Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Marseille Alger Dakar

Publié le 4 Août 2014 par Nadine in Voyages en Afrique

PhotoService.com

On dirait le parcours du Paris Dakar du temps où Balavoine et Yann Arthus Bertrand se donnaient des airs d’humanitaire en suivant les 4X4 et les grosses cylindrées sur les routes du désert et du Sahel et creusant quelques puits pour se donner bonne conscience des enfants écrasés.

Bref, nous c’est avec une encore plus grosse cylindrée que nous avons fait le parcours puisque nous sommes arrivés en avion. Air Algérie n’est pas la compagnie la plus fiable au monde, en particulier sur les horaires et les bagages : l’avantage de l’accident de la semaine dernière c’est que le trajet Alger Dakar était quasiment vide et nous avons pu nous allonger sur 3 sièges chacun. A l’arrivée il manquait un sac à dos mais vu la queue et la montagne de bagages au service des bagages perdus c’était apparemment une situation habituelle. Il faut dire qu’avec le double de bagages autorisés en soute pour les destination en Afrique, on multiplie les opérations et donc… bref, bienvenue en Afrique ! Habitué des retards le jeune homme italien qui nous attendait à l’aéroport n’avait pas l’air étonné. Nous sommes donc arrivés au surf camp à 2h30. Nous ne l’avons vraiment découvert que le lendemain.

Il s’agit d’une grande maison tenue par un Sénégalais, Aziz et sa femme Marta, une Italienne. Tout ou presque est dédié au surf et les hôtes viennent pour cela. Ambiance chaleureuse et décontractée comme je l’ai souvent croisée dans ces lieux dédiés aux sports de glisse (mais pour causer philo et littérature c’est moins ça). Nous sommes en face de la grande plage de Yoff et dès le matin Neel est allé tâter des vagues avec un des moniteurs. L’après-midi rebelote en cours collectif. Ais-je besoin de dire qu’il est enchanté et que ses moniteurs le trouvent doué ? Normalement aujourd’hui c’est encore la plage et dès demain l’île de N’Gor en pirogue des vagues plus difficiles. Neel comme à son habitude manie ambition de la difficulté et prudence face au danger.

Quant à moi qui suis devenue trop grosse et trop vieille pour surfer (c’est une citation à propos de quelqu’un qui, il y a 10 ans, malgré qu’il soit gros et vieux avait réussi à monter sur la planche et avait recueilli cet éloge admiratif de son moniteur balinais) ? Et bien j’ai siesté sur plage, je suis allée admirer mon fils, mais j’ai aussi cherché (en vain encore) à retrouver la valise perdue, j’ai trouvé une carte SIM pour mon téléphone de voyage (00 221 77 871 77 33 pour eux qui voudraient dépenser plein d’argent pour nous appeler). Nous avons aussi mangé du poisson avec du riz sur la plage (nom du plat : plat c’est bon) servi par Khadija la vendeuse de plage et dévoré des mangues. Je n’ai pas encore découvert vraiment le Sénégal mais nous sommes déjà dans l’ambiance.

Commenter cet article