Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Le retour de l'adjudant Kronenbourg

Publié le 22 Novembre 2015 par Nadine

Une semaine d'indigestion de Marseillaises et de tricolores. Une semaine à entendre des conneries. Moi qui d'habitude explique calmement que le "sang impur [qui] abreuve les sillons" n'est pas à prendre au pied de la lettre mais comme un chant révolutionnaire, suis excédée par les usages de cette chanson et de facebook en bleu blanc rouge.

Chacun se transforme en spécialiste du "djihadisme", un concept que j'ai franchement du mal à cerner. Ne s'agit-il pas aussi et d'abord d'un malaise social ? Tous ces "djihadistes" sont des Français et des Belges pur souche égarés dans une idéologie nauséabonde. Dix ans après les émeutes du 93, a-t-on réellement réfléchi aux fractures de la société française (et belge) ?

Bref, comme chacun est devenu spécialiste du "djihadisme" chacun sort la sienne. Et moi je ferais ceci et moi cela, et si le flic qui était au Bataclan avait eu une arme… et surtout l'état d'urgence a été voté à l'unanimité moins six voix et il est approuvé par une majorité de Français : bienvenue dans la France de François W Hollande. Le Patriot Act à la française se décline donc de la manière suivante :

Restriction des libertés… euh surtout pour la banlieue. Les assignations à résidence pleuvent, alors qu'elle sont la loi de suspects. Laquelle loi des suspects peut d'appliquer à des quartiers entier comme à Sens la nuit dernière mis sous couvre feu. Ces suspects sont bien évidemment en banlieue populaire, peuplée de descendants d'immigrés, ce qui fait que les bien pensants et les donneurs de leçons ne peuvent pas voir ces restrictions de liberté.

Des flics et des soldats partout. Les bureaux de recrutement de l'armée sont grand ouverts et ne désemplissent pas. Le pacte de stabilité européenne a pu être dépassé pour recruter des forces de l'ordre sans qu'Angela dise quoi que ce soit. Par contre pour aider la Grèce, recruter des profs et des infirmières ont peut toujours attendre. Quant à la gauche portugaise qui vient d'accéder au pouvoir, qu'elle n'espère rien en matière de relâchement de l'austérité budgétaire ! Personne n'a pourtant évoqué que ces soldats perdus du "djiahisme" venaient de lieux qui avaient été désertés par les services publics et que c'est de travail et non de treillis kakis qu'avaient besoin ces quartiers mis aujourd'hui sous couvre feu ?

Ces flics et ces soldats partout doivent bien entendu être armés. Même en dehors du service, même en civil, même comme flics municipaux. En gros, comme le prône la NRA aux Etats Unis on accroîtra la sécurité en mettant des flingues partout. Déjà la police a le permis de tuer, on tire sans penser que c'est la justice qui doit triompher et non la vengeance. Rétablissement discret de la peine de mort.

On va bombarder le grand Satan avec nos tirs ciblés en Syrie. Cela fait depuis 1991 qu'on nous vend les tirs ciblés et tout le monde continue d'y croire. On entend donc à la radio des trucs aussi hallucinants que : "les tirs ciblés sur Rakka ont tué 60 djihadistes". Ah oui ? Et comment savez vous que c'étaient des djihadistes ? Vous avez relevé les cadavres et vérifié à chacun, y compris les enfants, leur carte d'engagement djihadistes ? Le merdier moyen-oriental est une création occidentale depuis… 2003 ? 1991 ? 1967 ? 1949 ? 1917 ? mais on continue avec les mêmes vieilles recettes qui ont déjà fait la preuve de leur échec. On exporte dans des régions déjà meurtries et à cran nos problèmes européens en leur faisant payer l'addition : après que les Arabes aient payé le prix de l'antisémitisme européen (la sortie récente de Netanyahou sur la grand mufti de Jérusalem est parlante, ce sont les arabes qui sont coupables du génocide européen), ils payent le prix de nos propres échecs sociaux dans nos banlieues déshéritées.

Pauvre France qui s'apprête à voter Front National dans deux semaines. Pauvre Europe qui ferme ses frontières aux migrants qui ont besoin de notre aide. A l'appui de l'adjudant Kronenbourg, la ruée des Beaufs sur les lieux communs et l'idéologie sécuritaire. Les deux personnages de Cabu sont main dans la main, et je sens que ce n'est pas fini. Jusqu'en salle des profs, j'entends majoritairement sortir ces discours : j'ai peur.

 

 

Commenter cet article