Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Uskrs u Hrvatskoj

Publié le 8 Avril 2017 par Nadine

Avec mes copines du Jas, nous nous étions promis de faire un voyage ensemble au printemps. Ayant raté le réveillon de Noël des copines en étant partie dans une ferme en Afrique, je ne voulais pas laisser passer ma chance à Pâques. Nous avions dans un premier temps envisagé la Grèce : se ressourcer avec les vieilles pierres et aller soutenir les manifs de la place Syntagma ou l’accueil des migrants dans les îles, on ne pouvait pas mieux comme programme. Hélas, le prix des billets d’avion pour Athènes était décourageant. Nous avons donc réduit nos ambition touristiques et militantes, et nous avons opté pour une destination à mi-chemin : la Croatie. Nous passerons donc Pâques en Croatie comme le titre de ce post l’indique puisque vous maîtrisez tous le Croate. Et puis finalement l’équipe de quatre s’est réduite à deux : les finances de Gigi et d’Anne ont déclaré forfait. Je pars avec Heidi seulement : mais les filles, on pensera à vous très fort, et on reconduit l’idée pour plus tard !

Notre vol va nous mener vers la côte dalmate, à Zadar. Après avoir étudié le guide et la carte, nous avons opté pour un périple littoral, entre îles de la Méditerranée et cités antiques et médiévales. Nous avons loué une voiture, réservé des hôtels pas trop loin des centres villes et de leurs plaisirs (resto, bar, terrasses, accessoirement musées et vieilles pierres) et nous partons à la découverte.

La dernière fois que je suis allée en Croatie, elle s’appelait la Yougoslavie. Gageons que cela a bien changé : fin de l’ère Tito, explosion du pays, guerre et guerre civile, rapprochement d’avec l’Europe, le pays est passé du vilain petit canard du camp communiste aux vieilles lunes nationaliste et a cédé aux sirènes libérales. Maitrisant très médiocrement la langue croate (ex-serbo-croate !) j’aurais certainement du mal à tout saisir. Heidi parle couramment anglais et surtout allemand ce qui peut aider à communiquer avec les autochtones. Quoiqu’il en soit, on va se prendre du bon temps, entre îles, mer bleue, vieilles pierres et terrasses des bistrot : on vous tiendra au courant au fur et à mesure.

Commenter cet article