Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

De neige à Noël (oui, mais sur le Kilimandjaro)

Publié le 19 Décembre 2016 par Nadine

PhotoService.com
PhotoService.com

J’ai pris la photo ci-dessus, les neiges du Kilimandjaro, en janvier 2006. C’était au retour d’une invitation à la Réunion. Car mes fidèles lecteurs le savent bien : je ne rate jamais une occasion de d’honorer les invitations qui me sont faites. Par exemple avant-hier soir j’étais à Pertuis chez une collègue qui faisait une petite fête d’anniversaire. Et hier soir chez une ancienne collègue à 500 mètres d’ici à boire des canons (m’en fout, je suis rentrée en vélo). Je rechigne parfois à prendre ma voiture. Heureusement nous avons covoituré à quatre. J’ai beaucoup moins de réticences à prendre les transports en commun : le bus jusqu’à Marseille, le TGV vers Paris ou Lyon, et aussi l’avion. C’est pour cela que j’honore aussi les invitations plus lointaines : par exemple mercredi je serai à l’aéroport parce que c’est à Nairobi que l’on m’invite. C’est plus loin que Pertuis ; il y aura une escale à Casablanca, mais pas de péage sur l’autoroute.

L’année dernière j’étais à Camp Perrin en Haïti au congrès de l’EPA où j’étais invitée (encore !). Toute l’Amérique noire était au rendez-vous et avec l’Amérique noire, dans les délégations de l’Amérique latine, des pères et des frères africains. De vrais frères, pas seulement ceux qui s’appellent Brother ou Bro dans les textes de rap black US. Pas seulement des frères de l’autre côté du Passage du milieu comme disent les afro-américains, celui qui vit la déportation de 11 millions de captifs et créa la diaspora noire. Non de vrais frères ayant prononcé des vœux pour entrer dans des ordres de l’Eglise catholique. L’EPA ce sont les Pastoral Afroamericana y caribeña, des curés noirs, mais aussi rouges dans les convictions politiques. En Amérique Dieu est une boite à outils et les outils sont parfois la faucille et le marteau.

Revenons à nos invitations. N’ayant pas un goût immodéré pour la messe et ayant souvent décroché de débats qui étaient exclusivement en créole et en espagnol, j’ai beaucoup traîné dans les coulisses du congrès et bavardé avec tout le monde. J’ai aussi profité à fond de la partie festive fort développé et fort tard tous les soirs. J’ai parlé et blagué avec tout le monde. J’ai trinqué à la bière et au rhum jusque fort tard. J’ai dansé sur des rythmes tropicaux avec de très bons cavaliers, clercs et laïcs. Comme à l’EPA personne ne porte la soutane, on faisait mal la distinction dès la nuit tombée et même avant.

C’est là que j’ai rencontré Pascal. Je suis avec lui sur la photo juste en dessous du Kilimandjaro. Pascal est Kenyan mais il exerce son sacerdoce au Paraguay. Nous avons devisé autour de bonnes bouteilles, parlé musique, un peu politique, et pas vraiment de religion. Il m’a invité à venir le voir au Paraguay ; mais c’est un peu loin. Alors il m’a aussi invité au Kenya : cette année il va y passer trois mois avec sa famille et ses amis. C’est donc au Kenya que j’honorerai son invitation. Je ne connais pas encore le programme. J’imagine que je n’échapperai pas à la messe pour Noël. En Afrique la messe est toujours un très beau spectacle. Je crois qu’il a prévu que nous allions à la mer avec des copains à lui. Peut-être aussi à Meru, sa ville natale, à côté de laquelle se trouve un parc national très réputé. J’ai donc dans ma valise des chaussures de marche, des tongs et des chaussures de pépète. Dans la deuxième valise — on a droit à deux valises pour les vols qui desservent l’Afrique — j’ai mis deux cubi de vin, rouge et blanc, une bouteille de champagne, 1 kg de chocolat en tablette et mes inévitables petites fioles de lavande. Je ne sais pas si je reviendrai avec une peau de léopard ou des défenses d’éléphant (je ne pense pas, en plus c’est interdit et immoral), j’espère en tous cas revenir avec plein de beaux souvenirs, pleins de chaleur humaine comme j’en ai toujours eu en Afrique.

Commenter cet article