici pas dans le sud), les prix de plus en plus fixes avec le marchandage qui regresse. Bientot cela ressemblera a la Malaisie !

 

Celle qui est de plus en plus presente c'est la police ; faut dire qu'avec l'attentat dernierement a Pattani (ce sud Malais que j'aime tant) et le coup d'etat de septembre dernier on peut comprendre.

 

Sinon, je suis ici pour d'abord le gros shopping avant de revenir en France : hier c'etait le week-end market, aujourd'hui Chinatown, demain Pantip Plaza. Par exemple 150 euros de cordes et de jacks pour qui vous savez, des clefs USB, des cartes memoires etc... Je cours dans tous les sens avec mon gros sac. Esperons que je ne sois pas rattrapee par le surpoids pour l'avion.

commentaires

Jeu concours : etape suivante

Publié le 25 Février 2007 par Nadine dans Voyages en Asie



Bravo a Chico et Bea qui gagnent des caramels, des bonbons et des chocolats pour Alain Delon qui commit avec Dalida l'immortelle chanson Paroles, paroles...

J'envoie la derniere etape depuis Bkk ou je suis depuis ce matin. Restons dans le domaine de la variete (a vrai dire le jeu-concours sur des question d'histoire cette annee  n'aurait pas ete drole...).

Quelle chanteuse,  blonde aussi, a chante le Cambodge en 1981 ? A gagner : un autocollant du roi de Thailande (apres tout j'y suis)

Bonne chance a tous


 


 


 

Cambodia
Written by Ricky & Marty Wilde

Well he was Thailand based
She was an airforce wife
He used to fly weekends
It was the easy life
But then it turned around
And he began to change
She didn't wonder then
She didn't think it strange
But then he got a call
He had to leave that night
He couldn't say too much
But it would be alright
He didn't need to pack
They'd meet the next night
He had a job to do
Flying to Cambodia


And as the nights passed by
She tried to trace the past
The way he used to look
The way he used to laugh
I guess she'll never know
What got inside his soul
She couldn't make it out
Just couldn't take it all
He had the saddest eyes
The girl had ever seen
He used to cry some nights
As though he lived a dream
Ans as she held him close
He used to search her face
As though she knew the truth
Lost inside Cambodia

But then a call came through
They said he'd soon be home
She had to pack a case
And they would make a rendez-vous
But now a year has passed
And not a single word
And all the love she knew
Has disappeared out in the haze
Cambodia - Don't cry now - No tears now

And now the years have passed
With not a single word
But there is only one thing left
I know for sure
She won't see his face again

commentaires

Chaudes nuits de Phnom Penh (2)

Publié le 25 Février 2007 par Nadine dans Voyages en Asie

Pour notre derniere soiree avec Borin nous voulions faire la fete mais nous nous sommes retrouvees collees avec la famille pour aller en nightclub. Ce fut cependant une experience interessante.

Nous sommes alles au Spark, la nouvelle boite a la mode dans la jeunesse khmer. C'est grand comme un hall d'expo, clim a fond, sono a fond, lights a fond. Asiatique quoi ! Il y a des regiments de videurs qui fouillent a l'entree et des bataillons de serveuses en mini-jupe qui vous reservent des glacons dans votre biere toutes les 5 mn.

Ca a commence avec un orchestre de variete khmer, chanteurs gomines et filles teintes en blondes, avec danseurs boys-band et danseuses. Puis on a replie la scene et la, des centaines de teenagers se sont precipites sur la piste pour danser au son d'un disco international ou bollywood, filles et garcons separes et en petits cercles. Comme je commencais a trouver le temps long, j'ai tire Borin et sa cousine qui rigole tout le temps sur la piste et j'ai commence a faire le clown ce qui encore plus fait rire la cousine. Depuis elle est en admiration devant moi et mon energie.

En rentrant, nous avons traverse Phnom Penh des grandes avenues by night : le nombre de clubs et de boites est impressionnant. Une facon de sortir de 30 ans de guerre en s'amusant ?

J'ai renonce a trainer Borin au Heart of Darkness pourtant a 5 mn a pied de chez elle. Ambiance expat, plus occidentale certes, mais j'etais surtout trop fatiguee pour faire son bodyguard toute la soiree en cas de quiproquo sur son identite, elle et sa petite robe sexy..

Ce matin , j'ai dit au revoir a toute la famille avec beaucoup d'emotion. Ce fut encore pire en laissant Borin toute seule, sans sa grande-soeur/professeur.

 

commentaires

Le samourai innocent

Publié le 24 Février 2007 par Nadine et Borin dans Voyages en Asie

Toshi est sale comme un pou. Son T-shirt est maintenant plus noir que jaune. Il est brule par le soleil et sourit tout le temps. Il porte un gros chignon de cheveux derriere la tete a la maniere des samourais (mais ná pas le devant du crane rase). Dáilleurs ses ancetres etaient samourais et lún déntre eux sést fait Hara-Kiri apres une revolution ratee ente Meiji et Edo. Il ressemble aux personnages des films de Kurozawa.

Ce nést pas le sabre que manie Toshi : cést la musique. Et quelle arme. Dans sa tente plantee pres des cabanes des pecheurs il a entasse des tas dínstruments ramenes de partout et en fabrique dáutres avec des noix de coco ou des bambous. Il joue pour ceux qui veulent lécouter et marque dans un carnet en caracteres japonais les mots de khmer quíl veut retenir.

Il a ete adopte par les pecheurs qui rient en le voyant et ládorent (ils lónt bien dit plusieurs fois a Borin). Il partira dans une semaine ou deux et rentrera au Japon quand il náura plus dárgent. Il redeviendra agriculteur bio.

Toshi est un seigneur !

commentaires

Reconciliations asiatiques

Publié le 24 Février 2007 par Nadine dans Voyages en Asie

undefinedA Koh Tonsay, nous sommes tombees sur un couple de Francais avec lesquels nous avons immediatement sympathises, Raphael et Kieu-My. Il voyagent pour trois mois dans le sud-est asiatique. Lui, avec sa tete díndien (cést un Colombien adopte) passerait presque pour un Khmer, et elle est viet. Avec Borin le courant est tout de suite passe et elles ont echange leurs experiences qui se ressemblent.

Elle aussi a ete tres surveillee par sa famille qui a encore de lémprise sur elle. Mais elle a su leur mentir pour se creer des libertes et leur imposer son point de vue. De meme que Borin, elle nóse pas trop de mettre en maillot de bain a la vue.

Elle veille de facon tres maternelle sur Raphael (qui ne demande que cela) alors que lui se donne des airs de gamins traveller. Ayant mene une vie assez dissolue en France, il semble se ressourcer dans ce voyage qui le rend enthousiaste et lui apprend beaucoup sur les relations humaines.

Voyageurs a petit budget, ils negocient severe et Borin les ecoute avec attention. Ils se donnent rendez-vous pour samedi prochain a Siem Reap, Kieu-My prend le relais du grand professeur comme initiatrice dÁsie et grande soeur.

Mais plus que cette improbable amitie Viet-Khmer entre emigrees (les Viets et les Khemrs sont des ennemis hereditaires), Borin sést reconciliee durant ces trois jours avec son propre pays. Dábord le calme de léndroit lá fait se remettre sur ses deux pieds. Plus de harcelement dans la rue qui lágace, plus de mendiants colles a nos basques, plus de bruit, Enfin, elle a pu avoir des relations normales avec des gens, qui ne sont ni sa famille qui fait ecran avec le reste du pays, ni des commercants. Et cela elle láttendait pour commencer a gouter a son propre pays.

Nous sommes rentrees par le lómnibus vers Phnom Penh, au milieu des familles et des etudiants. Quand le bus sést vide, jái pu méstrasser au fond pour tenter de dormir. Ce fut difficile sur cette route cahotique, au dessus des roues et sans suspensions.

commentaires

Le bout du monde

Publié le 24 Février 2007 par Nadine dans Voyages en Asie

Nous sommes arrivees mercredi midi a Kep, sur la cote sud. Cést láncienne station balneaire chic du temps de Sihanouk mais les Khmers rouges sont passes par la et nónt quitte le lieu quén 1998. Il y a donc encore le troittoir et ses bancs, le plage de sable apporte de Sihanoukville et ses bains-douches, et surtout beaucoup de tres belles villas de style annee 1950 mais tout... a ete rageusement brule. Quelques rares villas ont ete transformees recemment en Guesthouse mais la plupart sont squattees dans un genre bidonville et gardent leurs murs charbonneux. Sur la cote des pecheurs proposent des crabes, des calamars et des crevettes et juste derriere la montagne est couverte de jungle. Lélectricite devrait arriver du Viet Nam dans quelques mois. Peut-etre.

 

Mais nous sommes allees encore plus loin sur líle du lapin (Koh Tonsay) a quelques encablures de Kep. Les familles tiennent des bungalows tres simples en bambou (sanitaires communs au mandi dans un  tonneau rouille), il y en a environ 15 sur toute líle. Il y a aussi les pecheurs de crabes, le sable blanc, les cocotiers, et la langueur des iles. Bref, nous avons passe deux jours dans léau, sur le sable, dans le hamac sans efforts majeurs a faire, a vivre au rythme du soleil. Sur la plage vaquent les cochons, les poules, les vaches, les chiens, les canards etc...

 

Le soir, nous sommes alles manger avec des Francais de rencontre, des crabes chez les pecheurs : la mama avait prepare le tout et lénsemble des pecheurs de líle rigolaient avec nous puis nous avons fini avec eux autour dún feu de coco sur la plage. Lún déux etait totalement epris de Borin et lui souriait beatement. Ce sont des moments precieux et inoubliables.

 

Surtout que dans Cambodge soir il y avait un article sur les projets dínvestissement malaisiens et singapouriens sur les iles. Pour combien de temps ce paradis du bout du monde ?

commentaires
1 2 3 4 > >>