Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Embabyfiés

Publié le 13 Juillet 2010 par Nadine in Niouzes narcissiques

PhotoService.com

Lorsque Eva Lippmann, ma tante, présenta son fiancé Raymond Baby à son père en 1942, celui-ci eu un mot historique (pour la famille) : « Nous allons être complètement embabyfiés ». Il faut dire que son fils Claude Lippmann, dit Clô, lui avait peu de temps auparavant présenté sa nouvelle fiancée, Simone Baby, dite Mô, sœur du précédent. Aujourd’hui, soixante-dix ans plus tard, on sait plus bien si les Lippmann ont été embabyfiés ou les Baby emlippmannisés. Quant au troisième Baby, Cisou, même ayant déclaré que Paris valait bien une messe, il a aussi été un peu emlippmannisé, tellement les deux familles ont fusionné à la sortie de la guerre. Le père des Baby, Bon Papa, ayant commis quelques actions légendaires (dans la famille) de Résistance et ayant échappé aux balles allemandes contrairement à l’autre beau-père, pris sous son aile les enfants Lippmann qui se marièrent alors à leurs fiancé(e)s respectif(ve)s. Depuis les Baby-Lippmann ont engendré une nombreuse descendance dont une bonne partie s’est retrouvée au chalet de Chauvet, dont la construction avait débuté avec le grand-père Lippmann en 1939, sur un lieu qu’il fréquentait avec son frère et sa mère depuis la fin de la guerre précédente, mais qui fut achevé après 1944, et qui aujourd’hui est autant embabyfié que lippmannisé. Sans compter qu’il est aussi baggionifié, provansalisé, lopezisé etc… puisque la sixième génération de la famille en profite aujourd’hui avec bonheur. C’est le lieu de notre mémoire familiale, y compris pour Neel qui s’est approprié le lieu comme tous les enfants.

La vallée compte aujourd’hui un deuxième lieu de la mémoire familiale (à part tous les sommets que tout le monde a parcouru dans tous les sens, en toutes saisons et par tous les temps), c’est le cimetière de la Foux. C’est avec mon frère Christian en 1978 que nous avons commencé à prendre des racines post-mortem, puis ce fut Clô en 2002. Hier c’était ma tante Eva que nous avons mis en terre dans ce minuscule cimetière, entouré de murettes de pierres sèches et qui fait face aux sommets qu’elle monta tant de fois. Personne parmi nous ne croit à la vie après la mort, mais tout le monde pense que, même au fond du trou, c’est un lieu vraiment agréable pour y passer l’éternité.

Eva était la dernière de la fratrie Lippmann. Il ne reste dans cette génération que les trois de la fratrie Baby, dignes héritiers des Lippmann, avec cette sixième génération si dynamique et colorée, preuve que les valeurs portées par les Baby et les Lippmann qui se connus entre montagne et Résistance sont bien vivantes.

 

PhotoService.com

Commenter cet article

muriel 13/07/2010 10:13



Je vois que vous donnez dans le regroupement familial. Je trouve tout cela bien touchant et cela donne à tous la force des liens qui les unit.Vive la tribu!