Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Une journée avec des maquignons (ou comment se sentir très fille)

Publié le 11 Février 2016 par Nadine

PhotoService.com

J'aime me déplacer en vélo, à pieds, en train, en avion, en bus et j'essaie d'utiliser de moins en moins ma voiture. Habitant pas loin du centre et ayant plus d'affinités avec les villes qu'avec la campagne ce n'est pas très difficile. A vrai dire, je n'aime pas conduire, je conduis mal et je crains de conduire de plus en plus mal. Ma voiture est vieille et toute cabossée. Et elle vieillit, c'est-à-dire qu'elle va devenir de moins en moins fiable. J'aime bien ma titine qui a déjà 12 ans, et que vous voyez en photo ci-dessus remplie jusqu'à la gueule en partant de Nice, mais mon amour pour elle risque de décliner si elle commence à me faire des blagues. Il est donc temps que je la change.

Depuis hier je suis dans l'univers étrange et hostile des vendeurs de bagnole, concessionnaires et occasions. J'en ai fait cinq aujourd'hui. J'arrive en disant que je veux une petite voiture et que j'ai le budget pour la payer cash. Le type me regarde de haut, m'explique des trucs dont je n'ai rien à faire (jantes en alu, peinture métalisée…) avec des airs d'importance, me montre des véhicules toujours trop gros, m'explique encore, tape gravement sur son clavier pour me sortir des additions trop longues. Bref, dans l'univers de maquignons des vendeurs automobiles, je suis clairement fléchée comme une fille. Le pire c'est quand le type fait le tour de titine pour évaluer la reprise. Oui, j'ai changé le phare arrière gauche et il est différent du phare arrière droit : et alors ? Oui elle est cabossée : et alors ? Oui j'ai fait les vidanges et j'ai même changé la courroie d'alimentation : je suis une fille, pas une dinde.

Je les laisse dire, je prends mes petits papiers, pose sur leur bureau les catalogues de leurs concurrents rien que pour les emmerder et je réponds avec des airs de cruche que j'en ai rien à fiche de leurs options, de leurs plans de financement et de leurs sur-assurance qui fait doublon avec la mienne. Par contre il me faut la clim, l'autoradio où je peux brancher mon i-pod avec mes podcast et le radar de recul. Maintenant tous les papiers, mes notes, les catalogues sont sur mon bureau. Et c'est ici que je vais choisir. 

 

 

Commenter cet article

Monique ZÉNOTTI 11/02/2016 22:36

Savoureuse et fine analyse du vendeur de bagnoles, J'adore (et imagine) tes airs de cruche vs leurs airs d'importance. Tu n'as pas précisé mais, rassure-moi, ils sont toujours bien moulés dans leur costard taillé près du corps ?

Nadoch 12/02/2016 09:25

En fait y en a plusieurs types : le costard (incontournable), mais aussi le faux décontracté et le faux jeune. Mais tous aussi virils. Du coup j'ai surjoué la cruche. Je crois qu'ils sont vraiment cons : depuis 1965 les femmes peuvent avoir leur compte en banque et peuvent même s'offrir des bagnoles ! Incroyable, non ? Bien mieux elles peuvent s'en offrir sans passer par un homme et même les conduire. Ils doivent se croire en Arabie Saoudite !