Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Lieux communs

Publié le 14 Juin 2008 par Nadine in Réflexions profondes

Je vous entretenais il y a quelques jours des projets de programmes d’Histoire et Géographie de collège et des remarques que j’avais envoyées à mon syndicat préféré. Voici le jour même la réponse que j’ai reçue du S4 :

Merci beaucoup pour tes remarques, que j'avais attentivement consultées avant d'aller voir le président du groupe d'experts ce matin. mais d'emblée il nous a annoncé qu'ils avaient renoncé à ce chapitre et totalement reformulé cette partie sur les religions. Tout cela sous la pression, non des collègues, pas si affolés que ça (la critique n'a pas été un raz de marée sur le regroupement des 3 monothéismes) mais sous celle de ...l'institut européen des sciences des religions (cf la main toute puissante de Borne). Comprendra qui pourra, du coup, changement de braquet... je ferai part très vite des modifications qui nous ont été présentées.
Merci encore pour ton regard très éclairé sur ce sujet. J'espère que tu voudras bien me dire ce que tu penses de la modif que je rédige très vite pour tenir les collègues informées.

Amicales salutations
A.


D’abord tant de reconnaissance me touche. Mais je continue à avoir des doutes sur la teneur des futurs programmes. Dans la même perspective culturaliste que ces programmes retoqués mais en vraiment stupide et méchant, j’ai acheté l’Express de cette semaine qui titre sur fond de mosquée en ombres chinoises Islam les vérités qui dérangent. Qui dérangent qui ? A la lecture de surface — la vraie lecture sera après le mouvement — j’ai l’impression que ce sont surtout les vérités qui arrangent… ceux qui veulent s’éviter de réfléchir et de se cultiver. C’est un best of des lieux communs sur l’islam dans une perspective essentialiste (c’est écrit dans le Coran donc les musulmans sont comme ça) ajouté à une absence de culture. Les trois sous-titres annoncent d’emblée la couleur :

Le Coran et la violence (donc la violence — réelle — de certaines sociétés de l’islam est due au Coran)
Le sort des femmes (les femmes sont donc forcément mal traités, toutes les femmes, de toutes les classes sociales, de toutes les sociétés de l’islam)
La modernité impossible (la messe est dite… si j’ose dire)


L’éditorial est clair : « L’islam de France doit comprendre qu’on ne peut être musulman dans un pays qui ne l’est pas comme s’il l’était ou comme s’il allait le devenir ; et encore moins comme s’il s’agissait de convertir ce pays. […]
Que demande la République, en fait, à l’islam de France ? Le respect d’un cahier des charges. Que le Coran ne soit plus le mode d’emploi de la vie en société, mais un guide pour l’existence spirituelle des individus.
» etc…
D’abord, je ne savais pas que l’islam était particulièrement prosélyte en France. Ni d’ailleurs qu’il y avait un islam de France un et indivisible à écrire au singulier. Ni que l’islam devait être différent en fonction du pays, musulman ou non musulman. Le Coran n’est pas un mode d’emploi de la vie en société, surtout les sociétés de 2008, il ne l’a jamais été. Il n’est pas non plus un guide l’existence spirituelle. C’est un livre mis à l’écrit vers le VIIe siècle qui, selon l’orthodoxie musulmane serait les paroles transmises par Dieu à son prophète. Tout le reste est de l’interprétation postérieure depuis les califats du Moyen-Age jusqu’à nos jours, avec une intense activité de définition entre le VIIe et le Xe siècle. Il n’empêche que l’islam, comme tout phénomène humain est un construit culturel toujours vivant et toujours en construction, dans une grande diversité.
Evidemment pour ne pas passer pour des racistes, ce torchon à 3,5 € finit avec deux articles positifs sur l’islam… au Moyen-Age : la littérature érotique et les philosophes. Et c’est finalement ça qui m’énerverait le plus. Les manuels scolaires font exactement la même chose : regardez comme c’était bien… avant !
Le problème c’est que ces lieux communs sont maintenant acceptés majoritairement, y compris par un certain nombre de nos collègues. Il y a qu’à voir l’absence de réel débat dans la profession sur le voile et l’acceptation sans problème  de cette loi inique. D’ailleurs y a-t-il un seul voile ? Est-ce les mêmes revendications en 2008 qu’en 1989 à Creil de la part des jeunes filles voilées ? etc… On préfère sortir le Coran qui dit ceci et pas cela plutôt que regarder la réalité de la société française dans les yeux, ainsi que notre histoire récente. C’est plus facile et ça évite de la remettre en question.

PS : Monsieur l’éditorialiste de l’Express, la non-virginité de l’épouse n’a jamais été une cause de répudiation au Moyen-Age. Mieux encore, dans le droit canon catholique qui date du Moyen-Age, c’est la naissance qui légitime et non la conception, ce qui permet d’épouser les filles enceintes en parfaite odeur de sainteté. Par contre, mes photos ont été prises en 2007, c'était à Aix et à Marseille.
Commenter cet article