Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nadoch

Niouzes de la villa dimanches, de ses habitants, de ses visiteurs. Totalement narcissique.

Au boulot

Publié le 5 Août 2015 par Nadine

PhotoService.com

Je reviens à peine du Sud où la connexion était mauvaise voire inexistante la plupart du temps. D’ailleurs il n’y avait pas non plus l’eau courante ni l’électricité tout le temps : mais Carrefour Joute, selon la définition donnée il y a déjà deux ans est dorénavant l’épicentre du monde, celui de la grande révolution idéologique. Et c’est à cette tâche grandiose que Père Yves nous a attelés encore cette année, chacun dans son rôle. Et la révolution doit commencer par le reboisement parce que, toujours selon lui, Haïti est en danger de mort sur cette question. Trois jours durant, Heriberto l’agronome cubain et moi-même la prof, nous avons déployé nos capacités d’explication envers des publics différents, tandis que les gens du cru ont continué de s’organiser pour le programme d’agro-reforestation de la MISEREOR.

Trois jours durant j’ai présenté mes petits cours, mes petits diaporamas : l’érosion, l’histoire du paysage haïtien et le processus de reforestation de la montagne française. Je commence à être assez rodée puisque c’était déjà le programme assigné il y a trois ans à travers tout Haïti. J’ai quand même un peu amélioré le discours en replaçant le saccage du paysage d’Haïti dans une histoire de la mondialisation et celle du capitalisme. Bref, mes travaux se croisent.

Je ne sais pas si les petites graines que nous avons semées dans les têtes des paysans, des élèves, des jeunes vont pousser, si elle vont refleurir la forêt d’Haïti, mais l’accueil a toujours été aussi enthousiaste, étonné devant la reforestation française et surpris par mon style de pédagogie active.

Nous sommes déjà invités à revenir le plus tôt possible pour continuer. Je suis de toutes façons depuis deux ans citoyenne d’honneur de Carrefour Joute, et citoyenne de cœur quoi qu’il en soit : il ne manquerait plus que je manque le grand torremoto idéologique !

 

Commenter cet article