Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Disparition d’un ancien sans-papier (Jean-Claude Duvalier)

Publié le 5 Octobre 2014 par Nadine in Haïti

 

Hier, alors qu'il avait 63 ans, une crise cardiaque a emporté l’ancien président à vie d’Haïti, Jean-Claude Duvalier. Il est mort dans son lit, dans sa luxueuse villa de Pétionville, sur les hauts de Port-au-Prince, sans avoir passé une seule journée en prison. Il est parti sans régler l’addition. Et c’est bien dommage pour le droit, la justice et les victimes de Bébé Doc.

Il est était rentré en janvier 2011 dans le pays qu’il avait asservi et ruiné, et de rebondissements judiciaires en appuis politiques, il n’a jamais été sérieusement inquiété. Aura-t-on un jour le procès qu’attendent ceux qui sont passés par Fort Dimanche ? Pourra-t-on récupérer l’argent volé par millions ? Dénoncera-t-on les contrats bidons et des dettes accumulées du temps où le pillage était la règle ? Mettra-t-on en lumière les responsabilités des uns et des autres, hier et aujourd’hui ? Au niveau national et international ? Et puisque l’on est jamais mieux servi que par soi-même, au lieu de dire du mal des autres, je vais me contenter de pointer les responsabilités de mon propre pays, la France.

Lorsque Duvalier, président à vie, quitte son pays en urgence le 7 février 1986, il trouve refuge en France. Provisoirement paraît-il, le provisoire dura 25 ans. Son premier domicile se trouvait en Savoie, près de la Suisse, ce qui était bien commode pour passer des valises pleines de dollars. La France de Mitterrand célébrait les Droits de l’Homme mais comme ses prédécesseurs, Tonton savait fermer les yeux surtout dans le cadre du domaine réservé du président. Haïti c’est un peu comme nos anciennes colonies d’Afrique n’est-ce pas ? Et donc sans visa, sans carte de séjour l’exilé s’est installé en France, de palaces en villas, de villas en appartement luxueux, d’appartement luxueux en appartement moins luxueux puisqu’il affirmait avoir été ruiné par son ex-femme, par ses maîtresses, par son train de vie. Il reste quand même quelques millions dans les coffres en Suisse au nom de fondations bidons. L’ex-président multipliait les ardoises non payées, les mises en examen pour grivèlerie, les coups foireux. En bref, il avait un casier judiciaire.

Doit-on s’étonner pour autant qu’il n’ait jamais été expulsé ? La République d’Haïti n’a jamais fait de demande d’extradition. Mais attend-on ce type de demande habituellement pour expulser les étrangers en situation irrégulière, particulièrement lorsqu’ils ont maille à partir avec la justice ? Il a tranquillement traversé les années Pasqua, Sarkozy, Hortefeux, puis il a tranquillement pris un vol Air France pour rentrer au pays. Il n’y a plus que Baron Samedi et Maman Brigitte sur lesquels nous pouvons compter pour lui rappeler l’ampleur de ses crimes. 


La fuite de Jean Claude Duvalier par ina

Commenter cet article