Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Jenderal dan Presiden Suharto mati

Publié le 29 Janvier 2008 par Nadine in Réflexions profondes

Tout  comme Pinochet, Suharto ne rendra pas des comptes à la justice de son pays, ni à la justice internationale. Il est mort dans son lit, et ses enfants profitent toujours des milliards de dollars détournés de son pays, l’un de plus pauvres du monde, l’Indonésie.
Suharto a pris le pouvoir par un coup d’Etat en 1965, aidé par la CIA. C’était en pleine guerre du Vietnam. Le PC Indonésien, le plus fort du monde (après la Chine ?) a été décimé : on évalue les morts à un demi-million. Depuis peu d’années, l’on rouvre les charniers pour que les familles enterrent leurs défunts. Quand, en 1974, l’Indonésie envahit le Timor Oriental, les USA laissent faire. La répression, dans ce petit pays, sera proportionnellement plus importante que le génocide Khmer Rouge au Cambodge.
En 1998 le dictateur de Jakarta tombe après 32 ans de règne. Il n’a pas résisté aux crises asiatiques, la Guerre Froide est finie, le tyran usé. Depuis, quelques sous-fifres ont rendu des comptes, mais pas les grands chefs. La corruption (Korupsi en Bahasa) sévit toujours. Mais la parole a été libérée. Peu de choses ne font plus plaisir à un Indonésien que de parler politique.
L’Indonésie est un pays merveilleux à l’échelle d’un continent, je l’ai déjà écrit précédemment. Je vous remets même le diaporama. C’est aussi un pays aux ressources naturelles et humaines abondantes, pillées par des gens scrupules. Suharto et ses épigones en étaient. Suharto est mort, espérons que les Indonésiens, ce peuple qui sait sourire de tout, sache se débarrasser des autres.
 

 
Si vous ne voulez pas encourager les mafias, la korupsi, le pillage des ressources naturelles et la destruction de la forêt en Indonésie, n'achetez JAMAIS de trucs en bois exotiques. Je sais c'est la mode, c'est joli et imputressible. Leur dernier truc ce sont les étiquettes écolo : ne pas les croire, c'est un pays où tous les certificats s'achètent, surtout auprès des gouvernements des provinces extérieures (cela veut dire hors Java, ici Bornéo et Sumatra). Leur prochaine mode sera-t-elle le commerce équitable du sucre et du café ? Moi qui ai vu travailler dans ces productions agricoles à Java, ça me ferait beaucoup rire…
 
Commenter cet article