Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Au secours l'armée revient !

Publié le 3 Juillet 2016 par Nadine

Depuis Charlie et le Bataclan, les sois-disant socialistes qui nous gouvernent ont trouvé la parade idéologique pour cacher leur politique de régression sociale : nous somme en guerre, respectons l'Union sacrée autour de l'Arche sainte de l'armée et de la laïcité (lire l'anti-islam, parce qu'en fait, dans les valeurs de la République dont on nous rebat les oreilles on doit tolérer tout le monde, enfin presque tout le monde).

Evidemment l'énervée que je suis est de plus en plus énervée, et en plus énervée par l'accumulation des détails qui énervent. Eduquée dans une famille communiste, de résistants qui ont pris les armes contre le fascisme sans avoir le culte de l'action armée, tiers-mondiste convaincue et assez versée dans l'histoire coloniale, ayant écouté en boucle "Parachutiste" de Maxime Le Forestier dans mon adolescence, vous ne pouvez imaginer les détails qui ont le don de me mettre vener.

Il y a d'abord les pubs de recrutement des flics, des militaires et des matons. Bref, à l'heure où on n'a toujours pas remplacé les 60 000 postes de profs volés par Sarko, le gouvernement déploie l'artillerie lourde pour recruter des mecs et des filles avec des flingues. Et comme l'armée française depuis 1945 n'a pas spécialement brillé du côté des Droits de l'Homme, je ne peux m'empêcher de regarder avec un œil critique les affiches partout étalée dans nos cités.

Par exemple celle-ci :

Au-delà de nos frontières ? Donc les opérations extérieures qui ont laissé tant de bons souvenirs en Afrique et ailleurs : sans parler de l'Indo et l'Algérie (il y a prescription), rajoutons le Rwanda et l'aide aux génocidaires, la Côte d'Ivoire…

Et celle-là, comment dire… peut-être qu'en Centrafrique les enfants seront-ils à même d'apprécier ? Ou alors cela veut dire la Liberté d'entreprise des multinationales de la Françafrique dans un marché protégé par la diplomatie et l'armée tricolores ?

Allez, une petite vidéo avec des gros flingues sympa, des godillots dans la boue et tout le romantisme de l'engagement sous les drapeaux.

 

Au-delà des bruits de bottes et de la poésie des treillis, il y a l'ambiance générale de replis sur les "valeurs de la République". Et pour illustrer mon propos je vous copie la 3e question du sujet zéro de l'épreuve d'EMC (Education Morale et Civique) 2017.

3 – Vous êtes chargé de présenter la laïcité à l’Ecole à un correspondant étranger en visite dans votre établissement en vous aidant des documents et de vos connaissances. En quelques lignes, comment lui expliquez-vous que la laïcité favorise le « vivre ensemble » à l’Ecole ?

D'abord il faudra m'expliquer qui est cet "étranger" (est-ce celui du sketch de Fernand Raynaud ?). En gros on demande aux élèves de présenter à un "étranger" combien nous sommes les meilleurs, les plus qu'ont raison tout le temps, combien notre laïcité favorise le "vivre ensemble"… du moins sans foulard, sans idées politiques, sans faire grève, sans critique de la régression sociale, de l'usage du 49.3, des référendum bidon sur les aéroports pollueurs etc… et combien nos valeurs de la République sont parfaites, intemporelles, un modèle pour l'univers.

Aux formateurs de la réforme venus nous apporter la bonne parole le mois dernier, je leur ai dit que pour moi il était hors de question d'enseigner la morale avec ou sans civique. Quand ils m'ont lancé sur la piste de la IIIe République, je me suis lâchée : je leur ai suggéré que la IIIe République avait AUSSI promulgé le code de l'indigénat. La prochaine fois je leur sors que tous les cadres de Vichy ainsi que les collabos étaient passés par cette fameuse école de la IIIe République, celle qui savait enseigner les valeurs ainsi que la morale.

J'étais déjà fâchée avant, je serai encore fâchée après. Au moins je me serai passée les nerfs.

Bon dimanche à tous dans l'ambiance cocardière des matches de foot, dans le délire tricolore.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article