Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Montréal en Provence

Publié le 30 Janvier 2008 par Nadine in Voyages au Nouveau Monde

undefinedJe n’en ai pas fini avec mes récits de voyage outre-Atlantique. Vous en reprenez une louche pour quelques jours ou alors vous zappez.
J’ai présenté Aurélia avant de partir. Mais j’avais oublié de la présenter dans son deuxième habitat naturel : le Québec. Aurélia habite dans un tout petit appartement sur le plateau Mont-Royal au centre de la vie montréalaise. Tout petit mais chaleureux, un peu pagaille mais pas désordre, quoique certaines fois il arrive que cet appartement se mette à manger les objets. Si petit qu’elle doit dormir dans le salon et que l’on se lave les dents dans l’évier. Mais comme elle dit : « j’aurais le même à Paris, j’aurais l’impression d’avoir un palace ».
A Paris en effet, elle commençait à étouffer dans la grande ville où tout est étroit faute de place pour ceux qui n’ont pas des fortunes. « Tu vois ici au Québec c’est plus cool et on a plus d’espace ! ».
Aurélia, faute d’avoir fait un mariage avantageux, travaille comme chanteuse et professeur de chant. Elle tire la langue bien souvent mais au moins, elle a sa fierté. C’est qu’Aurélia n’est pas totalement une Américaine : l’argent n’est pas son but dans la vie, il n’est même pas un but en soi. Elle est un peu française, et même aussi espagnole, plaçant l’honneur et la figure au-dessus du porte-monnaie. Et surtout Kelian, son petit bonhomme.
Parce qu’Aurélia fait partie de ces gens à double patrie, qui, comme les immigrés, sont dans la double absence. Elle vit maintenant au Québec mais chez elle il y a partout la Provence et surtout le Lubéron : savon de Marseille, huile d’olive, poterie des Cathydo. Et puis son fond d’écran…
Quand elle conduit c’est pareil, aussi à l’aise qu’une Québécoise sur la neige, mais conduite à la Marseillaise : nerveuse, doublant en critiquant celui qui va trop lentement, et n’hésitant pas à klaxonner. C’est assez exotique à Montréal.
Dis Aurélia, puisque tu fais la Provençale à Montréal, quand est-ce que tu viens nous faire la Québécoise en Provence ?
Commenter cet article