Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Prochaine destination : il n’y aura pas de la neige à Noël

Publié le 19 Novembre 2014 par Nadine in Voyages en Afrique

 

http://www.fil-info-france.com/aaaardc.GIFQuoique… je serai à Aix la nuit de Noël, puis le 25 au soir à Istanbul, et il peut très bien neiger sur les rives du Bosphore. Mais dès le lendemain, je serai proche de l’équateur, côté sud, à Kinshasa, en République Démocratique du Congo. J’y vais parce que j’y suis invitée par Augustin de la FENECO, le syndicat des enseignant de RDC. Et quand on m’invite, et bien j’arrive.

J’ai rencontré Augustin lors du congrès du SNES en mars à Marseille et nous avons sympathisé. Lorsqu’il a appris que je faisais des sessions d’éducation populaire en Haïti, il a sauté sur l’occasion pour me lancer une invitation que j’ai saisi au vol. J’ai eu beau lui dire que j’avais travaillé d’abord pour Haïti, cela ne fait rien, mon programme serait quand même chargé et constructif. Cette invitation a été concrétisée sur papier timbré nécessaire au visa : certes trois semaines d’attente, une ligne de téléphone à l’ambassade qui répond rarement, mais au bout du compte mon passeport est revenu avec le précieux sésame. J’ai immédiatement pris mon billet d’avion et depuis… je révise assidument mes classiques en rumba zaïroise. J’ai en effet demandé un extra à Augustin : celui d’aller danser !

La RDC, c’est l’ancien Congo belge, appelé Zaïre du temps de Mobutu. Avec ses deux millions de km2 c’est le plus grand pays d’Afrique en superficie (le Soudan coupé en deux a perdu la première place) et avec ses 77 millions d’habitants c’est le plus grand pays francophone.

J’entends d’ici reproches et critiques quant à ce voyage. Je tiens à rassurer tout le monde :

    La RDC est Ebola free, même si la maladie est née dans ce pays. D’ailleurs la grippe espagnole vous a-t-elle un jour empêché d’aller en Espagne ? Et pourtant elle a tué beaucoup plus qu’Ebola !

   La guerre civile ne touche pas Kinshasa, les régions les plus agitées sont beaucoup à l’est, et encore le bordel venu de la région des Grands Lacs, c’était il y a vingt ans. Ce pays n’a pas eu, il est vrai, toujours une histoire très calme, mais il faut voir aujourd’hui aussi la RDC comme un immense pays, plein de potentialités, sa capitale comme une grande ville du tiers monde avec aussi ses mall commerciaux, sa circulation de dingue et sa classe moyenne émergente qui consomme. Un signe qui ne trompe pas : les Chinois sont à l’affut, non seulement pour les ressources minières fabuleuses du pays, mais aussi du pays lui-même. Cet article vieux de cinq ans met bien les choses au point.

    Je serai accueillie et apparemment bien accueillie. Après Port au Prince et l’hospitalité généreuse de mes amis, je sais déjà que je vais apprécier celle des Kinois. J’ai adoré me promener à pieds dans PaP, il n’y a pas de raison que ce ne soit pas la même chose à Kinshasa, même si c’est cinq fois plus grand. J’ai adoré d’autant plus que tous presque tous les autres blancs restaient terrés derrière des grilles ou les vitres des voitures climatisées. Et puis être accueillie par des syndicalistes, n'est-ce pas l'assurance que nous allons être sous le signe du partage et des convergences ?

Alors, oui j’irai consulter au Centre des Maladies Infectieuses et Tropicales à Marseille avant de partir. Non, je ne boirai pas l’eau du robinet. Non, je ne me promènerai pas seule la nuit. Mais oui je gouterai à tout, oui j’irai partout où on me trimbalera. Et oui je reviendrai ravie avec l’envie d’y retourner !

 

Et puisquTintin-au-Congo-1.jpge je suis invitée par un syndicat de profs, je ne résiste pas au plaisir de vous envoyer cette planche pédagogique extraite de Tintin au Congo : grand moment de colonialisme paternaliste, les aspects positifs de la colonisation version la patrie belge. Juste pour introduire le prochain article du blog, où nous parlerons du roi Léopold, de Stanley, de caoutchouc et de mains coupées.


Commenter cet article