Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Willkommen Herr Ratzinger : suite et droit de réponse

Publié le 16 Septembre 2008 par Nadine in Réflexions profondes

J’ai reçu un commentaire intéressant et critique à propos de mon dernier article. Le suivant, celui-ci est donc un droit de réponse. Dois-je attendre la réponse de la réponse ?
Poulsom me répond en soulignant que ce ne sont pas les religions qu’il faut combattre mais les intégrismes, tous les intégristes, surtout ceux qui font péter des bombes, y compris ceux qui se réclament du Petit Livre Vert (disponible dans toutes les bonnes librairies de Tripoli). Comment ne pas être d’accord avec lui ?
Je voudrais cependant lever les doutes si quelques quiproquo s’étaient glissés dans ma prose samedi. Surtout accompagnée de la très subtile chanson de Didier Super qui ne fait jamais dans la dentelle et beaucoup  dans la provoc. Et c’est pour cela qu’on l’aime, comme on aime Siné.
Je n’aime pas ce pape, ce n’est pas pour autant que  je n’aime pas les catho. Mais un pape qui tend la main aux intégristes alors que son prédécesseur a tué la théologie de la libération avec son appui idéologique, je ne peux pas l’aimer, désolé. On comprend qu’un pape aussi réactionnaire soulève l’enthousiasme de notre chanoine de Latran, au-delà ce qu’il est normal pour la réception d’un chef d’Etat.
Quant aux cours de catech affiché en face de l’école, c’est plutôt à la tartufferie laïque que je voudrais m’attaquer. Nous sommes dans un pays qui s’affirme laïque, et qui l’est. C’est même à mon sens, moi qui ai beaucoup voyagé, le plus laïque qu’il soit. Mais… il y a toujours des aumôneries dans les établissement scolaires alors que l’on exclut les jeunes filles voilées. Car, ne nous voilons pas la face, c’est bien les jeunes filles voilées qui étaient visées dans la loi sur les signes religieux ostentatoires, pas les robes safran du Dalaï Lama. L’islam se vit parfois de façon obsidionale et ce sont souvent les arguments de la laïcité qui alimentent une certaine paranoïa : le voile se vit aussi comme un retournement du stigmate par des populations stigmatisées. Je suis sure que si la mosquée affichait les horaires de l’école coranique en face de mon collège, cela susciterait beaucoup plus de réactions que cette affiche du catech en face de l’école de Neel.
Prochainement, je disserterai plus longuement sur le voile, le türban, le hijeb et le jilbab. En attendant je vais tenter de me remettre du marathon des réunions parents-profs du collège : heureusement cette année, iftar est plus tard, elles ne sont pas tombées au moment de la rupture du jeune. Cela a été le cas il y a quelques années, et lorsque j’ai fait la remarque l’on m’a renvoyée à la laïcité. Moi à la crétinerie de celui qui pensait avoir foule à cette heure-là !
Commenter cet article

poulsom 20/09/2008 17:51

Paradoxalement, je pensais que ce type -ben16--était moins dangereux à présent qu'il est sensé représenter tous les catho et pas seulement la branche infâme: mais les récentes annonces montrent qu'au lieu d'étouffer ses préférences-connues depuis longtemps-, il cherche à les faire vivre.En politique non plus, on ne réussit pas à éteindre ces feux de haine potentielle qui ne demandent qu'à revivre, nourris de haine. Et plus le pouvoir est débauché, plus il a toujours tenu à l'ordre -et même à ce foutu "ordre nouveau"- chez "les autres", pas lui. Non?Pour ce qui est des annonces-caté, mosquée, etc-, les réactions sont tributaires de la majorité installée dans le quartier, et dans tous les cas, c'est pô bon de pô suivre le mouvement: jamais bon d'être seul. Pour le voile et autres j'attends avec impatience ton avis de globe trotter.  Mes copines algériennes qui ont la quarantaine voient avec horreur les têtes des nièces et voisines se couvrir alors que leurs mères avaient lutté pour s'en débarrasser. Elles ne voudraient pas qu'on re-commence à les regarder de travers quand elles n'obéissent pas aux pressions du nombre. Pour parler de liberté... je viens de lire quelque chose -un roman-qui t'intéressera peut-être -en faisant tapisserie un soir parents-profs- : de Goliarda Sapienza, "l'art de la joie"... si tu as le temps-maintenant que t'as plus d'appareil photo...-