Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

La voyageuse de l’Empire State

Publié le 6 Janvier 2008 par Nadine in Voyages au Nouveau Monde

Empire State c’est ce qui est marqué sur les plaques minéralogiques de l’état de New-York. New Jersey c’est Garden State mais ce n’est pas vraiment la vision que j’en ai eue depuis la rive New Yorkaise de l’Hudson river hier matin.
Je suis rentrée depuis cet après-midi dans notre vieille, belle et calme Europe. J’ai pu juger de la taille de JFK en y allant : en fait ce sont neuf aéroports l’un à côté de l’autre. Dans le métro qui traverse le Queens, il y avait surtout des noirs, mais à l’aéroport les noirs étaient les employés.
 
A la porte d’embarquement il y avait du foot américain, le sport auquel je n’ai jamais rien compris. Si une fois, dans un film, mais lequel ? Je ne crois pas d’ailleurs que c’était les vraies règles du jeu. (Chico, tu laisses répondre les autres, je sais que tu as eu la bonne réponse dans les deux secondes)

Un premier bilan de NYC ?
La ville rentre dans mon top 10 perso des plus belles villes du monde avec Lisbonne et Istanbul : peut-être parce qu’il y a aussi un bras de mer ? Il y a plus de gratte-ciels, mais moins de mosquée et moins de baroque (quoique au MET…).
Donc NYC et les USA, le pays des acronymes :
• Tout est Big Size, les fringues, les portions de bouffe (j’ai pris 2 kg en faisant du sport et en étant dégouttée de la bouffe), les glaçons dans toutes les boissons, les gens.
• Il y a des restroom (pipi-room) partout, propres et gratuits. Ca c’est vachement bien, surtout quand on crapahute en ville toute la journée.
• L’opulente richesse cotoît la misère que plus personne ne remarque.
• Oui personne ne vous remarque et l’on peut s’habiller n’importe comment (avec le froid, j’avais un bonnet, on aurait dit un clown). D’ailleurs on s’habille plutôt n’importe comment, mais généralement dans le style confortable.
• Et donc personne ne fait attention à vous, personne ne vous parle ou vous regarde dans les yeux (il paraît, d’après des Françaises installées aux US rencontrées à Chelsea Hostel, qu’être aimable est interprété comme voulant dire Je suis prête à coucher).
• Ca bosse, ça bosse, ça bosse (mais peut-être avec moins d’efficacité qu’en Europe, à voir). NYC vit 24/24h et beaucoup de commerces ne ferment jamais.
• On a l’impression d’avoir un peu tout vu sans y être allé : NYC et les USA ont alimenté une grande partie des fantasmes et l’imagerie du XXe siècle.
• NYC n’est pas une ville musée dans un pays qui pourtant transforme en musée le moindre truc de sa courte histoire. Il y a pas de patrimonialisation qui fige les paysages et les mettrait en scène, même si ceux-ci sont mis en valeur et ici la valeur c’est le $ (ça m’a coûté 18$ de monter au Rock on the Top par exemple).
Enfin, j’ai eu une pensée pour Henri qui aimait tant les USA mais connaissait si peu NYC.

Je trie les 932 photos que j’ai prises, et j’en envoie dans les articles précédents. Mais je souffle entre le jet-lag et la reprise demain : se lever à 6h30 signifie 0h30 heure de la côte est.

Commenter cet article