Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Cahier d’un retour au pays (pas) natal (mais pas loin quand même).

Publié le 12 Avril 2011 par Nadine in Voyages au Nouveau Monde

PhotoService.com

C’est à peu près ce que l’un d’entre nous va faire durant les vacances de printemps que nous irons passer sous les tropiques : en Guadeloupe ou Gwadloup, comme vous préférez. Nous allons envahir nos amis Guillaume et Mylène et Alex qui ont eu le malheur de me dire : passe quand tu veux, phrase qui ne faut jamais prononcer puisque généralement je passe. Les derniers qui l’ont fait habitaient Kuala Lumpur et les prochains habitent au Caire. Nous c’est bien sûr Neel et ma pomme mais aussi Sandra, ma copine du s3 et de la FPMN avec laquelle je partage des potins et des soupes phò à Chinatown.

Pour mon enfant créole, il s’agit d’un retour en pays créole, même s’il ne s’agit ni de la même langue, ni exactement de la même culture, ni surtout de la même histoire et encore moins du même niveau de développement. La photo ci-dessus a été prise à l’aéroport de Pointe-à-Pitre en février 2008 lorsque nous revenions d’Haïti avec le ti moun, direction la France.

J’ai eu dimanche au téléphone un ami de Petit Goave perdu aujourd’hui à Zil Tik dans le Tarn qui m’a soutenu que Neel était d’abord Haïtien et qu’il devait porter les couleurs et la fierté de son île natale. Je suis évidemment d’accord avec lui mais c’est un peu plus compliqué que ça : il retrouvera certainement une ambiance, des couleurs (et pas que de peau), des odeurs, des goûts et aussi ses chers kokoye, mango, et puis encore diri ak sòs pwa. Neel aujourd’hui se sent plus français que les Français, mais il est très créole dedans comme dehors. Il a oublié la langue de son île, mais sa musique lui est encore familière et il en garde des pointes d’accent. Il aime bien dire qu’il est Américain, jouant sur la confusion et le prestige du titre. Mais il affirme d’abord qu’il est Français ce qui est aussi vrai, et, étant avec des Français(e)s, il sera regardé comme tel, ce qui, d’un autre côté, vaut mieux.

Et pour finir… créole ? Oui, mais selon mon prof de créole venu de Port-au-Prince, les Antilles françaises ne sont que de pâles copies, une « ethnie », à côté des vrais créoles à savoir « la nation de vaillants », ceux des Grandes Antilles. Il me conseille de ne pas se faire « contaminer », soulignant d’ailleurs que la voie de la « vérité » engage à dire « pa gen pwoblem » et non« pani pwoblem ». Toutes ces guillemets alourdissent certes mon texte, mais comme je suis là-bas dans cinq jours je ne veux pas avoir d’ennuis et je lui laisse l’entière responsabilité de ses affirmations.

Commenter cet article

Hervé 12/04/2011 16:22



Nadine Lopez, tu n'es qu'une crâneuse, mais malgré tous les efforts que tu fais, je ne suis même pas jaloux.