Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Kompa vs Zouk : 1-0 par KO

Publié le 8 Mars 2011 par Nadine in Haïti

http://www.artemedia.ws/wp-content/uploads/2011/02/Nuits-tropicales.jpgC'était samedi soir les Nuits Tropicales au Zenith de Paris. Voici ce qu'annonçait le programme :

La fièvre du samedi soir atteindra des sommets le 5 mars, avec huit heures de concerts non stop pour une soirée qui se terminera vers 5h du matin ! Au programme, du zouk bien sûr avec Princess Lover, Kim, Medhy Custos et Orlane. Mais aussi de la soul et du Rn'B avec la session Tropical Jukebox qui amènera sur scène Singuila, Lynnsha, Neg'Marrons, Milca et David Denin. Biguine et mazurka sont aussi de la partie avec le Guadeloupéen Rony Théophile. Quant aux inconditionnels du compas haïtien, ils pourront se déhancher au rythme de Ti Kabzy et Carimi.

L'absence de Carimi, qui avait choisi d'aller au carnaval de Port-au-Prince (il a lieu cette année contrairement à l'an dernier, le carnaval de la renaissance ?) avait été annoncée dès mardi : Evens s'était donc annulé mais il restait Ben et un copain à lui de Port-de-Paix (alias peyi pèdi) et le hasard m'y a fait croiser Michelet. Ma garde noire était donc au complet.

Malgré cette absence regrétable, le Zénith était plein à craquer. Plein à craquer mais de faux créoles comme dit Evens et je laisse ce propos sous sa responsabilité vue que moi, je vais en Guadeloupe prochainement. Il a même rajouté par texto que eux, les Haïtiens, sont une nation de vaillants pas une ethnie. http://s168534862.onlinehome.fr/local/cache-vignettes/L400xH400/ti-kabzy-498f0.jpg

Donc nous voici à 20h dans un  Zénith chauffé à blanc (euh... à blanc ?) pour écouter 9 heures de musique tropicale. Cela avait bien démarré avec du reggae martiniquais et de la biguine guadeloupéenne, puis nous avons eu droit à près de 4 heures de zouk love, zouk tout court etc... Bref, il a fallu attendre 4 heures du mat pour enfin s'en prendre plein la vue et plein des oreilles avec les maîtres de la musique caribéenne franco-créolophones, j'ai parlé des Haïtiens : Ti Kabzy puis Alan Cavé en remplacement des Carimi. 

Quelle puissance dans le son, compact, carré, efficace, et quelle patate sur scène ! Haïti est le pays de la région qui la plus grosse diaspora et une bonne part de sa musique est produite en Amérique du nord. Ti Kabzy par exemple vit et produit au Canada. En conséquence sa musique, sa prestation, son son sont américain, avec tout ce que cela veut dire d'efficacité, de dimension supérieure en production lorsqu'on se trouve au centre du monde de la musique. Avec en plus les interventions au clavier typiques du Kompa qui relancent la mélodie, la section de cuivre, les percus et la basse qui marque le rythme (pas comme ces p... de slaps à la con sur une six cordes fretless comme le premier groupe).

Bref, les Ti Kabzy ont réveillé la salle tard dans la nuit, prouvant une fois de plus que les grandes Antilles étaient bien les plus grandes.

Commenter cet article