Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Le mérite, ça n’existe pas, c’est une invention en GRH

Publié le 21 Mai 2007 par Nadine in Réflexions profondes

Puisque nous sommes en plein mouvement intra que nous sortons de la campagne académique de la hors-classe, il est temps que j’entretienne mon nombreux lectorat des méandres de la GRH dans le cadre de la réforme de l’Etat et du dialogue social renforcé. Evidemment les mot réforme et dialogue seraient à prendre dans un sens ironique si c’était drôle. Avant il y avait un chef du personnel, maintenant c’est un GRH, et dans le mot Ressources Humaines, on peut sentir toute l’exploitation du salarié, un peu comme un puit de pétrole ou une mine d’or. Bref, le capitalisme est toujours bien éclairé tandis que nos collègues, qui sont aussi des salariés, se croient encore en République. Voici comment.
Le joujou magique s’appelle i-prof. C’est sur internet, tout le monde est invité à s’y connecter et à remplir sa web-page perso pour la renseigner sur tout ce qu’il a fait et compte faire dans le cadre de son métier et même au-delà. Nos chefs — chefs d’établissement et inspecteurs — sont censés aller lire tout ce qu'on a fait de brillant, et éblouis par nos talents et nos mérites les noter en conséquence. Ca c’est ce que tout le monde croit ou fait semblant de croire. C’est le discours du winner qu’on nous sert depuis les années 1980, et le “travailler plus pour gagner plus” de notre nouveau président chéri. C’est en réalité une illusion pour des gens qui croient au Père Noël ! Puisque chacun se croit méritant, en tout cas plus que le voisin (et de fait l’est, d’avoir honnêtement exercé son métier).
Alors comment ça marche ?
Le but de nos chefs est de réduire le nombre de promotions, ou les donner au rabais. Mais de continuer à faire croire à chacun qu’il peut l’avoir tout en pressant le citron du salariat de plus en plus fort. Chacun va se vendre sur i-prof, mais les promos sont bouclées en dehors de i-prof. Les inspecteurs — qui y croient à fond car on leur a donné du pouvoir — remarquent les gens déjà remarqués par eux qu’ils pensent remarquables, et le Recteur valide. Je ne m’étendrai pas sur la notion de remarquable quand ça vient du corps d’inspection. On se fanait déjà ça sur la liste d’aptitude agrégé, maintenant c’est sur la hors-classe avec 1/3 des points attribués au mérite : ce n’est plus une promo de carrière à laquelle chacun a droit, c’est une promo de mérite. Et hop l’individualisation !
Le but final de la manœuvre est donc de casser les solidarités. Chacun va vendre son mérite et oublie qu’une promotion c’est aussi un acte collectif qui engage l’ensemble des collègues. I-prof, c’est valoriser la compétition au détriment des règles collectives et équitables. Et tout le monde va y perdre… même les super-profs super-méritants.
Donc ce matin commencent les Groupes de Travail barèmes intra. Avec Emilie nous nous occupons des collègues d’Espagnol et nous hésitons entre deux costumes : avec l’un nous réclamons les deux oreilles et la queue du DRH, avec l’autre on tire dans le tas. Vous choisissez lequel ?
Commenter cet article

PFG 23/05/2007 20:42

C'est tout de même pas Bernard avec les pistolets ?