Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Le centre de la mondialisation faute d’être le centre du monde

Publié le 16 Décembre 2010 par Nadine in Haïti

PhotoService.com

Ce blog a très souvent disserté sur le centre du monde, que ce soit le centre du monde habité, Istanbul/Constantinople (le seul vrai centre du monde en réalité), Lisbonne, NYC ou Mumbai. Je n’irai pas chercher une argumentation tordue pour vous prouver qu’Haïti est le centre du monde (mais j’en suis capable si on me provoque !) mais un point central de la mondialisation, c’est sûr et depuis fort longtemps.

Centre de l’attention publique en 1492, la partie française de l’île devient le Koweït du siècle des Lumières (Wilson Saintelmy, Le Monde, 9 décembre 2010) sur le dos des captifs amenés en nombre croissant et sur celui de cette terre tôt épuisée. On a peine à imaginer la richesse produite par la brillante colonie en sucre raffiné, café et indigo. C’est parce qu’elle est la colonie entretenant les liens les plus étroits avec sa métropole et que la richesse et l’oppression y sont plus fortes qu’ailleurs que Saint-Domingue entre totalement dans le processus révolutionnaire devenant la seule révolte servile de l’Histoire a avoir réussi. Encore une fois elle devient le centre de l’attention mondiale, que ce soit pour admirer ou pour rejeter la radicalité de sa révolution, celle qui parachève l'œuvre de notre Révolution de 1789 et de 1793, avant de connaître avant tout le monde les processus de néo-colonisation. Devenu périphérie délaissé, Haïti n’en reste pas moins une proie pour le capitalisme mondial.

Le 12 janvier 2010 Haïti revient encore une fois, et encore une fois malgré lui, sous les feux des projecteurs. Devenu le centre de l’attention mondiale et de sa compassion, le pays s’enfonce dans la mise sous tutelle déjà entamée en 1994 et 2004. Le monde entier est à son chevet, mais est-ce réellement pour guérir le malade et l’aider à vivre sa vie de manière autonome ?

Le drame récent du choléra est à ce titre éclairant : véritable accident — l’importation du bacille est involontaire — il démontre cependant que l’enfer est une construction collective dont Haïti fait régulièrement les frais. Dans la mise sous tutelle d’Haïti, la MINUSTAH et les Nations Unis ont joué leur rôle. Comme toujours la direction des opérations est laissée aux puissances impériales (ici le Brésil et les Etats-Unis) mais les troupes sont fournies par des Etats pauvres qui trouvent le moyen de financer leur armée. Les soldats népalais venus de leurs montagnes himalayennes sont arrivés sur les rives de l’Artibonite avec leurs maladies de pays pauvre et la variété asiatique a trouvé là un terrain bien favorable à sa diffusion. Encore une fois au centre de la mondialisation, et ce depuis 1492, Haïti n’en a pris que les fruits amers.

N.B. : Cette affiche que j’ai prise en photo n’engage pas à se laver les mains, men pwop, pour éviter la contamination, c’est une affiche de lutte contre la corruption, qui, elle, est une maladie du corps politique.

 

Commenter cet article

Marc 16/12/2010 19:44



Comme disait Aragon: "comment peut-on supporter le monde tel qu'il est ?" Il faisait partie de ceux qui voulaient le changer, il est encore temps.