Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Jounen entènasyonal fanm yo

Publié le 8 Mars 2008 par Nadine in Réflexions profondes

Comme tous les 8 mars, journée internationale de la femme, comme le proclame cette banderole photographiée à Haïti. C’était juste pour dire qu’il y avait beaucoup de progrès à faire partout.
A l’heure où certains ont annoncé la fin des valeurs de 1968, rappelons que ce sont dans ces années-là que la condition féminine a beaucoup avancé en proclamant que les femmes devaient être maîtresses de leur propre corps. Si pas mal de progrès ont été faits dans les pays riches, il reste beaucoup à faire dans les pays pauvres. La condition féminine est même un indicateur de richesse ou de pauvreté. Certains pays donnent de l’espoir : par exemple, l’Iran, malgré les apparences, où maintenant les filles sont totalement scolarisées et où la fécondité est descendue de six enfants par femme dans les années 1980, à deux aujourd’hui.
Haïti avec 3,5 enfants par femme a la plus forte fécondité de la région caraïbes. Aussi la plus forte mortalité infantile (57 pour mille naissance) et l’espérance de vie la plus faible (56 ans pour les hommes, 60 pour les femmes). Normal c’est le plus faible PNB de la région aussi (1840 $ par an et par habitant) ! Et comme un malheur n’arrive jamais seul, c’est la plus forte prévalence du SIDA de la région (après Trinidad et Tobago) avec 2,2% des 15-49 ans. Et comme d’hab, ce sont les femmes qui en sont les victimes les plus fragiles. Une affiche comme celle-ci, avec un aussi joli visage qui proclame « Gen espwa ! » (garde espoir) devient donc une belle illustration pour la journée de la femme.
Tous les chiffres sur le site de l'INED
Commenter cet article